Scandale des 12 milliards : Quand Adama Bictogo se trompe de peuple


Scandale des 12 milliards : Quand Adama Bictogo se trompe de peuple

Le discret homme d'affaires ivoirien s'est payé une opération de communication dans le journal l'Observateur de son ami Youssou N'dour. Au-delà des dénégations qui confirment les écrits de Dakaractu qui a ébruité cette affaire, Bictogo a fait des révélations qui en disent long sur l'insouciance de nos autorités.

Premier aveu de taille, les liaisons d'affaires entre le boss de la tentaculaire Snedai et le Sénégal datent de longtemps, le Président Abdoulaye Wade et son gouvernement cependant n'avaient pas été convaincus par Bictogo. Sous la férule d'Ousmane N'gom et Thierno Ousmane Sy, le régime libéral n'était pas tombé dans le panneau. 
Avec l'arrivée de Macky Sall au pouvoir, Abdoul Mbaye et son ministre de l'Intérieur M'baye N'diaye ont piloté le dossier et, révélation de taille de l'homme d'affaires, c'est l'ex premier ministre de Macky qui a " proposé qu'un avenant soit fait pour que le manque à gagner financier soit compensé par une prorogation de la convention ", dit- il dans l'entretien avec l'Obs. Cette révélation montre à quel point le gouvernement a fait preuve de légèreté dans cette affaire.
Bictogo nous apprend par ailleurs, qu'il dispose de solides connections au Sénégal, qu'il y possède un appartement. Ses enfants, confesse-t-il, aiment tellement notre pays qu'ils y passent des vacances...tous les deux mois.
Le Sénégal est certainement l'un des pays les plus ouverts, les plus tolérants, mais son peuple est aussi très mature pour jouer son rôle de sentinelle auprès des autorités. Le peuple sénégalais n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais xénophobe. Nous accueillons tous nos frères et sœurs africains à bras ouverts, mais quand nos gouvernants transgressent tant soit peu nos règles de bonne gouvernance, nous le leur faisons savoir sans état d’âme.
Le peuple sénégalais est fier de demander des comptes aux autorités qu'il a élues démocratiquement. Comme l'ont fait des ressortissants Burkinabés à Abidjan quand votre société livrait les fameuses cartes consulaires aux autorités du Burkina représentées ce jour-là par  Djibril Bassolé ancien et puissant ministre des affaires étrangères de Compaoré. Contrairement aux allégations tenues dans l'Obs vos prestations dans d'autres pays ont connu aussi des soubresauts, comme l'affaire de ces fameuses cartes consulaires burkinabé. Insinuer le contraire, c'est faire croire qu'il n'y a qu'au Sénégal que vous avez des problèmes.

Au Sénégal, vous pouvez le constatez quotidiennement, la société civile, la presse dénoncent et alertent sur les actes de mal gouvernance ou supposés comme tels. Aucune autorité ne peut se soustraire à cette "règle de gouvernance sénégalaise". C'est un acquis dont le Sénégal est fier! Demandez au Président Macky, à vos amis du gouvernement et même aux parlementaires s'ils ne se réveillent pas tous les jours avec l'appréhension de voir dans la presse la dénonciation d'un acte de gouvernance? Vous êtes choqué, mais c'est normal parce qu'il ya quelque chose de déroutant dans cette "exception sénégalaise" pour un étranger. Vous avez dit que vous êtes aussi choqué " par l'attitude de certains journalistes sénégalais ", nous à Dakaractu, les premiers à ébruiter l'affaire, nous vous disons dommage et même si vous pensez " que nous maîtrisons pas le sujet ", nous sommes plus que déterminés à continuer de jouer ce rôle de sentinelle pour notre pays. 
Si c'était à refaire, nous aurions fait exactement la même chose. Dakaractu n'est ni pour, ni contre une autorité ou un homme d'affaires. N'en déplaisent à nos contempteurs...
Mercredi 25 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :