Scandale IAAF : la suspension de la fédération russe d'athlétisme demandée

La Commission d'éthique du CIO a demandé lundi la suspension provisoire de l'ex-président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), touchée par un scandale de corruption pour blanchir des cas de dopage. L'agence mondiale antidopage a demandé dans le même temps, entre autres, la suspension de la fédération russe.


La suspension à vie de cinq entraîneurs et cinq athlètes russes, dont la championne olympique en titre du 800 m Mariya Savinova, et même de la fédération de Russie d'athlétisme, ou encore le retrait de l'accréditation du laboratoire antidopage de Moscou, qui a détruit 1417 échantillons.
Telles sont les demandes formulées ce lundi par l'agence mondiale antidopage, qui tenait une conférence de presse à Genève et présentait son rapport dénonçant le scandale de corruption pour couvrir des cas de dopage en athlétisme. Le rapport juge que les JO 2012 de Londres ont été «sabotés» par la présence d’athlètes dopés.

Une enquête d'Interpol

Lors de la conférence de presse tenue par l'AMA dans la foulée de la distribution du rapport,  les experts ont tenu à nuancer leur propos, arguant que le «dopage organisé» dépasse la seule Russie - le Kenya avait aussi été pointé du doigt cet été - et l’athlétisme. Avant tout de même de rajouter à l'encontre de Moscou que le dopage en Russie «n’aurait pu exister» sans l’assentiment du gouvernement. Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France.
Tout est parti de reportages réalisés par la chaîne allemande ARD en décembre 2014 puis août 2015. Avec des témoignages d’anciens dopés russes, devenus lanceurs d’alertes. Rapidement, l’AMA a mis sur pied une commission d’enquête indépendante afin de creuser en profondeur ces allégations. 
Interrogé l'été dernier par France Télévision, le Dr Michael Ashenden, un des experts antidopage dans cette affaire, estimait : «Certaines valeurs sanguines étaient tellement extrêmes, tellement dangereuses qu'il est clair selon moi que l'EPO était utilisée. L'athlétisme est dans la même position aujourd'hui que l'était le cyclisme il y a vingt ans.»

Lamine Diack poussé vers la sortie du CIO?

En Russie, la Fédération d’athlétisme n’aurait pas hésité à faire chanter ses propres athlètes pour qu’ils payent de leur poche le silence de l’IAAF sur leurs pratiques douteuses. Le ministre russe des Sports, Vitali Moutko, s’est déjà dit prêt à sévir : «Nous punirons toutes les personnes coupables si ce rapport nous fournit les faits concrets.»
Dans le même temps, la Commission d'éthique du CIO a demandé la suspension provisoire de l'ex-président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack, comme membre honoraire du Comité international olympique. Le Sénégalais de 82 ans, en poste jusqu'en août dernier, est soupçonné d'avoir reçu des sommes d'argent en contrepartie de la couverture de pratiques dopantes, principalement en Russie. Il a été mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé par la justice française.
Lundi 9 Novembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :