Saviez-vous que le taux d’utilisateurs d’internet d’un pays peut indiquer son niveau de développement ?


Saviez-vous que le taux d’utilisateurs d’internet d’un pays peut indiquer son niveau de développement ?

Au sein de nos différentes économies, les télécommunications occupent une place de plus en plus importante. Au Sénégal par exemple 100% de la population dispose d’un téléphone mobile quand l’accès à l’électricité est évalué à 61% (source : Banque mondiale, année : 2014).Ce secteur constitue le 3eme le plus important, devant l’industrie alimentaire, le BTP ou encore l’agriculture.

Cependant, autant la communication téléphonique est répandue au sein des populations, autant l’utilisation d’internet par ces mêmes populations ne suit pas les mêmes évolutions. Le taux de pénétration de ce service semble fortement corrélé avec le PIB par habitants. Plus le revenu par habitant est faible et plus le taux d’utilisateurs d’internet est bas.
Représentations des pays selon PIB par Habitant & le taux d’utilisateurs d’internet


Ainsi d’après le graph ci-dessus, les pays peuvent être regroupés en quatre groupes :
  • Les pays à faible niveau de PIB : pour ces pays, la part des populations connectées est inférieure à 25% pour un PIB par habitant inférieur à $1,450. Le point commun qui peut être noté entre ces pays est un niveau d’accès à l’électricité assez faible (en moyenne 42%) et un taux d’alphabétisation moyen de 65%
  • Les pays avec un niveau de PIB compris entre $1,450 & $4,500, leur taux d’utilisation d’internet ne dépasse pas 53%
  • Pour les pays avec un niveau de revenu par habitant élevé, c’est-à-dire moins de $14,500 le taux d’utilisation d’internet est souvent inférieur à 76%
  • Et enfin, pour les pays les plus riches le taux d’utilisation d’internet est supérieur à 76%
La révolution du digital est considérée par certains comme la quatrième révolution industrielle. Ainsi, les pays avec un faible taux d’utilisation d’internet partent avec un handicap car l’économie créée en ligne ne sera pas accessible à l’ensemble de la population. Ce qui risque de décourager la création de contenu par les acteurs de ce marché car la rentabilité ne pourrait pas être au rendez-vous. A titre d’exemple, les sites de vente en ligne où la majorité des offres demeurent limitée à la région de Dakar. Les seuls sites qui couvrent d’autres régions du Sénégal offrent généralement des services de tourisme.
Il est important de noter que l’accès à internet nécessite de lourds investissements en équipement et travaux publics que les pays à faible revenu ne peuvent prendre en charge. S’agissant des initiatives du secteur privé, la législation impose souvent de lourdes garanties pour assurer la qualité de service, ce qui est excellent pour l’expérience client mais un frein pour le développement du service. Cependant, il existe des projets soutenus par la Banque mondiale, par le biais de ses différents démembrements dont l’objectif est de participer au développement de ce secteur, en promouvant l’investissement dans ces pays.
Par ailleurs, l’accès à l’électricité et le faible niveau d’éducation des populations constituent également une barrière à l’utilisation d’internet. Sans oublier le fait que se connecter à internet ne constitue pas un besoin primaire pour les populations de ces pays. Généralement, elles vivent en dessous du seuil de pauvreté c’est-à-dire moins d’1$ par jour.
C’est pourquoi, comme l’indique le titre de cette modeste contribution, le taux d’utilisation d’internet peut être un indicateur de développement. En effet, il peut être assimilé à une unité de mesure indirecte de  la part des populations capables de se loger, se nourrir, se vêtir, se soigner et enfin se connecter.
 
Samedi 21 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :