Sarkozy, le Falcon d’Afflelou et la coke !


Sarkozy, le Falcon d’Afflelou et la coke !
D'après "L'Express" à paraître demain, la juge d’instruction marseillaise Christine Saunier-Ruellan cherche à savoir qui a payé "un déplacement privé de l’ancien président de la République" fin 2012. Le plus cocasse dans cette histoire, c'est que le voyage en question s'est déroulé à bord d'un Falcon appartenant à Alain Afflelou et qui a récemment été placé sous les feux des projecteurs médiatiques pour avoir servi à transporter de la cocaïne entre la République Dominicaine et la France...
Une affaire de plus pour Nicolas Sarkozy ? C'est pas de chance tout de même. Après Bordeaux et le juge Gentil dans le dossier Bettencourt, Nanterre et la juge Claire Thépaut dans l’affaire des écoutes, bienvenue à Marseille où la juge d’instruction Christine Saunier-Ruellan « s’intéresse de près à un déplacement privé de l’ancien président de la République » comme le révèle l’Express dans son numéro à paraître demain. Elle chercherait à savoir « qui a payé ce voyage ». 
Le « voyage » en question ? Une « conférence au Moyen-Orient » organisée en décembre 2012. Une date qui coïncide avec la venue « bénévole », nous expliquait RTL à l'époque, de l’ex-chef d’état au Qatar où il est intervenu dans le cadre du premier Doha Goals, un forum mondial de sport produit par... le publicitaire Richard Attias, le nouveau mari d'une certaine Cécilia. 
  
A croire que le destin s’acharne. Outre la présence, sur place, de son ancien rival, il s’avère que pour se rendre à cette fameuse conférence, Nicolas Sarkozy a utilisé le Falcon 50 appartenant à Alain Afflelou et loué à une société de leasing. Le même appareil qui, trois mois plus tard, en mars 2013, sera intercepté par les autorités de République Dominicaine avec à son bord près de 700 kilos de cocaïne comme le racontait Marianne... 
  
Des va-et-vient entre les Antilles et l’aérodrome de la Môle, à Saint-Tropez, Nicolas Sarkozy ne sait sans doute rien. Il avait d’ailleurs envisagé de se rendre à Bordeaux à bord du même avion pour répondre à une convocation du juge Gentil. Il faut dire que Sarkozy et les Falcon, c’est une histoire d'amour ancienne. Et qui dure, quel qu'en soit le coût... 
  
En avril 2012, alors en pleine campagne, le président-candidat utilise un Falcon de la flotte Dassault. Un modèle spacieux (le Falcon 900 EXY), 14 sièges, qui pointe à 850 km/h en vitesse de croisière d’après l'enquête de Marianne parue en juin dernier. Des heures de vol facturées 216 000 euros TTC pour un package initial de 30 heures. Mais pourquoi se contenter d'autant quand on peut avoir plus encore ? Ainsi, la location du Falcon, prévue du 16 mars au 15 avril 2012, a été tacitement prolongée jusqu’au 6 mai, pour la modique somme de 638 000 euros. De quoi entamer sérieusement les dépenses de campagne du candidat de l'UMP. On connaît la suite. 
 
Marianne.net
Mercredi 9 Juillet 2014




Dans la même rubrique :