Salon de l’Agriculture de Paris : Les ministres de l’élevage et de l’agriculture sénégalais unissent leurs forces


Le Sénégal va participer au 53 ème Salon International de l’Agriculture de Paris qui se tiendra du 27 février au 7 Mars 2016.
La particularité de l’événement de cette année et selon le Dr Ibrahima MENDY, Directeur de l'Analyse de la Prévision et des Statistiques Agricoles que l’on a décidé « d’aller ensemble avec le ministère de l’élevage ce qui va permettre de faire une présentation globale de ce que l’on fait ».
 Il y a aussi les innovations au niveau des stands, « depuis que le salon a été institué on  a jamais vu un stand aussi bien aménagé et qui va permettre des rencontres mais aussi d’organiser des expositions au niveau local ».
Ce salon constitue un événement phare de promotion du secteur agricole c’est la raison pour laquelle le Sénégal y participe depuis 15 ans a rappelé le Dr Mendy pour effectivement « faire la promotion de notre agriculture en y associant tous les acteurs du secteur. En partant des petits exposants, ceux qui transforment les produits agricoles jusqu’aux industriels qui sont dans l’agro-alimentaire mais en passant aussi par l’institutionnel ».
« On va présenter ce que l’on a de mieux dans l’agriculture au niveau du Sénégal » dira le Chef de la DAPSA
Le Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rurale (MAER) a confié à l’Union Nationale des Chambres de Commerce (UNCCIAS), l’organisation de la participation du Sénégal au Salon International de l’Agriculture (SIA). Ceci s’explique selon M. Mendy parce que depuis 2003 le ministère de l’agriculture a signé un protocole avec la chambre de commerce « parce que nous pensons qu'il est bon de travailler dans un « PPP » (partenariat public privé).
La valeur ajoutée du Sénégal dans la participation dans le salon, en agriculture se résume en plusieurs segments, « la production que nous connaissons mais aussi l’aspect commercialisation de nos produits ». Selon le Dr Mendy pendant cet événement il y  a plusieurs acteurs de l’agroalimentaire et d’autres qui vont présenter des produits c’est le moment de pouvoir avoir des partenariats mais de voir aussi ce qui se faite de mieux, et essayer d’implémenter au niveau national.
Le Président de l’Union Nationale des Chambres de Commerce a plaidé pour professionnalisation des exposants afin de faire ressortir au mieux le concept du Sénégal émergent. Il a par ailleurs indiqué que du côté de l’organisation tout sera fait pour que les millions de visiteurs puissent voir ce qui se fait au niveau du Sénégal.
Mercredi 17 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par WakhDeuk le 18/02/2016 00:02
C'est du n'importe quoi au niveau du comité d'organisation. L'UNCCIAS n'a pas joué son rôle auprès des participants professionnels. Ils encaissent l'argent des visiteurs professionnels à hauteur de 1 180 000f chacun sans assistance ni rien. Le montant versé ne couvre absolument rien. Il appartient à la personne d'aller faire sa réservation d'hôtel, sa réservation de billet, l'assurance schengen, l'achat des billets entre autres. Toutes ces dépenses sont à la charge du participant.

Aucune assistance croyez-moi! Or, en France l'entrée au parc des Expos de Paris pour ce SIA 2016 est de 13€ soit 8 515f le billet d'entrée. Imaginez la différence entre 8 515f et 1 180 000f c'est une grosse arnaque entre Serigne Mboup Président de l'UNCCIAS et Baboucar Bop commissaire du SIA ici au Sénégal.

J'interpelle le Ministre de l'Agriculture M. Papa Abdoulaye SECK, de demander à l'UNCCIAS ce que représente les 1 180 000f versés par les visiteurs professionnels. Et n'oubliez pas que l'UNCCIAS n'apporte aucune assistance pour l'obtention des visas.

Si le Président de la République veut encourager le développement de l'agriculture, je le recommande de donner de la considération aux acteurs et producteurs. Aujourd'hui, l'UNCCIAS a encaissé des millions et des millions de participants (visiteurs officiels) sans que ces derniers ne connaissent la suite (pas de programme envoyé pour le moment, pas d'assistance pour les visas, ni de réservation hôtel, etc).

Moi, je partirai Inshallah mais je crains pour ces centaines de personnes ayant versé leur argent sans appui de l'UNCCIAS.



Dans la même rubrique :