SYSTEME DE PILLAGE DES RESSOURCES DE AIBD : Daport, Afriport, Dacrow, Blackpearl, metinvest... sur la trace des grands Ducs du Luxembourg

C'est à 5 605,2 kilomètres de Diass, au Luxembourg que des sociétés écrans qui captaient toutes les ressources de l'Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) ont été montées. Ce, grâce à un système nébuleux mis en place par un clan qui avait entamé ce qui risquait d'être le braquage du siècle, n'eut été le changement de régime intervenu en mars 2012.


Nos confrères de l'Obs n'ont pas eu tort d'écrire dans leur dernière livraison que l'Aibd, qui ouvrira ses portes le 7 décembre prochain, est le miraculé d'un génocide économique.
Libération conforte L'Obs et révèle que c'est au Luxembourg, à 6 heures de vol de Diass, que les jalons de ce pillage ont été posés par des proches de Karim Wade qui se cachaient derrière des sociétés offshores administrées par le même cabinet.
C'est le cas de Daport qui devait gérer Aibd sans débourser un sou. Daport n'est d'ailleurs qu'une coquille vide puisque contrôlée par Afriport Sa. L'histoire de cette entité offshore commence un an avant le lancement des travaux de l'Aibd. En effet, le 26 octobre 2006 dans le cabinet de Maître Jean Seckler, notaire résidant à Junglinster (Grand-Duché de Luexmbourg), l’expert-comptable Alexandre Taskiran est mandaté par Alnair Finance Sa, société offshore contrôlée par Bibo Bourgi, pour constituer Afriport Sa.
Comme l’indique l’objet social : «La société a pour objet la prise de participations, sous quelque forme que ce soit, dans toutes sociétés luxembourgeoises ou étrangères, ainsi que l’acquisition par achat ou de toute autre manière, aussi bien que le transfert par vente, échange ou autres titres de toutes sortes, l’emprunt, l’avance de fonds sur prêts ainsi que la gestion et le développement de ses participations. La société pourra participer à la création et au développement de toute société ou entreprise et pourra leur accorder toute assistance.
D’une manière générale, elle pourra prendre toutes mesures de contrôle et de surveillance et exécuter toutes opérations qu’elle jugera utiles pour l’accomplissement et le développement de son objet».

Bibo, Alnair Finance Sa et la vraie histoire de Daport

Dans la foulée, Christian Buhlmann, expert-comptable, né à Etterbeek (Belgique), qui est déjà intervenu dans la création de Met-Invest, est nommé administrateur tout comme son collègue Alexandre Taskiran, expert-comptable, né à Karaman et Jean-Bernard Zeimet, réviseur d’entreprises, né au Luxembourg, le 5 mars 1953, demeurant professionnellement à L-2730 Luxembourg, 67, rue Michel Welter.
La société anonyme Trustconsult Luxembourg Sa, contrôlée par Bühlmann est désignée commissaire aux comptes alors que le siège de Afriport est établi à L-2730 Luxembourg, 67, rue Michel Welter. C’est-a-dire la même adresse que le cabinet Trustconsult. Ce premier pas franchi, il fallait maintenant faire entrer les dirigeants de la société allemande Fraport dans le capital pour donner un semblant de sérieux à Afriport qui n’est qu’une société créée spécialement pour pomper les futures ressources de AIBD.

Fraport, la grande mascarade

Et c’est Christian Buhlmann qui prend les choses en main en convoquant, le 5 mars 2007, une Assemblée générale des actionnaires de Afriport avec comme ordre du jour, la «décision de modifier intégralement l’objet social de la Société».
Désormais, Afriport avait pour objet «toutes opérations commerciales se rapportant directement ou indirectement à la prise de participations sous quelque forme que ce soit, dans toute entreprise ayant pris la forme d’une société de capitaux qu’elle soit anonyme ou à responsabilité limitée, ainsi que l’administration, la gestion, le contrôle, et le développement de ces participations.
La Société peut notamment employer ses fonds à la création, à la gestion, au développement et à la réalisation d’un portefeuille se composant de tous titres et brevets de toute origine, participer à la création, au développement, au contrôle de toute entreprise, acquérir tout titre par voie d’apport, de souscription, de prise forme ou d’option d’achat ainsi que par vente, transfert ou échange. La Société peut emprunter et accorder aux sociétés dans lesquelles elle a un intérêt direct ou indirect tout concours de prêts, avances ou garanties. Plus généralement, la Société peut réaliser toutes opérations patrimoniales, mobilières, immobilières, financières, industrielles ou commerciales ainsi que toute opération de nature à favoriser directement ou indirectement l’accomplissement et le développement de son objet.»
Le même jour, l’Assemblée générale décide de créer un capital autorisé fixé à un million d’euros (1.000.000,- EUR) qui sera représenté par cent mille (100.000) actions, divisées en dix mille (10.000) actions de Classe A et quatre-vingt-dix mille (90.000) actions de Classe B, toute d’une va leur nominale de dix euros (10,- EUR) chacune, et décision d’autoriser le conseil d’administration d’augmenter le capital social souscrit en tout ou en partie, dans le cadre de ce capital autorisé pour une période de cinq ans (5) à dater du février 2007 tout en réservant aux actionnaires de la Société un droit préférentiel de souscription lors de chaque émission d’actions nouvelles.
Ensuite, Alexandre Taskiran et Jean Bernard Zeimet sont démis de leurs fonctions d’administrateur pour être remplacés par deux dirigeants de trois dirigeants de Fraport : Florian Mahler - qui sera nommé Pdg de Daport Sa - Wolf- gang Plutniok - actionnaire dans Daport - et Paul van Lienden dont le nom apparaît, au niveau de la Cour de répression de l’enrichissement il- licite (CREI), dans un compte ouvert à la Julius Bank de Monaco.
Ce changement effectué, l’Assemblée a créé deux classes d’actions nominatives, jouissant toutes de droits et privilèges identiques, les actions rachetables de Classe A («les actions de Classe A») et les actions rachetables de Classe B («les actions de Classe B») et de subdiviser les dix mille (10.000) actions ordinaires constituant présentement un capital social souscrit de cent mille euros (100.000,- EUR) en mille (1.000) actions de Classe A d’une valeur nominale de dix euros (10,- EUR) chacune et en neuf mille (9.000) actions de Classe B d’une valeur nominale de dix euros (10,- EUR) chacune, chaque action étant intégralement libérée.
A cet effet, elle attribue les mille (1.000) actions de Classe A à la société Fraport et les neuf mille (9.000) actions de Classe B à la société Contact Flughafen Kon- zessions Gmb une société à responsabilité limitée, constituée et existant sous le droit allemand, établie et ayant son siège social au 350 Durener Strasse, D-50935 Cologne, enregistrée au Registre de Commerce sous le numéro HRB 57749.
En vérité, Contact est contrôlé par Afriport et Général air service, société panaméenne dans laquelle on retrouve... Bibo Bourgi. C’est d’ailleurs via General Air Service qui comptait un autre actionnaire sénégalais que Bibo Bourgi, le complice présumé de Karim Wade avait pris des parts dans la compagnie Sénégal Airlines.
Mais Daport n'est que la face visible de l'iceberg. En effet, une autre nébuleuse avait reçu mandat, contre le paiement de plusieurs milliards de FCFA afin de trouver des financements pour Aibd.
Son nom? Blackpearl finance. L'histoire de Blackpearl est liée à celle d'une autre pieuvre offshore : Dacrow.
Le 15 décembre 2008, Universal Stars Llc, ayant son siège social à 1617 N. Main Street, Suite B, Sheridan, WY 82801 (U.S.A.), Alain Thill, s’est présenté au cabinet de Maître Jean Seckler- le même notaire- pour constituer, Decrow capital Sa.
Comme l’indique l’objet social : «La Société a pour objet toutes opérations se rapportant directe- ment ou indirectement à la prise de participation sous quelque forme que ce soit, dans toute entreprise, ainsi que l’administration, la gestion, le contrôle et le développement de ces participations. Elle pourra notamment employer ses fonds à la création, à la gestion, à la mise en valeur et à la liquidation d’un portefeuille se composant de tous titres, instruments financiers, obligations, bons du trésor, participations, actions, marques et brevets ou droits de propriété intellectuelle de toute origine, participer à la création, l’administration, la gestion, le développement et au contrôle de toute entreprise, acquérir par voie d’apport, de souscription, de prise ferme ou d’option d’achat et de toute autre manière, tous titres, marques, brevets ou droits de propriété intellectuelle, les réaliser par voie de vente, de cession d’échange ou autrement, faire mettre en valeur ces affaires, marques, brevets et droits de propriété intellectuelle, accorder aux sociétés auxquelles elle s’intéresse tous concours, prêts, avances ou garanties et/ou aux sociétés affiliées et/ou sociétés appartenant à son Groupe de sociétés, le Groupe étant défini comme le groupe de sociétés incluant les sociétés mères, ses filiales ainsi que les entités dans lesquelles les sociétés mères ou leurs filiales détiennent une participation.
Elle pourra également être engagée dans les opérations suivantes, il est entendu que la Société n’entrera dans aucune opération qui pour- rait l’amener à être engagée dans toute activité qui serait considérée comme une activité réglementée du secteur financier:
- conclure des emprunts sous toute forme ou obtenir toutes formes de moyens de crédit et réunir des fonds, notamment, par l’émission de titres, d’obligations, de billets à ordre et d’autres instruments de dettes ou de titres de capital ou utiliser des instruments financiers dérivés ou autres ;
- avancer, prêter, déposer des fonds ou donner crédit à ou avec garantie de souscrire à ou acquérir tous instruments de dette, avec ou sans garantie, émis par une entité affiliée luxembourgeoise ou étrangère, pouvant être considérés dans l’intérêt de la Société ; Elle prendra toutes les mesures pour sauvegarder ses droits et fera toutes opérations généralement quelconques, y inclus des opérations immobilières, qui se rattachent à son objet ou qui le favorisent.
D’une façon générale, elle peut prendre toutes mesures de contrôle et de surveillance et faire toutes opérations qu’elle jugera utiles à l’accomplissement ou au développement de son objet. La société n’exercera pas directement une activité industrielle et ne tiendra aucun établissement commercial ouvert au public.»

L'autre mascarade du clan

Christian Buhlmann,expert-comptable, né à Etterbeek (Belgique), le 1er mai 1971, demeurant professionnellement à L-2168 Luxembourg, 127, rue de Muh lenbach ; Thierry Triboulot, employé privé, né à Villers-Semeuse (France), le 2 avril 1973, demeurant professionnellement à L-2168 Luxembourg, 127, rue de Muh lenbach et Alexandre Taskiran, expert-comptable, né à Karaman (Turquie), le 24 avril 1968, demeurant professionnellement à L-2168 Luxembourg, 127, rue de Muhlenbach sont nommeś administrateurs alors que le commissaire aux comptes, comme pour Djoz Sa, est le cabinet Trustconsult Luxembourg S.A., ayant son siège social à L-2168 Luxembourg, 127, rue de Muh lenbach, R.C.S. Luxembourg numéro B86.995.
Ce cabinet, comme nous l’écrivions, est contrôlé par Christian Buh lmann. Pourtant, vingt-quatre heures seulement après avoir monté Decrow, Alain Thill cède l’ensemble de ses parts à Metinvest Sa, société offshore basée au Luxembourg et représentée par... Christian Buhlmann qui était pourtant nommé administrateur de Decrow. Selon les documents obtenus par Libération, les bénéficiaires de Met-Invest sont bien Bibo Bourgi, son frère Karim et Pape Mamadou Pouye. Du coup, Decrow devient une propriété du «clan» qui pouvait désormais faire main basse sur BMCE Sénégal.

Main basse sur Bmce Sénégal et ses mandats

Ainsi, le 16 décembre 2010, l’actionnariat est discrètement modifié pour permettre l’entrée dans le capital des responsables de BMCE Sénégal qui deviendra, par la magie d’une ingénierie financière sophistiquée , Balckpearl Finance.
En effet, l’Assemblée générale tenue dans le bureau du même notaire décrète les démissions de Messieurs Christian Bulhmann, Thierry Triboulot et Alexandre Taskiran et celle de Trustconsult Luxembourg S.A. en sa qualité de commissaire est également acceptée . Aussi, Finance-Com Inter- nationalS.A.,ayant son siège social 1, boulevard Joseph II, L- 1840 Luxembourg est nommé administrateur.
Derrière cette société offshore se cache Abdou Bensouda, demeurant professionnellement 3, rue Boudreau, F-75009 visé par un mandat d’arrêt international de la Commission d’instruction de la Cour de répression de l’enrichissement illicite. Sont aussi nommeś administrateurs Zouheir Bensaid, Directeur général de société, demeurant 9, boulevard Océan Atlantique,LaCorniche Tranche, Casablanca, Maroc et Hicham El Amrani, Directeur général adjoint de société, demeurant Angle Rue 27-30 n° 13 Hay El Hana, Casablanca, Maroc. Tous les deux étaient actifs dans BMCE Sénégal.
Un mois avant cette mise en scène, Dacrow capital Sa avait crée Blackpearl Finance. En effet, le 16 septembre 2010, Dacrow, représentée par son... employeé Madame Florence Gaset demeurant professionnellement au 1, boulevard Joseph II, L- 1840 Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg, montait Black pearl-finance en vertu d’une procuration sous seing privé Par-devant Maître Jean-Joseph WAGNER, a comparu «DECROW CAPITAL S.A.», représentée par Madame Florence GASET, employée privée. Ainsi, il a été formé «Blackpearl Capital Group S.A.» avec siège au Luxembourg à la même adresse que Decrow et les autres sociétés citées plus haut.
Comme l'indique son objet social, "la société a pour objet toutes activités de prestations de conseil et d'étude en matière économique dans le sens le plus large du terme. Elle pourra réaliser toutes opérations d'assistance en matière économique, commerciale et managériale. Elle pourra être sollicitée pour rechercher, analyser toutes informations économiques, commerciales et managériales.
Elle assistera tout groupement de personnes, sociétaire ou non, dans son développement, organisation et management.
Elle réalisera notamment les études de marché et leur apportera tous les outils nécessaires à leurs prises de décisions. La société pourra exercer toute autre activité commerciale à moins que celle-ci ne soit spécialement réglementée. D'une façon générale, elle pourra faire toutes les opérations commerciales, financières, mobilières et immobilières se rattachant directement à son objet social ou qui seraient de nature à en faciliter ou développer la réalisation.
La société a, en outre, pour objet toutes les opérations se rapportant directement ou indirectement à la prise de participations sous quelque forme que ce soit, dans toute entreprise, ainsi que l'administration, la gestion, le contrôle et le développement de ces participations.
Elle pourra notamment employer ses fonds à la création, à la gestion, à la mise en valeur et à la liquidation d'un portefeuille se composant de tous titres et brevets de toute origine, participer à la création, au développement et au contrôle de toute entreprise, acquérir par voie d'apport, de souscription, de prise ferme ou d'option d'achat et de toute autre manière, tous titres et brevets, les réaliser par voie de vente, de cession, d'échange ou autrement, faire mettre en valeur ces affaires et brevets, accorder aux sociétés auxquelles elle s'intéresse tous concours, prêts, avances ou garanties".

Comment Blackpearl a été montée par... Decrow

Le même procédé a permis la création- toujours au Luxembourg- de Middle East and Africa Group Limited qui contrôlait Ahs, cette société de handling qui régnait sur l'aéroport Léopold Sédar Senghor. Selon les statuts, cette entité offshore a obtenu le numéro de compagnie 1553373 après avoir été montée à Hong Kong le 19 janvier 2011.
En fait, Menzies est une vraie pieuvre aux multiples ramifications. Comme nous le révélions déjà, dès 2003, Bibo Bourgi et Pouye ont monté Menzies Middle East and Africa Sa, au capital de 3.000.000 euros, au Luxembourg sous le numéro B 96.151, dont le siège social est sis 127 rue de Mühlenbach, L-2168 Luxembourg. Un an plus tard, une autre société offshore a vu le jour sous la même adresse : Metinvest Equity Sa dont l’existence a été mise à jour par la traque des biens présumés mal acquis.
En 2010, Bibo Bourgi et Pouye posent pieds au Panama à travers Menzie Middle East and Africa Holdings.
Cette compagnie, montée le 20 décembre sous le numéro 721553, est administrée par la firme juridique Aleman, Cordero, Galindo et Lee. Ce cabinet est pour rappel au cœur de plu- sieurs scandales financiers. Il est suspecté d’avoir aidé Francisco Flores, l’ancien Président du Salvador, à détourner près de 874 millions de dollars qui ont transité dans plusieurs entités offshore.
Le même cabinet a été rendu, tristement, célèbre par son implication dans du blanchiment d’argent pour l’ancien dictateur chilien, Augusto Pinochet, et ses dirigeants sont considérés comme des «partenaires intermédiaires dans diverses sociétés offshore», selon un rapport de l’Ong Grain. Pire, les dirigeants d’Aleman Cordero Galindo et Lee sont cités dans un scandale sur l’utilisation de sociétés écrans et offshore au Brésil et aux Etats-Unis par des entreprises telles que Cisco qui auraient commis une fraude fiscale d’un montant de 735,5 millions de dollars.
Samedi 11 Novembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :