SPORT : Comment la marque Nafi Thiam rapporte très gros

Nafissatou Thiam n'a peut-être pas gagné beaucoup d'argent suite à son titre européen à Belgrade, mais elle est tout de même au centre d'un business très florissant. Sa nouvelle médaille d'or va lui rapporter gros, comme le souligne Het Nieuwsblad.


SPORT : Comment la marque Nafi Thiam rapporte très gros
Nafi Thiam est arrivée lundi matin à l'aéroport de Zaventem avec une médaille d'or dans ses bagages. Elle n'a par contre pas obtenu la moindre prime pour ce nouveau titre. L'athlète belge profite d'un contrat d'étudiante auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles et d'une bourse du COIB. Tout juste de quoi couvrir ses frais: les voyages, les stages, le matériel d'entraînement, ... 

Pour la championne olympique, les sponsors sont donc essentiels. "Depuis sa médaille d'or à Rio, le nombre de demandes n'a fait qu'augmenter exponentiellement", précise sa manager Kim Vanderlinden. Audi, Red Bull et la marque de bijoux Diamanti Per Tutti ont prolongé leur collaboration avec l'athlète pour quatre ans. Thiam a aussi conclu un contrat très juteux avec Nike. "Nous étudions en ce moment les offres des nouveaux sponsors et la barre est fixée très haut. Le titre de Nafi au pentathlon n'a fait que renforcer notre position à la table des négociations."

Game of Thrones

La marque "Nafissatou Thiam" vaut de l'or. Le magazine spécialisé Forbes a placé notre compatriote parmi les 30 personnalités de moins de 30 ans les plus "bankables". Selon le magazine, sa valeur marchande est équivalente à celle de Luis Suarez ou de l'actrice Sophie Turner (Sansa Stark dans "Game of Thrones").

Mais la Namuroise a également les organisateurs des différents meetings d'athlétisme à ses pieds. Ils veulent tous accueillir la nouvelle star montante de l'athlétisme. Evidemment, cela a un prix: 5000 euros, selon les informations du Nieuwsblad. "Nafi a de la valeur et il faut donc payer le prix conforme. Cet hiver, nous avons convenu avec elle qu'il n'était plus question de participer à une compétition sans être payée. C'est pour ça qu'on ne la verra plus à des plus petites compétitions locales. Ce ne serait pas correct de ne rien demander un jour, puis d'exiger quelque chose plusieurs semaines après", poursuit Vanderlinden.

Et la Diamond League?

Thiam pourrait même gagner encore plus d'argent si elle se concentrait exclusivement sur le saut en hauteur, sa spécialité. Contrairement à l'heptathlon, cette discipline fait en effet partie de la Diamond League où les primes sont beaucoup plus élevées. Comptez par exemple 10.000 dollars pour une victoire sur un meeting et 50.000 dollars en cas de première place au classement final de fin de saison. 

Mais pas question de raisonner de la sorte. "L'argent n'a jamais été ma motivation première et ce ne sera jamais le cas", précise la championne. "J'écoute mon corps et j'analyse tout sur le long terme. Si vous courrez derrière l'argent, vous faites des mauvais choix. C'est pour ça que je n'ai pas participé au saut en hauteur à Rio, même si certains ne l'ont pas compris."
Mardi 7 Mars 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :