SITUATION DU PAYS : Déclaration de la fédération nationale des cadres libéraux (FNCL)


SITUATION DU PAYS : Déclaration de la fédération nationale des cadres libéraux (FNCL)
M. le président de la République, le président Macky Sall, formulation strictement usitée par les Apéristes et leurs alliés, en plus de l’usage abusif de majuscule pour le mot président, n’est point une répétition inutile, encore moins une redondance de mauvais goût.  L’expression traduit, délibérément, un dédoublement de la personnalité de M. Macky Sall, dans l’inconscient des partisans et des laudateurs qui, en fait, interpellent l’homme, d’abord dans son statut de chef de l’Etat, puis, dans, celui plus important pour eux, de président de l’APR. Voici, ce qui sert d’éclairage pour mieux décrypter ce que le chef de l’Etat et président de l’APR, a servi à ses concitoyens et, plus particulièrement à son clan politique.
 
C’est ainsi que le 31 décembre 2015, devants nos postes radio ou nos écrans de télévision, nous avons entendu, médusés, le président de la République, qui a rapidement laissé sa place au président de l’APR, nous débiter un propos que l’on a du mal à spécifier. Est-ce une adresse à la Nation où l’ethos devait prendre le pas sur le logos ? est-ce une allocution ? une déclaration ? un discours de fin d’année ? un message que le chef de l’Etat adresse au pouvoir législatif ? ou simplement une présentation de vœux de nouvel an ?
En tout état de cause, quand M. Macky Sall a formulé des prières pour nos chers défunts , adressé tous ses souhaits de prompt rétablissement aux malades,  salué et encouragé nos compatriotes de la diaspora, ainsi que nos vaillantes Forces de défense et de sécurité,  renouvelé son soutien constant au processus de dialogue  pour la consolidation de la paix en Casamance  et invité à rester vigilants et sereins, en ces temps d’insécurité exacerbée, c’était alors, incontestablement, le chef de l’Etat (ou le président de la République) qui s’est prononcé bien à-propos. Ces éléments méritaient, bien sûr une plus grande force persuasive, à caractère pédagogique, afin que la prégnance souhaitée puisse durablement habiter chaque citoyen de ce pays. Evidemment, n’est pas pédagogue qui veut, pour arriver à bien marquer les esprits.  Où sont les nombreux conseillers en communication du président de la République ? 
Malheureusement, confondant, certes délibérément, mais alors totalement « bilan de campagne pour une réélection » et vœux qu’un chef de l’Etat doit adresser à toute la Nation et aux étrangers qui vivent parmi elle, le président de la République, M. Macky sall, est allègrement descendu de son piédestal d’une extrême honorabilité, pour patauger malencontreusement dans le bourbier du marécage politique que le président de l’APR affectionne tant. Il s’est alors pitoyablement lancé dans une énumération laborieuse de réalisations délibérément majorées, avec des chiffres travestis à l’envi, sans le moindre souci d’honnêteté intellectuelle. Comment, pour un scientifique, oser affirmer, droit sur ses bottes, et sans que son chapeau ne lui tombe sur le nez,  à la face de la Nation et du monde, que « la production  d’arachide, cette année, se chiffre à 1 121 474 tonnes, soit 68% de hausse , que  celle du riz paddy a augmenté de 64%, passant de 559 000 à      917 371 tonnes et que la production horticole, en hausse de 14%, s’établit à 1.133.430 tonnes » ?
Les Sénégalais, loin d’être des demeurés comme le considèrent ces mégalomanes sortis de nulle part, maîtrisent assez le concept de « taux de croissance économique » que l’on proclame à 6,5% alors les éléments constitutifs ne peuvent, objectivement, être collectés avant mars au moins,         ce taux étant, par ailleurs, défini par la formule suivante qui relie les produits intérieurs bruts (PIB) de l'année N et de l'année N-1. Se trompent donc lourdement ceux qui croient abuser les Sénégalais par  ces chiffres fantaisistes qui renseignent indubitablement sur la volonté de couvrir, d’un smog des plus épais, la vision des Citoyens de ce pays. On peut réellement se demander si le camp du président de l’APR, ne s’achemine tout droit vers une mythomanie collective qui risque de détruire toute capacité réelle de conduire le pays vers cette émergence mythique. Qu’Allah nous en préserve, autrement, ce serait bien dommage pour le pays, mais aussi dommage pour tous ceux qui ont cru, en toute bonne foi, et rejoint, par mégarde, ces marchands d’illusions.
En conclusion, la FNCL attend toujours la réaction du Chef de l’Etat, Mr Macky Sall, sur le scandale Lamine Diack, révélant l’utilisation de l’argent du dopage, de la corruption aggravée pour le financement de l’opposition sénégalaise de 2006 à 2012, dans le seul but d’évincer le régime du Sénégal d’alors. Elle proclame d’avance que les fuites en avant ne seront nullement acceptées et demande, solennellement et au nom des principes républicaines, à la justice sénégalaise de se saisir de ce dossier afin que la lumière soit établie devant le peuple sénégalais.
Bonne et Heureuse 2016 à toutes et tous.
Fait à Dakar le 03 Janvier 2016
Dimanche 3 Janvier 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :