SEYNABOU NDIEGUÈNE, CADRE APR A THIÈS : « Le jeu d’Idrissa Seck n’amuse plus! »

C’est la réponse de la bergère au berger. Hier, en sa qualité de responsable politique à Thiès, Seynabou Ndiéguène, présidente du Conseil d’administration du Petit train bleu, s’est érigée en bouclier pour répondre à Idrissa Seck. Selon elle, le jeu du patron de Rewmi n’amuse plus, encore que sa parole ne vaut plus grand-chose devant l’opinion qui a fini par le démystifier.


«On se désole de la sortie d’Idrissa Seck comme à chacune du genre. Mais comme on dit, la bouche qui saigne ne saurait dire du bien. Il avait cru pouvoir être le quatrième Président de la République en 2012, Dieu en a décidé autrement. Le réveil a été brutal pour lui.» Ainsi, Seynabou Ndiéguène a voulu apporter une réponse à la sortie houleuse d’Idrissa Seck contre le Président Macky Sall. Pour cette responsable politique du parti au pouvoir à Thiès, «le jeu d’Idrissa Seck n’amuse plus».
«Que vaut la parole donnée d’Idrissa Seck qui avait juré devant l’opinion qui est toujours là que, jamais, il ne se présentera candidat dans une élection contre le Président Wade, ce qu’il l’a pourtant fait», se demande la présidente du Conseil d’administration du Petit train bleu.
«Chaque fois qu’il sort de son hi-bernation, c’est pour assister au pillage de nos ressources à Thiès. En tant président du conseil départemental de la région de Thiès, Idy n’est jamais présent. Pour- tant, le peuple l’a élu. Aujourd’hui, ce même peuple est en train de démystifier l’homme. Malgré tout, il continue son show», se désole-t-elle.
Revenant sur la sortie de l’ancien Premier ministre sous Wade, Seynabou Ndiéguène dira : «Il parle d’incompétence s’adressant au Président Sall ; l’adage dit cependant que celui qui excelle dans la médisance ne sait jouer qu’un jeu : attribuer à autrui, l’essentiel de ses défauts et, de surcroît, pense par contrecoup tromper la galerie».
Et de poursuivre : «Je lui dirai simplement de se résigner, l’opinion a compris son jeu. Et, aujourd’hui, tel est pris qui croyait prendre. Il s’est fourré dans son propre pétrin. Sa parole n’a pas de valeur probante.»
Toujours dans sa dynamique de réponse au leader du parti Rewmi, la présidente du Conseil d’administration du Petit train bleu de déballer : «Voilà un monsieur qui, depuis qu’il est ce qu’il est, n’a jamais participé dans la vie active de son pays qui, malheureusement, lui a tout donné».
Selon elle, pour comprendre le patron des «rewmistes», il n’est point besoin de chercher loin : «Dites Idrissa Seck, le maire de Thiès, et le plus jeune des habitants de la collectivité, vous dira qu’il a été le plus grand absentéiste que l’histoire ait connu. Aujourd’hui qu’il est président du conseil départemental, itou.»
«Idy doit comprendre qu’il n’inspire plus s’il l’a une fois fait. Son jeu n’amuse pas, qu’il se repose et se résigne s’il cherche à être cinquième Président après avoir échoué à être le quatrième. Il doit choisir une stratégie honorable, lui qui parle de déshonneur.» Et d’ironiser : «J’allais oublier que les cordonniers sont les plus chaussés au monde». S’agissant du maintien du mandat en cours à sept ans et du prochain référendum, elle a tenu à rassurer que les femmes de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY) porteront le combat, et chacune dans son domaine de compétence.
«La mobilisation a sonné et nous sommes les mères, les épouses, les amies, les sœurs, bref, nous sommes à la base et nous ferons le nécessaire», promet Seynabou Ndiéguène.
Vendredi 19 Février 2016
Dakaractu




1.Posté par kolo le 19/02/2016 09:38
idy doussene morome



Dans la même rubrique :