SERIGNE MOUSTAPHA SYLLA : « Tout le monde a intérêt à se conformer au Ndiguël du Khalife… Cheikh Bass est un trésor… Macky ne doit pas être hué à Touba »

Chef religieux connu dans la cité religieuse, un des premiers collaborateurs non politiques du Président Macky Sall à Touba, Serigne Moustapha Sylla avoue ne plus comprendre certains comportements. Dans cette interview exclusive, le descendant de Serigne Maniaw Sylla avertit tous ceux qui se hasarderaient à outrepasser le Ndiguël du Khalife Général des Mourides. Il parlera de Serigne Cheikh Bass Abdou Khadre le comparant à un trésor avant de considérer le Président Macky comme l’un des rares Sénégalais qui ne méritent pas d’être hués.


Bien calme dans votre coin. Aujourd’hui vous parlez. Pourquoi ?

Parce que je pense qu’il est temps de le faire. Dans ce contexte hybride, il est plus qu’urgent pour des gens comme moi d’élever la voix. Touba est une cité qui a été fondée par Cheikh Ahmadou Bamba pour adorer son Créateur. Tous ses Khalifes ont réussi leur mission. Vous comprenez alors que Serigne Sidi Mokhtar ne se laissera pas faire. Il fera comme ses prédécesseurs. Nul ne l’empêchera de réussir. Je le connais assez conséquent pour prendre ses  responsabilités !
 

Vous faites allusion à son ndiguël de ce vendredi ?

A ce ndiguël mais aussi  tous ses autres ndiguëls. Tout le monde a intérêt à se conformer à celui-ci principalement. Je ne voudrais pas que des gens se retrouvent avec des mauvaises surprises. Sa menace est à prendre très au sérieux. Je connais de lui un engagement particulièrement fort. Quand il parle, il veut qu’on l’entende. Depuis qu’il est Khalife Général des Mourides par la grâce de Dieu, tout ce qu’il fait ou dit a été mûrement réfléchi. La violence ne rime pas avec Touba qui devrait être un havre de paix et de félicité pour tout le monde. Serigne Touba l’a répété dans plusieurs de ses écrits. Il n’est pas question de transformer Touba en champ de bataille pour des raisons politiques.
 

Que savez-vous du Khalife ?

Avant qu’il ne soit Khalife, presque nul ne le connaissait. C’est parce qu’il était préparé à porter sur lui la lourde charge de Khalife Général des Mourides. Quand il est arrivé, il a occupé pleinement le fauteuil, prenant les bonnes décisions au bon moment. Une rigueur, toutefois, teintée de sagesse et de clémence. Il est aidé dans ses tâches par un Serigne Bass Abdou Khadre qui a dépassé les composantes de sa génération. C’est un trésor pour la communauté mouride. Ses discours sont pertinents et l’on sent que le choix des mots a été minutieux. Mais il reste établi que chez Serigne Touba, rien n’est du domaine du hasard. A chaque fois que le monde mouride est confronté à un événement nouveau, il a toujours produit un discours adéquat. Et le plus important dans tout cela c’est qu’il n’a jamais parlé en son nom propre. Par conséquent, il doit être respecté comme personne.
 

Comment trouvez-vous les relations entre Touba et le Président Macky Sall ?

Ce sont des relations normales. Depuis qu’il a été élu, nous avons remarqué qu’il s’est  beaucoup investi pour doter Touba en infrastructures. Et puis qu’il voue une considération exceptionnelle au Khalife Général des Mourides. Et pour cela, il mérite notre attachement.
 

Et pourtant à Touba, le Président a été hué.

…Dans tous les cas, il ne mérite pas d’être hué. Nous qui savons ce qu’il a fait pour Touba, considérons qu’il devrait être applaudi. Toutefois, il n’y a point péril en la demeure puisque toutes les autorités religieuses de cette ville lui accordent un estime conséquente.
 

Vous faites partie de ses collaborateurs de la première heure, mais certains disent que vous avez été oublié.

Vous savez que je ne suis pas un politicien au propre sens du terme. Mon histoire avec le Président Macky Sall n’était pas calculée.  C’est vrai que j’ai vendu quelques uns de mes terrains pour le soutenir politiquement. J’ai mis en place un nombre incalculable de  groupements d’intérêt économique. Les femmes ont toujours compté sur moi et elles continuent de le faire. Je continue de les aider comme si j’étais un véritable politicien. Maintenant que j’ai été oublié ? On peut prendre les choses comme ça. Toutefois, je ne me plains pas.
 

La libération de Karim Wade, vous en dites quoi ?

Je ne voudrais même pas qu’il soit en prison. Lui comme personne d’ailleurs. Je ne connais pas Karim Wade, je ne l’ai jamais vu. Mais je voudrais que tout le monde soit en paix. Je ne suis pas bien imprégné de ces choses politiques et ou de justice. Je tiens seulement à lui souhaiter, lui et tous les autres prisonniers, de sortir et d’aller retrouver leurs familles respectives.
 

Votre dernier mot ?

Rendre grâce à Dieu , souhaiter longue vie à Serigne Sidi Mokhtar Mbacké et à Serigne Cheikhouna Mbacké Abdou Lahad. C’est lui mon marabout et je crois que  je le porte comme je ne le fais avec personne. Mais je tiens à dire pour clôturer que les Sénégalais tiennent en Serigne Sidi Mokhtar, un Président de la République capable de développer ce pays.

Vendredi 18 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016