SERIGNE MBAYE LONGHOR : « Le Sénégal est un pays de paradoxes… Les politiques ont échoué là où Thierno Souleymane Baal a réussi… Touba est restée cohérente en votant Non »


SERIGNE MBAYE LONGHOR : « Le Sénégal est un pays de paradoxes… Les politiques ont échoué là où Thierno Souleymane Baal a réussi… Touba est restée cohérente en votant Non »
Les politiques ont échoué là où Thierno Souleymane Baal a réussi

Dans l’entretien accordé à Dakaractu, Serigne Mbaye Longhor  s’est montré sévère à l’endroit des politiques qui ont, selon lui, « lamentablement échoué » depuis les indépendances. Le chef religieux estime que le legs politique de Thierno Souleymane Baal a été détruit. «  Au moment où en 1789, la révolution française consacrait les droits de l’homme, la reconnaissance des civilisations humaines, la démocratie..., au Sénégal, on avait déjà des Etats démocratiques d’inspiration islamique. La première république avec aire géographique Dakar était dirigée par Dial Diop. Dans le Fouta, c’est Thierno Souleymane Baal, pur produit des écoles de Pire, Coki et Longhor qui réussissait un véritable Etat. Un Etat meilleur que celui que nous avons plus de deux siècles après. Autrement dit, le Sénégal a terriblement reculé sur ce plan. Aujourd’hui encore, nous sommes sous le joug du colonisateur. Nous n’avons un Etat ni souverain, ni démocratique, ni indépendant ».  
 
« Non à la laïcité des Nuls »
Pour Serigne Mbaye Longhor, le Sénégal doit aller vers l’instauration du vote obligatoire pour plus de légitimité à ses dirigeants, vers une formation militaire obligatoire et vers un apprentissage obligatoire des langues nationales. Le travail, la solidarité et la discipline seront érigés en principes sacro-saints et les priorités seront, entre autres, la lutte contre l’injustice, contre l’ignorance et contre la pauvreté. « Dans un monde en proie aux crises des valeurs, aux repères brouillées, il est urgent que le Sénégal revisite le passé et il trouvera des solutions basées sur la spiritualité et le soufisme. Le Sénégal, pour émerger, doit faire entendre sa voix du Soufisme. Comme ce fut le cas à cette période où Pire, Coki, Longhor  permettaient aux politiques de trouver des solutions aux problèmes sociaux de l’individu et de la communauté. » 
Le chef religieux de s’attaquer, une fois de plus, à la laïcité. Citant Nicolas Cadène, auteur du livre  « La laïcité pour les Nuls » et prenant l’exemple de la Turquie qui est sortie en masse pour dire non à la laïcité, Serigne Mbaye Longhor estime que c’est le Sénégal qui refuse d’avancer sur ce plan, car dit-il, « la nature est favorable pour changer de forme de République. »
 
Touba est restée cohérente
Interpellé sur le refus par les populations de Touba de voter en faveur de l’adoption du projet de révision constitutionnelle du Président Macky Sall, Serigne Mbaye Longhor confie que la cité religieuse est restée logique avec elle-même jusqu’à la fin. « A Touba, on interdit l’usage du vin, de la cigarette. A Touba on a déchiré la loi sur la parité. Alors ce serait paradoxal de dire oui à la laïcité, même si on a dit que son caractère intangible a été enlevé du projet. » 
Notre interlocuteur de citer Serigne Abdou Aziz Sy  qui disait, rapporte-t-il,  « que tous les systèmes ont échoué pendant ceux de mise à Touba et Tivavouane évoluent chaque jour davantage » et le Porte-parole des Layènes, Seydina Issa Laye Thiaw qui aurait reconnu que  les politiques ont pris en otage les religieux.
 
Le Sénégal et la Gambie doivent négocier
Par rapport au conflit frontalier qui oppose le Sénégal à la Gambie, Serigne Mbaye Longhor privilégie la sauvegarde des relations séculaires qui lient les deux pays. « Il est question d’intégration africaine. C’est paradoxal que Dakar et Banjul n’arrivent pas à s’entendre. Toutefois, le Sénégal ne devra jamais fermer ses frontières et nous souhaitons l’intervention des religieux. »
 
Le Sénégal est un pays de paradoxes
Le chef religieux de Longhor de terminer l’entretien en déclarant que le Sénégal est un pays de paradoxes. « Tout est paradoxes. Quand Abdoulaye Mbaye Pékh réussit là où des Kalifes généraux ont échoué en provoquant les retrouvailles Macky-Wade ! Quand les ascensions du prophète Insa et du prophète Mouhamed (Psl) coïncident et que le jour férié ne soit déclaré que pour l’une des deux ascensions... ! »
Mercredi 11 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016