SERIGNE FALLOU MBACKE SUR LA CRISE AU SEIN DU PDS : « Le dialogue constructif à la place de la confrontation! »


SERIGNE FALLOU MBACKE SUR LA CRISE AU SEIN DU PDS : « Le dialogue constructif à la place de la confrontation! »
Pour le Président du conseil départemental de Mbacké, la confrontation Wade-Fada ne sera ni plus ni moins qu’un événement malheureux capable de secouer le Pds. « Nous le déplorons profondément, tout autant qu’en son temps, nous avions invité  Modou Diagne Fada et ses camarades à privilégier le dialogue constructif en lieu et place de la confrontation. » 

Reconnaissant le caractère légitime que peut revêtir le combat mené par son homologue et camarade de Kébémer, Serigne Fallou Mbacké rappelle qu’une « réforme aussi pertinente soit-elle, doit être une démarche étudiée, validée ». Sa mise en œuvre, insiste-t-il, ne peut avoir lieu que « dans la mesure où elle rencontre l’adhésion de la majorité des responsables qui siègent au sein des instances qui en approuvent la pertinence, pour son adoption en conséquence ». Se félicitant des choix faits par Fada qui a plébiscité Karim Wade comme candidat libéral à la prochaine présidentielle, le Mbacké-Mbacké l’invite à reconsidérer sa position. «  Le Secrétaire général du Parti dispose de la légitimité de choisir souverainement, et librement les responsables aux postes politiques dans les institutions où siège le Pds. La désignation de notre frère Modou Diagne Fada comme Président du groupe parlementaire libéral et démocrate à l’Assemblée nationale n’avait souffert d’aucune contestation, en son temps. Maintenant que Me Wade, en vertu de ses prérogatives a désigné Aïda Mbodj pour lui succéder, quelles sont les raisons qui motivent le refus délibéré de Fada de ne pas se plier à cette décision ? » 

Une question qui lui permet de déplorer la polémique qui enfle et qui risque, dit-il, de fragiliser le Pds. « Le Pds a un adversaire qui devrait suffire à mobiliser tous nos efforts. Au contraire, la cacophonie bruyante rythmée par les déclarations incendiaires des instances de base qui condamnent Modou Diagne Fada et ses camarades, les menaces de plaintes et les accusations qui les fondent discréditent notre Parti et écornent notre image, en même temps qu’ils nous ôtent la sympathie de nos concitoyens fortement déçus par ces querelles qui ressemblent à des crêpages de chignon pour des postes ou nourris par d’autres desseins inavoués ».

 

Le Président du conseil départemental de Mbacké d’inviter à la mise en place d’un comité de sages capables  « de mener une médiation avec responsabilité et tact, afin que les différents acteurs de cette affaire se retrouvent pour trouver une solution pacifique à cette crise que nos détracteurs veulent exagérer au point de prédire une implosion de notre Parti! »
Jeudi 22 Octobre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016