SÉNÉGAL : La pertinence d’un dialogue politique


SÉNÉGAL : La pertinence d’un dialogue politique
Dans les débats publics au Sénégal,  le dialogue politique est, aujourd’hui, le sujet qui suscite beaucoup d’intérêt. Mais il est constaté que cela fait l’objet de beaucoup de polémiques. Et pourtant, le jeu démocratique impose cette configuration qui, par ailleurs, est très saine et bénéfique pour notre pays.
 Il est important de savoir qu’au Sénégal le dialogue et la compétition politiques ont réglé beaucoup de crises majeures d’où la reconnaissance et l’établissement de notre pays comme un exemple de démocratie majeure en Afrique et dans le monde. Donc, il nous est impératif de conserver cet acquis. Cependant, l’appel au dialogue du Président de la république Macky SALL a été retardé par le manque de réceptivité de l’opposition. Ce refus est sans doute dû à des calculs politiques à l’approche d’échéances électorales importantes en l’occurrence le référendum du 20 mars 2016 qui a été totalement travesti par des slogans inappropriés.
Sur ce, il faut noter aujourd’hui que tous ceux qui avaient rejeté tout dialogue sont revenus à de meilleurs sentiments allant même jusqu’à définir les tenants et les aboutissants de ce dialogue. Ce qui est désolant. Car l’opposition, en particulier Monsieur Idrissa SECK  n’a pas du tout joué franc jeu dans la mesure où pendant toutes ces années il n’a porté à l’opinion publique aucune proposition de dialogue.
Néanmoins, il faudrait saluer le fait que la majeure partie de l’opposition soit prête à mener des discussions avec le pouvoir sur des questions d’intérêt national.
 Cependant il ne faudrait pas que ce dialogue se limite à la supposée retrouvailles de la grande famille libérale comme le pensent certains. Ainsi, il faut savoir que le Président Macky SALL prône un dialogue politique constant et franc et ceci à tous les niveaux et avec toutes obédiences politiques. Dans un souci de consolidation et de consécration définitive de notre démocratie, le Président Macky SALL compte jouer pleinement son rôle de « père de la nation » pour le rayonnement et la stabilité du Sénégal.   
               Les concertations politiques constituent un chemin pour parvenir à l’instauration de principes adéquats d’une gouvernance inclusive dans le système politique sénégalais. Aussi, cette initiative permettrait de reconstruire et de réorienter et d’enrichir le débat politique en le rendant plus prolifique. En effet, dans le but de rendre plus participative la démocratie sénégalaise,  ces concertations publiques donneront l’opportunité à l’ensemble des forces vives de la nation de faire ressortir un ensemble de griefs afin que notre mode de gouvernance puisse convenablement répondre aux attentes des citoyens sénégalais.
En outre, la réussite de cette procédure de dialogue politique permettrait la production d’idées nouvelles quant à la gestion de la chose publique. Il est à noter que le dialogue n’est point un sujet nouveau dans la tradition communicative des sociétés africaines étant donné que les échanges orales ont toujours qualifié nos rapports. Comme toute initiative du pouvoir en place, certains composants malveillants de notre opposition politique voient dans cet appel au dialogue un simple simulacre de la prise en compte de la parole publique. Autrement dit, ce serait  juste un moyen d’endormir les sénégalais.
 Une telle attitude nihiliste n’est point bénéfique au renforcement de notre démocratie car nous disposons  d’un pouvoir public responsable et représentatif. Ce cadre de concertation temporaire va réunir aussi bien les différentes formations politiques que les acteurs de la société civile pour une préservation pérenne de la paix civile, la stabilité, la sécurité et le développement économique et social du Sénégal. C’est en ces termes que la RADDHO s’est félicité de cette volonté exprimé par le président de la République Mr Macky SALL.
    Ce vœu du président est une suite logique par rapport à la validation du projet de réforme constitutionnelle le 20 mars 2016 par le peuple sénégalais à hauteur de 63%.
Cela est la preuve de la bonne foi de son Excellence le président Macky SALL quant à l’établissement d’une atmosphère politique apaisé.
            Toutefois, dialoguer ne signifie guère négocier.  A tous ces politiciens qui s'activent à indiquer la voie à prendre par rapport à l'appel du président Macky Sall, sachez que vous n'êtes pas dans les dispositions optimales à poser des conditions. 
             En parlant de : « Renforcement des droits de l’opposition et de son chef » dans le projet de réforme constitutionnelle du 20 mars dernier, le Président Macky Sall a très tôt compris qu’il faut un système de gouvernance participative dans la gestion des affaires publiques et pour cela les règles du jeu démocratique doivent être connues et largement acceptées par toutes les parties prenantes .
           Longtemps ancré dans ses valeurs traditionnelles fortement liées aux religions musulmane et chrétienne, le Sénégal s’est toujours distingué des autres Etats Africains par son sens de la démocratie.
Cependant, comme le reconnaissait déjà l’ancien Président Abdou Diouf dans la préface d’un ouvrage de Jacques Mariel Nzouankeu « la démocratie est un système difficile »non sans oublier également que « la pire des démocraties est  préférable à la meilleure des dictatures ».
C’est dans ce contexte qu’il convient d’instaurer un dialogue politique permanent au Sénégal afin de permettre à tous les acteurs de jouer pleinement leur rôle pour que notre pays soit davantage stable afin de jouir d’un avenir économique prometteur.
 
 
                                                                                                           RACKY THIELLO
Mercredi 18 Mai 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :