SÉNÉGAL : L’exploitation du pétrole débutera d'ici 3 ans (MINISTRE)


SÉNÉGAL : L’exploitation du pétrole débutera d'ici 3 ans (MINISTRE)
Le ministre de l’Energie et du Développement des Energies renouvelables, Thierno Allassane Sall, a indiqué, samedi, à Dakar, que l’exploitation du pétrole découvert dans les eaux territoriales du Sénégal débutera d’ici à trois ans, au terme des recherches actuellement en cours, et assuré que les textes qui régissent cette exploitation garantissent les intérêts du Sénégal.
 
 
‘’Au moment où je vous parle, des infrastructures assez importantes en terme de bateaux, d’hélicoptères et d’équipements techniques sont dans les eaux en train de faire un travail de recherche pour pouvoir, d’ici trois ans, apporter des résultats claires, probants et définitif à partir desquels nous pourront engager les investissements nécessaires pour commencer à produire’’, a-t-il dit
 
S’exprimant lors de l’examen du budget de son ministère, adopté samedi par les députés, il a annoncé qu’‘’un programme précis de forages et d’analyse’’ va être mené durant ces trois ans pour pouvoir recueillir le maximum de données’’ à travers ‘’deux ou trois puits de pétrole dans la zone concernées qui est totalement dans les eaux nationales du Sénégal’’.

Il a expliqué que ce travail va permettre d’’’évaluer, de manière précise, les quantités, la qualité du pétrole, et de voir à partir de là l’aspect commercial’’.
 
‘’Le Sénégal s’est doté lui-même des textes qui régissent ses activités et qui stipulent dans quelles conditions nous allons faire les partages nécessaires sur d’éventuelles bénéfices tirées de cet exploitation’’, a rappelé le ministre.
 
‘’Ces textes ne sont pas des textes imposés par les compagnies, mais ils ont été établis par le Sénégal et soumis à le représentation nationale’’, a-t-il ajouté, soulignant que ces textes ‘’garantissent les intérêts du Sénégal tenant compte des contraintes liées à cette activité où beaucoup de compagnies ont investi par le passé en prenant beaucoup de risque sans être sûr d’aboutir’’.
 
M. Sall a aussi indiqué que ’’ce même processus’’ engagé pour la gestion du pétrole ’’est valable pour le gaz’’, après les découvertes ‘’faites à la frontière nord du pays dans la partie mauritanienne’’, par Kosmos Energy, pétro-gazier coté à New-York.
 
‘’Cette même entreprise fait des recherches du côté du Sénégal. Nous sommes en train de discuter à trois (Sénégal-Mauritanie-Kosmos Energy) pour voir comment, dans les meilleurs conditions de paix et de coopération, trouver les arrangements nécessaires pour que nous puissions véritablement nous engager à entamer la phase d’exploitation actives de ce gaz.
 
Il s’exprimait en séance plénière pour le vote du budget 2016 de son ministère. Le budget 2016 du ministère de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables s’élève à 85 370 572 700 FCFA contre 99 645 989 060 FCFA en 2015, soit une baisse de 14 275 416 360 FCFA en valeur absolue et 14,33% en valeur relative.
Dimanche 29 Novembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :