SENEGAL/Editorial : Monsieur le Président, soyez un Mandela plutôt qu’un Tshombé !


SENEGAL/Editorial : Monsieur le Président, soyez un Mandela plutôt qu’un Tshombé !
Quoi que l’on puisse dire, il s’agit d’une bien triste histoire dont Dieu seulement connaît l’épilogue car, c’est sûr, bien des épisodes restent encore à en écrire. Lorsque, en sa qualité de président de l’Assemblée nationale, il avait convoqué Karim Wade pour qu’il s’explique sur sa gestion comme président du Conseil de surveillance de l’Anoci (Agence nationale pour l’Organisation de la Conférence nationale), M. Macky Sall voulait plus offrir une tribune à son pote que l’humilier. Seulement voilà, à l’époque, les courtisans s’étaient empressés d’aller dire au président de la République, Me Abdoulaye Wade, que le patron du Parlement voulait piéger son fils, l’emmener à Canossa et le jeter en pâture à l’opinion ! A en croire ces menteurs, il était même prévu de ne poser au fils du Président que des questions en Ouoloff, langue qu’il ne maîtrisait pas et dans laquelle il baragouinait piteusement !

Toujours est-il que Wade avait considéré cette convocation de son fils biologique par ce fils lointain qu’il avait nommé à la tête de l’Assemblée nationale comme un casus belli. L’appareil du Parti démocratique sénégalais (Pds) et de l’Etat fut mis en branle pour déboulonner l’infortuné Macky Sall, d’abord déchu de son titre de numéro deux du Parti avant d’être renversé de son piédestal et ramené au rang de simple député. A la suite de quoi, ayant bu le calice jusqu’à la lie, il avait démissionné du Parti démocratique sénégalais et entrepris sa longue marche vers le pouvoir. Laquelle est passée par une longue traversée du désert… Victime d’une injustice flagrante pour crime de lèse-majesté et pour avoir osé s’en prendre au fils du Roi — c’est du moins ainsi que son initiative avait été présentée —, humilié, traîné dans la boue, piétiné et stigmatisé, Macky Sall, face à la toute-puissance des Wade qui avaient mobilisé tout l’appareil du Parti et de l’Etat contre lui, s’en était remis à Dieu, le seul véritablement puissant et le meilleur juge de tous.


Ce Dernier, en quatre ans à peine, avait vengé l’humiliation subie par Macky Sall de la plus belle des manières qui soit, en le portant au pouvoir à la place de ce Wade qui avait usé de son pouvoir si redoutable pour brimer un faible et un innocent. Et lorsque, au soir du 25 mars 2012, le peuple souverain avait balayé le pouvoir des Wade et porté au pouvoir sur un score référendaire — 65 % ! — ce même Macky Sall qu’ils avaient piétiné quatre ans auparavant, beaucoup avaient vu dans cette victoire la main de Dieu. Lequel recommande, dans ce genre de situation, de faire preuve de grandeur et de pardonner. Car, pour le reste, le Seigneur se charge de laver les affronts et de venger les faibles. La sagesse aurait donc voulu que le nouveau président de la République, M. Macky Sall, non seulement amnistiât son prédécesseur, un vieillard de plus de 80 ans, mais aussi épargnât son fils. Et ce même si ce dernier a été odieux avec lui. Vengé par Dieu lui-même, le leader de l’APR avait-il besoin d’en rajouter ? Assurément, non. Hélas, il a choisi de déclencher une traque aux biens mal acquis dont le point d’orgue — et le principal objectif — a été constitué par l’arrestation de ce même Karim Wade qui avait été la cause de son malheur et de sa descente aux enfers.

Et pour mettre le fils de l’ancien président de la République en prison, on ne s’est pas encombré de fortunes ni de procédures. On a compilé des biens immobiliers, participations financières, actions, véhicules…en une sorte d’inventaire à la Prévert, on aprétendu que tout cela lui appartient, et on l’a sommé, dans un délai de un mois, de justifier leur acquisition ! Qu’importe si la plupart de ces biens ne lui appartenaient pas — comme la société Dubaï Port World dont le pouvoir a fini par négocier avec les véritables propriétaires — et qu’importe si, huit mois après l’arrestation de Wade fils, le procureur spécial près la Cour de répression de l’Enrichissement illicite (CREI) pédale carrément dans la choucroute et n’a encore rien trouvé de l’immense fortune — presque 700 milliards de francs ! —qui lui est prêtée. En principe, la commission d’instruction de cette même CREI avait six mois pour boucler son enquête et, soit transmettre le dossier à la Cour pour jugement, soit le classer sans suite. Rien n’ayant été trouvé au bout des six mois… eh bien une autre mise en demeure a été servie à l’ex-« ministre du Ciel et de la Terre » comme on surnommait Karim du temps de sa toute-puissance. Là aussi, on a fait le cumul des mouvements bancaires de comptes découverts à Monaco et appartenant officiellement à des membres d’une famille libanaise de Dakar pour lui en attribuer la propriété ! En fait, depuis le début de l’instruction, seuls deux milliards logés dans un compte à Monaco, et dont Me Abdoulaye Wade soutient qu’ils lui appartiennent, ont été retrouvés. Maigre, voire ridicule, sur une fortune estimée à 700 milliards… desquels il faut retrancher 394 milliards représentant la valeur estimée de « DPW ». Il faut également en soustraire la valeur de baux que l’Etat a récupérés. A ce rythme, il n’en restera bientôt plus rien. Et sur ce point, l’ancien président de la République a raison. Peut-être bien que Karim Wade a volé de l’argent, encore qu’il ne serait pas le seul à l’avoir fait puisqu’on trouve aussi des voleurs dans l’actuel pouvoir, mais il faut l’établir. Or, dans cette affaire, on a la désagréable impression d’assister à un règlement de comptes politiques qui dégage un parfum de vengeance. Que, pour l’exemple, on envoie en prison des directeurs généraux de sociétés, des hommes d’affaires, des responsables de l’ancien régime qui se sont enrichis de manière indécente, on veut bien. Mais que, sous couvert d’opération « mains propres », on embastille un dangereux rival politique potentiel, cela est inacceptable.


Encore une fois, le président de la République n’a rien à gagner dans un maintien de Karim Wade en prison. Avant que les vicissitudes de la politique ne les séparent, lui et Karim, ils furent des plus que frères et, quoi que l’on dise, le fils de l’ancien président de la République a plus que contribué à donner une impulsion décisive à la carrière de l’homme politique Macky Sall. Il a, en particulier, pesé de tout son poids pour que ce dernier remplace M. Idrissa Seck à la Primature lorsque l’actuel leader de Rewmi a été défénestré dans le cadre de ce qui allait devenir l’affaire dite des chantiers de Thiès. Les relations entre Macky Sall et Karim Wade furent, à un moment donné, si étroites qu’il n’y avait pas l’épaisseur d’un papier de cigarette entre eux. Encore une fois, Karim Wade a été odieux avec Macky Sall suite à sa convocation à l’Assemblée nationale par ce dernier mais est-ce une raison pour que l’actuel Président le maintienne si longtemps en prison ? Et ce même s’il est soupçonné de s’être enrichi illicitement mais qui n’a pas puisé dans les caisses lorsqu’il était aux affaires ? Outre que cette traque des biens supposés mal acquis plombe les affaires et participe à l’impécuniosité du pays, le président de la République, après avoir marqué le coup, gagnerait à arrêter cette politique d’emprisonnement systématique. Car si c’est bien de remplir les prisons de voleurs, c’est encore mieux d’améliorer le quotidien des Sénégalais. Et puis, ne serait-ce que pour réaliser la réconciliation nationale et au nom de leur compagnonnage passé, il doit libérer Karim Wade dont la détention nous paraît injuste. L’image pathétique d’un Maître Abdoulaye Wade, ancien président de la République, errant comme une âme en peine du Golfe persique en Afrique de l’Est (Ouganda) et de l’Ouest (Abidjan) pour plaider la cause de son fils n’honore pas le Sénégal. Le pauvre homme a tant fait pour ce pays que, quelle que soit la gravité supposée des faits reprochés à son fils, ces derniers devraient être passés par pertes et profits. De même, l’emprisonnement de l’ancien président chadien Hissène Habré, pour faire plaisir au dictateur Idriss Déby Itno qui a payé à notre pays deux milliards de francs pour cette sale besogne, cet emprisonnement, donc, est indigne du Sénégal et de son Président. Oui, le président Macky Sall ne peut pas jouer le rôle peu glorieux de Moïse Tshombé, lui le jeune leader africain si brillamment élu et que respectent tant les grands de ce monde, à l’image d’un Barack Obama ou d’un François Hollande qui lui ont tous les deux rendu visite… Le Président Macky Sall dont on préférerait qu’il endosse le costume glorieux d’un Nelson Mandela qui a pardonné à ses bourreaux qui l’ont emprisonné pendant 27 ans, plutôt que celui de Moïse Tshombé qui livra le grand héros africain Patrice Lumumba aux Belges. Lesquels réclament aujourd’hui Habré !


Plutôt que d’être celui qui aura le plus rempli les prisons sénégalaises, le Président Macky Sall devra être celui qui aura fait accéder le Sénégal à l’émergence. C’est tout le bien qu’on lui souhaite et nous sommes sûrs que, malgré les difficultés du moment, il réussira son mandat… s’il rectifie le tir !

Mamadou Oumar NDIAYE
LE TEMOIN N°1147 - HEBDOMADAIRE SENEGALAIS / DECEMBRE 2013

Samedi 21 Décembre 2013



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

22.Posté par BINETTE NIASSE le 26/12/2013 11:21
VENTE DE 75 PARCELLES VIABILISEES DERRIERE LA MARINE FRANCAISE A 800 M DE L AUTOROUTE A PEAGE
LE PRIX DE 150M² EST DE 5500000 F C FA
LA VENTE EST PAYANTE DEVANT NOTAIRE
E-mail : issalay336@gmail.com
Tel : 77 533 70 36

21.Posté par Abdoul le 22/12/2013 15:58
C'est vraiment triste. MON il faut vraiment arrêter. Ce n'est ni bon pour toi et famille ni pour Karim encore moins pour la presse dans laquelle, il y a encore quelques journalistes qui te respectent

20.Posté par 2ac le 22/12/2013 13:47
Ici le probleme ne se trouve pas au niveau de Karim ou Macky.Ce texte est immonde.Les pays africains ne peuvent se developer en passant par perte et profits tous ceux que les uns et les autres ont fait parce qu ils sont fils de........
Justice (meme si j emets des reserves pour la notre) doit se faire ne serait ce que pour donner l exemple aux dirigeants presents et futurs sur leur facon de gerer la chose publique.
Parlant meme de Karim,son pere a fait emprisonner des fils de.........sans preuve.
Si nous nous considerons dans une republique qui se nomme senegal,nous devons nous etre juges par la loi senegalaise point.
Sans rancune aucune

19.Posté par yazo le 22/12/2013 09:02
n est ce pas Wade qui disait qu’il n’avait aucun compte bancaire ouvert à l’étranger et si cela existait les sénégalais n’ont qu’à le prendre.

18.Posté par yazo le 22/12/2013 08:56
n est ce pas Wade qui disait qu’il n’avait aucun compte bancaire ouvert à l’étranger et si cela existait les sénégalais n’ont qu’à le prendre.

17.Posté par hugo le 22/12/2013 00:37
Le Nègre est l'émotion !!!
De la rhétorique qu'on le connaissait, "l'Ancien PDS" fait dans le Pathétique pour finir par du Griotisme.
Dans son subconscient, il retient que la justice n'est pas indépendante et que cela ne dépendrait que de Macky Sall pour libérer Karim Wade.
Un Président qui dit dans les yeux des Sénégalais : "Wax, Wakhète" de manière éhonté ne mérite plus les considérations dues à son âge.
S'il vous plaît, Mr Ndiaye , allez tremper votre plume dans de la cire avant de pleurnicher faux.

16.Posté par xxxx le 21/12/2013 23:40
moi sur le fond je pense qu'il passe a coté, sur la forme, je trouve son texte sans ame, son francais tres pauvre !

15.Posté par butt le 21/12/2013 23:05
les commentateurs du palais s'en donnent à cœur joie pour critiquer une opinion pourtant limpide. ceux qui connaissent MON savent qu'il est, aves Alioune Fall, l'un des journalistes les plus objectifs du pays.il a émis son opinion si Macky ne le comprend pas, il se retrouvera à la place de Karim lorsqu'il quittera le pouvoir.si quelqu'un avait osé dire la vérité à Wade en son temps, Macky ne serait pas président aujourd'hui.il serait balayé en même temps que Wade. l'histoire sert à quelque chose.

14.Posté par julome le 21/12/2013 20:49
M NDIAYE à la nostalgie de KARIM qui l'amené pendant ses voyages on se rappelle de la chine

13.Posté par Atypico le 21/12/2013 20:40
La morale veut que les voleurs soient punis. Mais ici on n'a que quelques voleurs punis tandis qu d'autres restent aux affaires et d'autres encore négocient leur impunité contre la remise d'une part de leur butin. On a aussi une procédure arbitraire qui demande à l'accusé de faire la preuve de son innocence au lieu de l'inculper une fois les preuves réunies. On a des enquêteurs qui pataugent mois après moi et repoussent le procès ad eternam. Je ne partage pas le point de vue amoral à mon sens et très politicien de Oumar Ndiaye, mais il est évident que l'on a affaire ici à une pseudo justice politicienne, pas à une justice républicaine. Ce qui ne va pas dans le sens de la rupture et de la "bonne gouvernance" mais qui donne au peuple mécontent de la" Wade Company" un os à ronger alors qu'aucune des promesses faites par Macky pour être élu ne sont tenues. Donc restons lucides et regardons ce qui se passera si Karim est innocenté de la plupart des vols dont il est accusé par Macky et sa "justice " ! Macky sera déconsidéré et surtout il aura fabriqué un Karim devenu populaire et surtout rival puissant pour la prochaine élection présidentielle. Tel sera pris qui croyait prendre !

12.Posté par BESSEL le 21/12/2013 19:21
Ce texte me ait réfléchir. L'auteur ne fait pas d'affirmation gratuite en disant qu'il faut laisser Karim de sortir de prison. Il fonde son argumentation sur le fait que RIEN n'a été prouvé! Je suis sur que s'il y avait des preuves indéniables que Karim wade a volé, l'auteur ne se serait pas hsaardé à demander sa libération. Ceux qui jusqu'ici, on réagi à cet éditorial affirment tous e Karim wade a volé. peuvent ils le prouver si la CREI n'en a pas été capable depuis si longtemps? Gardons la tête froide et sachons maintenir l'image ancestral d'un Sénégal fait de cohésion, de pardon et d'humilité. C'est la leçon que j'ai apprise de ce texte de Monsieur Oumar Ndiaye.

11.Posté par Mdia le 21/12/2013 18:43
un bon général prévoit toujours une stratégie de repli. La voie suivi jusqu'à présent n'a pas donné grand chose sinon le discrédit de notre justice. On semble oublier la sociologie de notre pays, à force d'arrêter (le Sénégal est un gros village, tout le monde est parent) la pression sera telle que si vous ne lâcher du lest, vous serez détesté même par vos souteneurs du moment. On ne peut travailler que dans la sérénité. LANGOU NOONE DOU TOUTI, KOU MERRE DEEM FA

10.Posté par Mayoye le 21/12/2013 18:25
Grand ! où est passé votre honneteté intellectuelle?

9.Posté par laicos le 21/12/2013 17:51
Cet article est lamentable par son contenu qui ,hélas, caractérise l'homo senegalensis. Je veux parler de cet propension à immédiatement offrir l'impunité aux dirigeant véreux. La traque est un des points saillants du programme de l'actuel gouvernement. Elle doit se poursuivre et se renforcer certes en recherchant l'objectivité, mais surtout en ne tenant pas compte des cris d’Orphée et de commentaires malheureux d'ennemis de la bonne gouvernance.

8.Posté par realnorayni le 21/12/2013 17:07
M.O.N,
tu rames un nouvelle fois à contre courant de l'histoire et de la volonté populaire, prenez votre retraite grand!!!
vous diatribes et analyses à deux balles pour attirer l'attention de président en place ne marcheront plus...
n'oubliez pas que Macky Sall est votre petit frère, donc, c'est dire que les choses ont changé et il le dit et le répète les chantages ne passeront pas. Karim Wade n'a pas de contentieux avec le président Sall, mais avec le peuple sénégalais que ce soit 1 milliard € ou 1 fcfa s'il est prouvé qu'il a volé il sera jugé et emprisonné, maintenant si tu penses que la justice sénégalaise pédale dans la choucroute, tu seras surpris de te retrouver à nager dans ton propre biir bou daw!!!

7.Posté par maquis sal le 21/12/2013 15:29
Excellent! En vérité Dieu n'aime pas les ingrats.

6.Posté par Deg Deg le 21/12/2013 14:54
Mais Mr. Ndiaye, ce n'est pas le Pr de la Republique qui maintient Karim Wade ou n'importe quel autre detenu en prison. Arretez vos idioties qand meme, nous sommes dans une Republique et la Justice fait son travail. Essayez de trouver autre choseire plutot que de baratiner sur un dossier pendant et dnt vous ne maitrisez ni les contours encore moins les tenants et les aboutissants.
Quel journalisme au rabais!

5.Posté par mbeuk le 21/12/2013 14:41
Bravo Mr ndiaye,vous etess excellent
il n'est pas encore trop tard pour donner de bon conseil a monsieur le president de la république son excellence maki sall .merci pour ce texte haut compien riche en enseignement
pourvu que ces conseils ne tombent dans loreil d'1 soir

4.Posté par irresponsable le 21/12/2013 14:31
Ah bon, on demande de liberer celui qui a vole les milliards de la nation, pour les planquer, aide par son pere, a Monaco, entre autres places...Decidement, le Senegal est mal parti, mal en point, malheureux !

3.Posté par Mon le 21/12/2013 14:18
Grand MON, je ne te reconnait pas

1 2


Dans la même rubrique :
Entendre Al Amiine...

Entendre Al Amiine... - 23/09/2017