SENEGAL : ACT survole l'actualité et liste les failles de la gestion de Macky Sall


SENEGAL : ACT survole l'actualité et liste les failles de la gestion de Macky Sall
Le samedi 28 octobre 2017 la réunion du Conseil national de l’ACT, élargie aux Secrétaires nationaux et aux Secrétaires exécutifs s’est tenue au siège du parti sous la présidence du compagnon Abdoul Mbaye.

Au plan de l’actualité nationale et internationale :

Emprisonnement de dirigeants politiques et manipulation d’une partie de la justice à des fins politiques

Examinant l’évolution récente de l’affaire Khalifa Sall, le CN a constaté avec très grand regret ce que la malveillance politique et l’incompétence peuvent produire en matière d’incohérence judiciaire.

Le CN appelle solennellement le chef de la majorité au pouvoir et ses alliés à se ressaisir en respectant l’indépendance de la justice comme moyen essentiel de garantir la paix et la stabilité dans notre cher Sénégal.

L’appel au dialogue politique

Le CN a considéré les appels au dialogue pour parvenir à la paix politique comme une hypocrisie manifeste. Il a retenu que le seul moyen d’obtenir cette paix est d’appeler le chef de la coalition au pouvoir au respect de la loi et des règles du jeu électoral avant tout déroulement de scrutin. Il a regretté que ces voix appelant au dialogue ne se fassent entendre qu’après de nombreuses violations de la loi électorale et du processus de vote, également des manquements graves à l’éthique ayant caractérisé la préparation, l’organisation et le déroulement des dernières élections, à l’instar de ce qui s’était produit lors du referendum de février 2016.

Le CN exhorte toutes les parties de la société sénégalaise se sentant concernées par une paix durable au Sénégal à faire pression sur la majorité au pouvoir et son chef afin que les futures élections ne soient entachées d’aucune irrégularité.

Il appelle à l’unité de l’ensemble de l’opposition pour exiger la transparence des prochains votes, et en particulier :
Que tous les citoyens souhaitant accomplir leur devoir de citoyen en participant aux prochaines élections puissent disposer de leurs cartes biométriques à temps,
L’audit du fichier électoral jusque là systématiquement refusé par le pouvoir,
L’application stricte des dispositions légales sanctionnant l’achat des consciences…

Le 3ème mandat possible de Mr Macky Sall

Le CN considère comme moyen important de cette quête de paix politique que toute équivoque sur un troisième mandat possible du Président en exercice soit levée. Il appartient audit Président de saisir le Conseil Constitutionnel pour avis comme il s’était montré prompt à le faire pour confirmer la durée de son mandat en cours de 7 ans. En fonction de la décision-avis du Conseil Constitutionnel, et dans l’hypothèse de la confirmation d’un troisième mandat possible selon la constitution, toutes les dispositions devront être prises (et non sous la forme de simples promesses) pour limiter à deux (2) le nombre de mandats possibles pour le Président en exercice.

Exploitation du zircon en Casamance

En ce qui concerne le démarrage du zircon en Casamance, le CN demande au Chef de la majorité au pouvoir de donner aux échanges et à l’explication la place qui doit être leur afin d’éviter des heurts avec les populations des zones de future exploitation dudit minerai.

Campagne agricole 2017-2018

Prenant connaissance du prochain démarrage de la campagne de vente de graines d’arachide, le CN s’est profondément offusqué de l’aveu des Autorités révélant l’existence d’impayés dus aux paysans. Au regard des difficultés dans lesquelles se débat cette frange particulièrement exposée de la population, le CN appelle à la décence et au règlement immédiat de toute dette due aux paysans du Sénégal.

En outre le CN a noté l’important changement intervenu dans le discours du Ministre en charge de l’agriculture relatif à l’autosuffisance en riz du Sénégal que le Gouvernement continuait d’annoncer pour 2017 au début  de l’année en cours comme réussite majeure de sa politique agricole. Comme l’ACT l’a souvent souligné, il n’est désormais plus possible de masquer la tromperie qui se cachait derrière cet objectif. Les faux chiffres concernent aussi d’autres productions comme celle de l’arachide. Cela nécessite donc la révision des taux de croissance du PIB qui en découlent, car l’émergence ne saurait être la conséquence de taux de croissance faux à dessein.

Scandales au Port Autonome de Dakar (PAD)

Des détails livrés sur la gestion du PAD pendant ces dernières années ayant révélé à quel point cette structure a été mise au service de l’action politique de la coalition au pouvoir, le CN exige du Président de la République que la lumière soit faite par voie d’enquêtes sur les dommages causés à cet instrument majeur de l’économie et de l’émergence du Sénégal. Lorsque les responsabilités auront été établies, le CN réclame que les auteurs de ces décisions et actes scandaleux soient traduits devant les tribunaux, unique moyen de faire cesser l’utilisation du bien public à des fins d’enrichissement personnel et de financements politiques.
En outre le CN demande que toutes les structures de l’Etat confiées à des politiciens de la coalition au pouvoir fassent également l’objet d’enquêtes approfondies.

Le décès de Aissatou Diallo

Le CN a tenu à présenter ses condoléances les plus attristées aux parents et à toute la famille de la jeune Aissatou Diallo. Dans l’attente des résultats d’une enquête objective qui permettra l’analyse des conditions de la prise en charge de la défunte au niveau de la structure hospitalière qui l’a accueillie, le CN a tenu à rappeler les faibles moyens des structures sénégalaises de santé. Il a souligné le peu d’intérêt dont font montre les Autorités face à une demande de soins de santé faiblement satisfaite. Il a également rappelé la non disponibilité à ce jour d’un seul appareil permettant le traitement des cancers après la panne de celui de l’Hôpital Le Dantec de Dakar. 
Constatant par ailleurs la recrudescence du paludisme au Sénégal et l’apparition de cas de maladie de dengue, le CN a confirmé la place importante que devra prendre dans le programme du parti la mise en place d’un système de santé amélioré. Ce dernier devra notamment se substituer à la réalité entretenue par le régime au pouvoir qui est celle d’un système de plateaux techniques pauvres dont sont malgré tout exclus les plus démunis.

Rentrée des classes et fermeture de l’école Yevuz Selim

Le CN a relevé que la rentrée des classes s’est effectuée dans des conditions correctes  en comparaison aux années précédentes. Il a loué le sens des responsabilités dont ont fait montre les parties prenantes et en particulier les syndicats des enseignants.

Le CN a profondément regretté la fermeture de l’école Yevuz Selim, système scolaire d’excellence, à la demande d’un État étranger, en violation manifeste de la loi sénégalaise. Il relève que sans procéder à la fermeture d’un établissement de qualité dans un pays qui en manque, des garanties auraient pu être données à cet État ami du Sénégal portant sur le contrôle de la non diffusion par le personnel enseignant d’une idéologie terroriste, et la non utilisation des recettes de l’établissement à des fins autres que de fonctionnement. Le Sénégal aurait ainsi pu sauvegarder l’enseignement de milliers d’élèves, mais aussi sa dignité d’État souverain.

Actualité culturelle et sportive

Le CN a tenu à adresser ses plus vives félicitations à M. Alain Gomis dont le film « Félicité » a de nouveau été primé en recevant le Prix spécial du Jury du Festival de Chicago, faisant ainsi honneur à la culture sénégalaise.
Il a également rendu hommage à M. Youssou Ndour, récipiendaire du Nobel des Arts, le prestigieux prix Japonais Praemium Imperiale, et à tous ces dignes fils du Sénégal qui portent haut le flambeau de sa culture.
Il a enfin adressé ses forts encouragements à l’équipe nationale de football. 

La crise catalane

Prenant connaissance de la position officielle de l’Etat du Sénégal sur la crise catalane, le CN l’a reconnue juste et conforme aux exigences de respect de la constitution et de la loi dans tous les États du monde. 
Le CN a ensuite pris connaissance du rapport dévaluation de la participation du parti au sein de la coalition Joyyanti aux élections législatives de 2017.

Ce rapport a été le fruit de séances d’échanges organisées au niveau des instances du parti et à l’occasion de tournées du Président auprès des candidats de la coalition et des compagnons qui furent largement impliqués dans le processus. Il a également pris en compte les diverses contributions écrites reçues par le Président.

Le Président a commencé par rappeler que le Conseil National, en décidant de la participation du parti aux élections législatives de 2017, avait retenu comme objectif principal la mesure de la portée du message portant  « politique autrement » quelques mois après la création du parti.
Les résultats obtenus, bien que faibles, ont été considérés honorables pour une première participation à une élection, d’autant qu’ils sont en partie la conséquence d’un déficit d’expérience et d’une fraude systématique et éhontée. Ils sont demeurés cependant en deçà des attentes et prétentions. 

A l’analyse de ces résultats, le CN a retenu plusieurs mesures de correction dans son fonctionnement pour la poursuite de la marche du parti sous la forme d’un plan d’action qu’il a adopté et dont la mise en œuvre devra se faire sans délais.
Parmi les mesures de ce plan d’action, la confirmation, la validation et l’animation des comités de base interrompues par la préparation et la participation aux élections devront reprendre, et aller de paire avec la vente des cartes.

Les sections et coordinations, tant communales que départementales seront constituées et la mise en place des mouvements affiliés mis en place et/ ou consolidés. Sont concernés le Cercle des cadres, le Cercle des enseignants, les mouvements des femmes et des jeunes.
Une indispensable réorganisation de la direction exécutive permettra notamment une meilleure prise en charge de l’afflux des demandes d’adhésion au parti et des offres de bénévolat, également une communication aux meilleurs standards.
Un accent tout particulier sera mis sur la rédaction du programme du parti à l’horizon 2019 sur la base de contributions citoyennes et par les compagnons.

Enfin le CN a demandé au Président d’engager sans plus tarder les contacts avec l’opposition véritable pour définir des zones d’action conjointe pour imposer le respect des règles du jeu et de la loi électorale au Sénégal, et faire barrage à un futur coup de force semblable à celui vécu avant et pendant les élections législatives. Il est notamment indispensable que la majorité au pouvoir cesse de priver près de 2 millions d’électeurs de leur droit de vote, et en particulier les jeunes. Il est également nécessaire de laisser l’opposition procéder à un audit du fichier électoral en raison des très nombreuses anomalies ayant empêché le vote d’électeurs déjà détenteurs de cartes biométriques.

Le Président Abdoul Mbaye a tenu à souligner que tout chemin politique est une course d’étapes. Ces élections législatives ont été pour l’ACT la première d’entre elles, sans doute trop tôt venue au regard du jeune âge de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail. 
Il a indiqué que la leçon principale à retenir de cette première participation à des élections est que la route est encore longue qui verra notre parti jouer les premiers rôles. Le gain d’expérience né de cette participation se révèlera toutefois indispensable à la préparation des prochaines échéances électorales de l’année 2019.

Il a tenu à souligner que le parcours politique n’est pas un long fleuve tranquille. L’ACT a choisi une voie difficile et étroite. Elle est celle d’une « politique autrement », d’une révolution de la mentalité de l’électeur sénégalais. Elle est par contre la voie qui s’imposera, peut-être même dans un futur qui pourrait être plus proche que projeté. Elle ne sera donc  pas abandonnée, mais il est nécessaire de faire preuve de patience.  

Rappelant la devise du parti - Travail, Ethique, Espoir -, le Président Abdoul Mbaye a poursuivi en indiquant que le temps de travail politique avait été insuffisant et en grande partie précipité, l'éthique avait été parfois absente et nos rangs corrompus, mais qu’il convenait de garder l'espoir de résultats futurs si ces valeurs fondamentales sont restaurées dans les rangs du parti.

Le CN a pris plusieurs décisions individuelles allant dans le sens de la réorganisation des structures du parti et l’instauration d’une nouvelle dynamique de travail et d’efforts à déployer. Ces décisions participent au souci d’une part de renforcer et de consolider les activités du parti, et d’autre part de préparer les échéances électorales de l’année 2019 (élections locales et présidentielle).


Dakar le 28 octobre 2017 
Le Conseil National de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail

Dimanche 29 Octobre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :