S.E FODÉ SECK SANS DÉTOURS : " Trafic d’armes au Sud Soudan, l’intermédiaire Sénégalais recherché… L’eau peut exploser le monde"


C'est entouré des diplomates de carrière que sont Seydina Omar Sy et Seydou Nourour Bâ, que l'ambassadeur Fodé Seck a accepté de revenir sur plusieurs questions relatives aux questions traitées au niveau du Conseil de sécurité dont le Sénégal assure la présidence pour le mois de novembre. Son Excellence est aussi revenu sur cet intermédiaire Sénégalais qui aurait participé au trafic d'armes au Sud Soudan. Il précisera qu'une enquête est ouverte même s'il désire encore mettre tout au conditionnel.


LE SÉNÉGAL, 1er PAYS FOURNISSEUR DE POLICIERS 
« Pour ce mois, les questions africaines figurent en très bonne place si elles n’ont pas la prépondérance, la priorité dans ce programme...» Une significative introduction de Son Excellence, l’ambassadeur Fodé Seck qui a tenu à mentionner, ce vendredi à New York,  l’importance accordée aux préoccupations du continent africain lors du conseil de sécurité pour lequel le Sénégal assure la présidence durant tout le mois de novembre ». En une dizaine de jours, 8 consultations privées, deux résolutions ont été adoptées sur la Somalie et sur la Bosnie Herzégovine, une déclaration présidentielle sur le Mali et sur le Liban a été déroulée en plus de la tenue  de ce qui est convenu d’appeler «  la retraite Finlandaise du Conseil de Sécurité » a expliqué son Excellence l‘ambassadeur, par ailleurs « Représentant permanent du Sénégal aux Nations Unies. » 
Il reviendra sur le rôle prépondérant joué par le Sénégal qui fait partie des pays au monde qui s’acquittent le plus régulièrement possible de ses cotisations. Il y a aussi le fait que Dakar envoie un fort nombre de policiers dans les missions de maintien de la paix dans le monde. « La composante Police dans les missions de paix est devenue au fil des ans très importante. Vous savez que notre pays est le premier fournisseur de police, tant gendarmes que policiers au monde. Ce qui n’est pas rien. Le Sénégal est enclin dans le perfectionnement de sa politique en matière d’opérations de maintien de la paix. Nous sommes, je le rappelle,  le premier pays contributeur en Afrique de l’Ouest, nous sommes le troisième en Afrique et nous sommes le septième au plan mondial concernant militaires, gendarmes et policiers réunis ».
 
AFFAIRE TARFIC D’ARMES AU SUD SOUDAN
Un intermédiaire Sénégalais dans cette affaire de trafic d’armes vers le Sud Soudan! La question intéresse au plus haut point la diplomatie Sénégalaise. Une chose est certaine : une enquête a été ouverte et se poursuit pour mettre la main sur  « cet intermédiaire ». Son Excellence Fodé Seck de se vouloir clair sur la question. « Tout récemment,  la presse a titré ‘’Le Sénégal, impliqué dans un trafic d’armes dans le Sud Soudan’’. Ce dont il s’est agi, c’est que le groupe d’experts, dans sa mise à jour mensuelle d’Octobre, a mentionné cela. C'est-à-dire qu’un trafic d’armes provenant de l’Espagne en direction du Sud Soudan avec un intermédiaire au Sénégal. L’enquête se poursuit. Les autorités espagnoles et les services compétents du Sénégal sont en train de chercher qui est cet intermédiaire ». Il rappellera que le Sénégal préside le comité du Conseil de Sécurité pour les sanctions imposées au Sud Soudan. 
 
L’EAU, SOURCE RÉELLE DE GUERRE, SELON LE SÉNÉGAL
Un débat sur l’eau, paix et sécurité est prévu le 22 novembre. L’ambassadeur Fodé Seck trouve que les échanges autour de l’eau sont obligatoires au vu du danger que constitue sa raréfaction progressive. Pour lui, l’histoire est parlante : « Il a été démontré que deux ou plusieurs pays coopérant autour de l’eau ne vont jamais en guerre. Or, signale le représentant permanent du Sénégal au Conseil de Sécurité, l’eau est en train de se raréfier partout dans le monde ». Donnant l’exemple du bassin du lac Tchad et tenant compte des effets des changements climatiques sur les nappes d’eau et sur la salinisation des eaux, il s’inquiétera … « Le Sénégal se fondant sur son expérience à l’Omvs , à l’Omvg (c’est le Sénégal qui a été à l’initiative de ces deux organisations) a pu ressortir le lien entre l’eau et la paix et la sécurité  internationale. Il y a  beaucoup de bassins fluviaux internationaux ou même des lacs partagés par plusieurs pays, si on ne coopère pas à la manière du Sénégal avec ses pays voisins, la raréfaction de la ressource peut provoquer des conflits. Ce que nous recherchons, c’est une résolution ou une déclaration présidentielle appelant la communauté internationale, le Conseil d’abord à œuvrer pour la coopération autour de l’eau ».  Son Excellence de déplorer la tentative  vaine de deux Etats de bloquer la proposition du Sénégal dans ce sens.
 
 
Mamadou Moustapha MBAYE
(Envoyé Spécial à New York)
Samedi 12 Novembre 2016
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :