Rocambolesque tentative d’expropriation au 2, avenue Petersen : Ronde des vautours autour d’un immeuble de plus de 2 milliards fcfa

Cette affaire que « Le Témoin » quotidien va vous raconter est à la fois inédite et rocambolesque puisque le plaignant est un vieux commerçant âgé de 104 ans que la population autochtone dakaroise prenait pour un malade mental. Il s’agit de Ismaïla Da Silva Gomis Mendy dit Mbacké. Un « misérable » vieillard, voire un « clochard » qui a trompé tout son monde puisque, ce que tout le monde ignorait, c’est que ce « fou » toujours en haillons avait acquis en 1951 un terrain en plein centre-ville de Dakar, précisément au 2, avenue Petersen. Sur cette propriété foncière de 1.250 ha (Tf N°3424/Dg devenu 8465/Dk), est érigé un immeuble en ruines où vit seul le vieux Mbacké, sans conjointe, ni enfants, ni proches. Brandissant de faux documents et autres actes d’expropriation fictive pour cause d'utilité publique, des promoteurs immobiliers véreux rodent autour de la propriété du vieux pour l’accaparer. Pour tenter de faire disparaitre les vautours fonciers d’un coup de feu… judiciaire, son avocat, Me Cheikh Kouressy Ba, a déposé une plainte auprès du procureur de la République. Une enquête exclusive du « Témoin » …


Rocambolesque tentative d’expropriation au 2, avenue Petersen : Ronde des vautours autour d’un immeuble de plus de 2 milliards fcfa
Dakar,  notre capitale, on le sait, est réputée pour être le royaume des spéculateurs et autres truands  fonciers où les plus faibles sont livrés à l’appétit vorace des promoteurs immobiliers véreux et des fonctionnaires maffieux. A preuve par ce contentieux foncier que nous racontons dans ces colonnes et opposant Ismaila Da Silva Gomis Mendy dit  Mbacké à un groupuscule de vautours fonciers tentant par tous les moyens de mettre la main sur son bien immobilier. Précision : dans cette zone très convoitée qui abritait à l’époque l’ancienne l’huilerie Petersen et autres ghettos, les terrains avaient été acquis par l’Etat qui avait cédé les terrains à la mairie de Dakar. Laquelle, dans le cadre de la réalisation de ses projets, a eu à exproprier des occupants pour cause d'utilité publique.
En particulier, pour la construction d’une gare routière interurbaine dite « Petersen » et des centres commerciaux. Voraces, certaines autorités municipales, de mèche avec des promoteurs immobiliers dotés d’importants moyens financiers, ont voulu profiter de ces opérations d’expropriation pour cause d’utilité publique pour  faire d’une pierre deux coups, c’est-à-dire accaparer en même temps la propriété du vieux Mbacké qu’ils considèrent sans doute comme un « malade mental » au crépuscule de sa vie.  
Ces vautours se sont certainement dit qu’il n’était pas question de laisser un vieillard  centenaire,  sans épouse ni enfants et sans parents connus, s'asseoir sur une montagne foncière estimée à plus de 2 milliards fcfa. Il fallait d’autant plus se presser pour l’exproprier que, s’il mourait, son patrimoine  tomberait dans le domaine de l’Etat ou de la commune de Dakar.   Agé de 104 ans, Ismaila Da Silva Gomis Mendy est d’origine bissau-guinéenne. Dès son arrivée à Dakar, jadis capitale de l’Aof, il s’est converti à l’islam sous le nom d’Ismaïla Mbacké. Vivant dans une « marginalité » matérielle sur fond d’ascétisme spirituel, il jeune et prie toute l’année. Tous ceux qui le connaissent le considèrent comme un mendiant, voire un fou. En tout cas un sans domicile fixe. Les apparences sont trompeuses et le vieux Mbacké a berné tout son monde pendant 64 ans puisque, depuis 1951, il a acquis un immeuble jumelé à un terrain de 1.250 ha (Tf N°3424/Dg devenu 8465/Dk) qui, bien que délabré, vaut de l’or aujourd’hui. Ce en raison de sa position stratégique en plein Plateau de Dakar.
A en croire Ismaila Mbacké, c’est en 1951 qu’il a acquis cet immeuble situé au n° 2, avenue Petersen à Dakar. D’ailleurs à chaque passage des vautours fonciers, il brandit l’état de droits réels délivré par la Conservation foncière de Dakar qui confirme ce droit de propriété qui ne se discute pas. Détenant son titre foncier confié entre des mains sûres, il a dit avoir été alerté  de l’existence d’un groupuscule de gens peu scrupuleux qui s’agiterait au sein de l’administration cadastrale pour faire main basse sur sa propriété. Prenant au sérieux cette alerte — et pour cause, la personne dont elle émanait la tenait d’une source notariale autorisée et crédible —, il a aussitôt rejoint l’immeuble qu’il avait  quitté depuis belle lurette pour vivre dans la rue à l’image d’un « waliyou » (un saint).
Ce que tout le monde ignore, c’est qu’il passait régulièrement à l’immeuble pour récupérer les loyers de ses magasins. Toutefois, depuis le début de la tentative d’expropriation, dont certains occupants trainent les pieds dans le paiement du loyer. « Vous voyez, tous ces commerçants de Petersen qui occupent mes magasins ne me paient plus ! » a confié le vieux Mbacké au « Témoin » quotidien  entre deux « Alahou akbar ! ».
Et pour prouver qu’il est bien en vie et qu’il entend recouvrer la totalité de son terrain dont une partie a été squattée par les marchands ambulants et gargotiers de Petersen, il a  saisi le juge des référés du Tribunal Régional Hors-Classe de Dakar. Par ordonnance n° 1765 en date du 09/04/2014, dont nous avons obtenu copie, le juge  a accédé à sa demande d’expulser des lieux tous les occupants illégaux. 
Curieusement, au moment où la police avait mobilisé une vingtaine d’éléments aux fins de prêter main forte à l’huissier chargé d’exécuter ce jugement, certains irréguliers ont été miraculeusement épargnés. Des miraculés qui ont dû leur salut à la volonté du vieux Mendy qui avait préféré finalement, l’on ne sait trop pourquoi, les laisser sur place.

L’avocat compte saisir le président de la République

Mais le plus regrettable dans cette affaire, c’est que ces mêmes irréguliers ont réussi à construire sur la totalité du terrain nu jouxtant l’immeuble en ruines du vieux Ismaïla Mbacké des dépôts informels de carreaux et des magasins. Mieux, le porte-parole des ces irréguliers perçoit des loyers  sans les reverser au propriétaire légitime. Ces occupations anarchiques ont sans doute poussé les promoteurs immobiliers véreux à entrer dans la danse. Effectivement, ils croyaient que cet immeuble menaçant « ruine » ainsi que le terrain squatté n’avaient pas de propriétaire. C’était donc une aubaine à saisir surtout s’agissant d’une bâtisse aussi bien placée en centre-ville et qui, apparemment, n’appartient à personne si ce n’est à un « fou errant » et sans famille. Forts cette évidence, ils se sont mis en collusion avec des irréguliers, des courtiers, des autorités municipales, des fonctionnaires des Domaines et autres complices pour se partager la propriété du vieux Mbacké.  
Et ces derniers temps, ils ont voulu profiter des nombreuses opérations de désencombrement et d’expropriation de la zone de Petersen pour passer à l’action ! Quitte à utiliser la persécution, l’outrage, le faux et usage de faux, le trafic d’influence, l’abus d’autorité,  la ruse  et la corruption pour faire main basse sur cette superficie très  convoitée de Dakar-Plateau. Pour mettre fin à cette tentative d’expropriation, Me Cheikh Kouressy Ba, l’avocat du vieux Ismaïla Mbacké, a déposé une plainte sur le bureau du  procureur de la République. Dans cette plainte, plusieurs autorités politiques et militaires sont visées pour abus de pouvoir et complicité. De même que des agents de la direction cadastrale, des hommes d’affaires, des promoteurs immobiliers, des commerçants et autres. «  D’ailleurs, en dehors de la plainte que j’ai déposée, je vais saisir  directement et officiellement le président de la République, documents à l’appui, pour dénoncer ces fonctionnaires en collusion avec des promoteurs véreux » nous explique Me Ba à propos de cette histoire rocambolesque dont la première saison ne fait que commencer.
« Le Témoin » quotidien
Dimanche 15 Novembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :