Revue de presse : ‘’Une manière pour Abdoul Mbaye et son équipe de justifier le retard dans la réalisation des attentes des populations’’


Revue de presse : ‘’Une manière pour Abdoul Mbaye et son équipe de justifier le retard dans la réalisation des attentes des populations’’
Les quotidiens s’offrent jeudi un tour d’horizon inespéré de l’actualité, en partant des nombreux sujets évoqués la veille par le chef du gouvernement sénégalais Abdoul Mbaye, à l’occasion d’une conférence de presse.

De l’économie aux affaires, en passant par la crise dans le football, le Premier ministre a fait un round-up des sujets brûlants du moment, au grand bonheur des quotidiens dont Sud Quotidien qui parle de la reprise économique annoncée par Abdoul Mbaye.

‘’Pour sa première sortie devant la presse depuis sa déclaration de politique générale, le chef du gouvernement est revenu hier (mercredi) sur la +situation catastrophique+ dont le président Macky Sall a hérité à sa prise de fonction’’, avance ce journal.

‘’Mais c’est pour aussitôt dégager les mesures urgentes engagées par son gouvernement pour prendre en charge les urgences et stimuler toutes les opportunités de création d’une prospérité afin de réduire significativement l’incidence de la pauvreté d’ici à 2002’’, ajoute Sud Quotidien.

‘’Abdoul Mbaye a cependant dû se prêter aux douloureuses questions sur les biens mal acquis, la sécurité intérieure, la crise casamançaise, la crise dans le football et même les accusations de blanchiment d’argent portées sur sa personne’’, conclut ce quotidien.

Une bonne nouvelle cependant. Selon Le Soleil citant le Premier ministre, la croissance économique devrait s’établir à 4,3% au Sénégal en 2013. ‘’Le gouvernement parle et continuera toujours de parler aux Sénégalais, parce que dès le départ, nous avions promis un Etat transparent’’, a commenté Abdoul Mbaye, en justifiant d’une certaine façon sa sortie médiatique.

‘’Abdoul Mbaye accuse et assume’’, souligne pour sa part Rewmi quotidien. Il cite ensuite d’autres déclarations du chef du gouvernement sénégalais. ‘’La situation budgétaire du pays était mauvaise et catastrophique lorsque Macky (Sall) prenait fonction’’, soutient par exemple le Premier ministre.

‘’Abdoul Mbaye sort ses griffes’’, selon Le Pays au quotidien. ‘’Six mois après sa nomination (comme chef du gouvernement sénégalais), Abdoul Mbaye a évoqué une situation budgétaire catastrophique qui serait à l’origine de l’incapacité de son gouvernement à faire grand-chose’’, note simplement le journal.

‘’Abdoul Mbaye s’embourbe dans le legs de Wade’’, commente Walfadjri via sa manchette, en soulignant, toujours à sa Une ‘’Le PM et la note salée de l’énergie, des arriérés du FESMAN…’’. ‘’Après sept mois passés au pouvoir, le gouvernement continue d’invoquer la situation budgétaire +catastrophique+ de l’ancien régime’’, écrit l’aîné des quotidiens du groupe Walfadjri.

‘’Une manière pour Abdoul Mbaye et son équipe de justifier le retard dans la réalisation des attentes des populations’’, poursuit Walfadjiri, rapportant par ailleurs que le chef du gouvernement sénégalais a annoncé ‘’une hausse de 47 milliards pour le secteur primaire’’.

‘’Les mauvais contes d’Abdoul Mbaye’’, renchérit Le Quotidien, au sujet des accusations de blanchiment d’argent portées contre le chef du gouvernement sénégalais, du temps où il était directeur de banque.

‘’Le Premier ministre avoue avoir recueilli de l’argent appartenant à Habré, ancien président du Tchad en exil au Sénégal. S’expliquant sur cette question hier, lors d’une conférence de presse, Abdoul Mbaye dit l’avoir encaissé avec l’assentiment des autorités sénégalaises d’alors et qu’en ce temps, le délit de blanchiment n’existait pas’’, écrit Le Quotidien.

Le Populaire semble émettre sur la même longueur d’onde. ‘’Le PM blanchit son image’’, affiche-t-il au sujet de cette affaire de blanchiment supposée de la fortune de Hissène Habré. Le Premier ministre ‘’parle de diffamation et fait la genèse de l’affaire’’, rapporte le même journal en citant Abdoul Mbaye : ‘’Si l’argent était sale est-ce qu’il allait passer dans une aussi prestigieuse et sérieuse banque que la BCEAO ?’’.

‘’Non, je n’ai pas blanchi l’argent de Habré’’, affiche le quotidien Walf Grand-place en faisant état des explications du Premier ministre à ce sujet. Le quotidien Enquête lui parle tout simplement d’une ‘’fuite en avant’’ de M. Mbaye.

‘’Accusé principalement de blanchiment d’argent sale, de conflit d’intérêts avec l’homme d’affaires Cheikh Amar, entre autres, c’est un Premier ministre +blanc comme neige+ qui s’est prêté au feu roulant des questions des journalistes en présence des membres du gouvernement…’’, écrit Enquête, un brin ironique.

Les journaux reviennent également les passations de service entre les nouveaux ministres et leurs prédécesseurs, à l’image de Direct Info affichant : ‘’Mbaye Ndiaye craque, Alioune B. Cissé tempère’’. M. Ndiaye ‘’verse des larmes’’ au moment de passer le témoin au général Pathé Seck, nouveau ministre de l’Intérieur, précise le journal.

Il ajoute que de son côté, l’ancien ministre des Affaires étrangères Me Alioune Badara Cissé, qui a cédé son fauteuil à Mankeur Ndiaye, ‘’calme les inquiétudes’’ exprimées à l’issue de son départ de l’attelage gouvernemental. Libération résume la situation de ces deux passations de service par un seul titre : ‘’Détresse et rage contenue’’.

‘’ABC (initiale des noms de l’ancien ministre des Affaires étrangères) s’en va et vide son sac, Mbaye pleure à l’intérieur’’, relève également Rewmi quotidien. Walfadjri y va très franchement : ‘’Alioune Badara Cissé règle des comptes’’, selon ce journal.

‘’Mankeur Ndiaye a officiellement remplacé Alioune Badara Cissé aux Affaires étrangères. Ce dernier quitte ce département sans connaître les motifs de son limogeage. Il affirme n’avoir commis aucune faute’’, rapporte Walfadjri.

A la Une de La Tribune, il souligne sous la forme d’une prédiction ‘’L’Etat vacille et se cherche’’. ‘’ABC ignore, a-t-il dit, les erreurs qu’il a commises pour être limogé. Ainsi, attend-il d’être édifié sur son +malentendu+ avec Macky Sall, et de révéler qu’il ne quittera pas l’Alliance pour la République (APR) dont il est le géniteur’’, ajoute-t-il.

A ses proches, il aurait déclaré, selon L’Office : ‘’Je me compare à Dia, Niasse et Idy’’. ‘’L’histoire se répète, après le président Senghor, qui s’est séparé de son homme de confiance, Mamadou Dia, puis Abdou Diouf avec Moustapha Niasse et enfin Abdoulaye Wade avec Idrissa Seck, le président Macky Sall vient de suivre les pas de ces derniers avec la défenestration de son ancien compagnon Me Alioune Badara Cissé’’.

‘’D’ailleurs, poursuit le quotidien L’Office, ce dernier (Alioune Badara Cissé) a confié à ses proches qu’il se compare à ces trois hommes politiques mis à l’écart par leurs mentors’’, à un moment donné de leur parcours politique.
APS




Jeudi 8 Novembre 2012
Notez


Dans la même rubrique :