Revue de presse : ‘’Nuages noirs à Dakar’


Revue de presse : ‘’Nuages noirs à Dakar’
La campagne électorale continue de s’imposer aux quotidiens dont certains insistent mercredi sur les risques de violence inhérents à la décision du Mouvement des forces vives du 23 juin (M23) de marcher le même jour, sur la Place de l’indépendance pour protester contre la candidature du président Abdoulaye Wade à un troisième mandat.

‘’Mercredi de tous les dangers’’, titre L’As au sujet de la décision prise par le M23 d’organiser contre vents et marées une marche contre la candidature du président sortant, en dépit de l’interdiction du ministère de l’Intérieur.

‘’Le Mouvement des forces vives du 23 juin (M23) n’entend pas renoncer à sa marche d’aujourd’hui. En dépit de l’interdiction prononcée par les autorités étatiques, les membres du M23 sont décidés à manifester à la place de l’indépendance’’, rapporte le journal.

‘’Dans leur duel à fleurets mouchetés avec le ministère de l’Intérieur, Alioune Tine et ses camarades peuvent compter sur le soutien d’un président de la Commission électorale nationale autonome’’ Doudou Ndir pour qui la décision d’interdire les manifestations au centre-ville viole la loi électorale, selon le journal.

‘’Nuages noirs à Dakar’’, estime L’Observateur. ‘’En décidant de faire fi de l’interdiction de sa manifestation d’aujourd’hui par le ministre de l’Intérieur, le M23 a décidé d’affronter le pouvoir. A moins d’un rebondissement de dernière minute, tout concourt à ce que Dakar, la capitale du Sénégal, renoue avec les violences qui ont marqué le début de la campagne électorale’’, ajoute le journal.

Le Populaire souligne que ‘’l’on risque d’assister à de violents affrontements entre manifestants et forces de sécurité, si le régime libéral et les animateurs du M23 ne reviennent pas à de meilleurs sentiments’’.

Direct Info souligne que la manifestation prévue par le M23 ce mercredi ‘’est le signe manifeste que les leaders de cette structure tiennent à leur révolution. Le 26 février leur paraît trop loin. Et puis, ils ne veulent pas d’un Wade candidat. Alors, ils jouent leur va-tout.’’.

‘’La nuit blanche de Y en a marre et la marche du M23 interdites’’, annonce pour sa part Walfadjri, revenant notamment sur l’interdiction du rassemblement que les rappeurs du mouvement Y en a marre devaient tenir la veille à la place de l’Obélisque.

‘’Avec son plan Fanaan, rappelle le journal, Y en a marre avait prévu de passer la nuit de mardi à mercredi à la place de l’Obélisque’’, pour protester contre la candidature jugée illégale du président sortant qui a été cependant autorisé par le Conseil constitutionnel à se présenter pour un nouveau mandat.

‘’Alors que l’opération +Fanaan+ devait permettre de passer la nuit sur la Place de l’Obélisque en signe de protestation contre un troisième mandat du président de la République sortant, les militants de Y en a marre ont préféré suivre les +conseils+ de policiers fortement armés’’, indique Enquête.

Cela dit, analyse Thiey Le Journal, plus d’une semaine après le début de la campagne électorale, ‘’l’on se demande vraiment si l’opposition ne joue pas une carte suicidaire’’ en continuant de demander le retrait de la candidature du président sortant, qui soit dit en passant, multiplie les meetings à travers le pays.

‘’Les états-majors politiques commencent d’ailleurs à comprendre que la stratégie n’est sûrement pas la bonne, écrit Thiey Le Journal. C’est ainsi que la caravane de Macky Sall est partie en campagne, sous les critiques de ses ex-amis du M23, pour parler au pays profond +faiseur de roi+’’.

Comme Sall, Me Wade continue de sillonner le pays et d’enregistrer des soutiens comme à Darou Mousty où le Khalife mouride de la localité ‘’lui a assuré une victoire au soir du 26 février’’, rapporte L’Office. ‘’Cette décision a surpris plus d’un, car le marabout s’est toujours abstenu de parler de politique’’, commente ce journal.

Focus rapporte que le président a sillonné le ‘’Cayor en vagues bleues’’, se rendant à Thilmakha, Pire, Darou Marnane et Darou Mousty. Siweul souligne que dans cette dernière localité, deuxième capitale du mouridisme après Touba, il a déclaré à l’endroit de ses partisans : ‘’Vous avez réussi l’un des plus grands rassemblements’’.

Le Soleil également ouvre sur le déplacement du président sortant à travers le Cayor en rapportant que ‘’Me Wade promet de moderniser Pire, Darou Mouhty et Thilmakha, des capitales traditionnelles qui sont ‘’au cœur de l’histoire du Sénégal’’.

Evoquant l’actualité sportive, Walf Sports estime que Karim Séga Diouf, l’entraîneur intérimaire des Lions du football, ‘’mélange tout’’. Le journal fait ainsi allusion aux 22 footballeurs convoqués par le staff technique en perspective de la rencontre amicale contre l’Afrique du Sud.

‘’Cheikh Mbengue fait partie des neuf Lions de la CAN qui ont été rappelés pour Afrique du Sud-Sénégal du 28 février. Pour le reste, le sélectionneur national a fait un large assemblage en rappelant des joueurs écartés de la dernière campagne, des olympiques, mais aussi quelques nouveaux’’, écrit le journal.

‘’Niang et Cie boycottent’’, note Stades selon qui le staff intérimaire des Lions a ‘’éprouvé beaucoup de peine pour décrocher l’aval de certains cadres en vue de la liste pour le match amical du 29 févier prochain à Durban, contre l’Afrique du Sud’’.

Selon ce journal, les Lions ‘’semblent avoir mis à exécution les menaces de boycott déclinées en Guinée Equatoriale par leur capitaine’’ qui avait dit, après l’élimination de la CAN, que le groupe n’acceptera pas le limogeage du coach Amara Traoré.
Mercredi 15 Février 2012
APS




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016