Révélations : 27 millions d'euros d'avoirs de Karim Wade saisis par l'Etat…


Révélations : 27 millions d'euros d'avoirs de Karim Wade saisis par l'Etat…
Contre-attaque des avocats de l'Etat du Sénégal à Paris. Et des révélations la pelle au sujet de la saisie des biens de Karim Wade. « Deux sociétés Sénégalais spécialisées dans les services aéroportuaires et six appartements dans un complexe immobilier de luxe appartenant à Karim Wade ont été confisqués », a détaillé mardi, lors d'une conférence de presse à Paris, Antoine Diome, agent judiciaire de l’Etat sénégalais cité par Tv5monde. Il renseigne que leur propriété a été transférée à l’Etat. Ces saisies représentent 27 millions d'euros d'après les calculs des experts mandatés par la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei). Dans le lot des entreprises, notamment Ahs, d’une valeur de 18 millions d’euros, mais aussi 6 appartements, évalués à plus de six millions d’euros, dans une résidence de luxe sur la Corniche de Dakar (Eden Roc). Il y a aussi, précise Rfi, 24 comptes bancaires à Monaco, totalisant près de 12 millions d’euros, y compris un compte personnel avec plus de 2 millions d’euros. Idem pour le Luxembourg, qui a bloqué le compte de Karim de 842 000 dollars (763 000 euros). L'Etat a aussi déjà mis le grappin sur des montres de très grand luxe conservées dans un coffre d’une agence de la Société générale, à Paris. Il entend désormais récupérer deux appartements du 16e arrondissement, l’un rue Émile Ménier, l’autre rue de la Faisanderie.
 
 Une audience au Tribunal de grande instance de Paris pourrait se prononcer sur ces saisies immobilières dès le mois prochain, selon Me Simon Ndiaye, un avocat du gouvernement sénégalais. «Cela a failli être un braquage parfait », a relevé l'un des avocats français du Sénégal, Me William Bourdon, mettant en avant « l'habilité de karim et de ses mandataires à utiliser les instruments financiers les plus complexes ». « Nous avons bon espoir de remettre la main sur une bonne partie du magot », a-t-il ajouté. Revenant à la charge, Me Ndiaye estime: « Il y a un vent de lutte contre la corruption et certains pays ou certaines principautés qui étaient considérés comme des paradis fiscaux veulent jouer la transparence et appliquer les conventions internationales. On ne peut que s’en féliciter ».
 
L'avocat de l'Etat ajoute : « Les avocats de la partie adverse font tout pour que ce compte (à Monaco) soit débloqué pour (…) que Karim Wade puisse utiliser ces fonds. Mais, comme nous considérons que ce sont des fonds acquis de manière illicite, qui reviennent au peuple, nous allons tout faire pour qu’ils soient rapatriés et utilisés par l’État du Sénégal au profit des populations qui en ont besoin ». Contrairement à Monaco et au Luxembourg, précise l'avocat, le Liban tarde à répondre aux demandes (aux commissions rogatoires internationales) du Sénégal dans l'affaire KW. Des fonds auraient également été investis dans d’autres pays qui font encore pour l’instant la sourde oreille aux demandes de Dakar, selon les avocats de l'Etat.
Le Populaire
Mercredi 9 Mars 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :