Révélation lors de la procession silencieuse des chauffeurs de taxi : Comment Macky Sall a calmé la famille de la victime

Suite au meurtre par balle du chauffeur de taxi Ibrahima Samb, le Président Macky Sall a été la première autorité à entrer en contact avec le Syndicat de l’Union des groupements des transporteurs su Sénégal pour, non seulement condamner cet acte odieux, mais aussi rassurer les transporteurs que justice sera faite. La révélation a été faite, hier, par Cheikh Ndiaye Téranga lors de la marche silencieuse des chauffeurs de taxi de la place de l’Obélisque à la Rts.


Une semaine après le meurtre du chauffeur de taxi, Ibrahima Samb coïncidant au second jour du séjour carcéral de l’auteur de l’acte criminel Ousseynou Diop, le Syndicat de l’Union des groupements des transporteurs du Sénégal, dirigé par Cheikh Ndiaye Téranga a initié une marche silencieuse, hier, de la place de l’Obélisque à la Rts. Les chauffeurs de taxi ont d’abord formulé des prières pour leur collègue disparu avant que la procession de véhicules ne s’ébranle en direction de la Rts.
 
 
Au terme de la marche, Cheikh Ndiaye Téranga a inscrit cette action dans le cadre du deuil qui frappe ses collègues transporteurs suite à l’assassinat d’un des leurs, en l’occurrence Ibrahima Samb. «Aujourd’hui, c’est un jour de recueillement. C’est pourquoi, nous avons marché en silence pour formuler des prières pour le repos de l’âme du défunt», explique le syndicaliste qui déplore cet acte criminel, notamment la manière dont le meurtre a été perpétré. «J’ai peur en tant que sénégalais. Depuis l’indépendance, c’est la troisième fois que pareil meurtre se produise. Tirer à bout portant sur son prochain. C’est pourquoi, nous demandons que justice soit faite», ajoute Cheikh Ndiaye Téranga, qui s’est félicité, dans la foulée de l’attitude du président de la République qui, dit-il, a été la première autorité au sommet de l’Etat à condamner cet acte criminel. «Il nous a appelé au téléphone pour présenter ses condoléances et nous a rassurés que justice sera faite. Nous remercions également le président du groupe parlementaire Bby, Moustapha Diakhaté qui est venu jusqu’au lieu du crime partager notre désarroi ainsi que des membres du gouvernement dont le ministre Mor Ngom et notre ministre de tutelle Mansour Elimane Kane», souligne le syndicaliste.
 
 
Interpellé sur le regain de violence dans notre pays, il estime que le mal est beaucoup plus profond. Ce qui lui fait dire que les époux doivent choisir leurs conjoints et vice et versa. Poursuivant, il invite les femmes à préférer l’allaitement maternel au biberon qu’il qualifie de «lait animal». L’enfant allaité avec le lait animal, révèle-t-il, aura tendance à se comporter comme un animal. Il cogne, il tue, c’est tout ce qu’il connait», soutient Cheikh Ndiaye Téranga. Toutefois, pour mettre un terme à ces crimes gratuits, il n’écarte pas la peine de mort ou l’application de la charia à l’image de l’Arabie Saoudite. Par ailleurs, le patron de l’Union des groupements des transporteurs du Sénégal a plaidé pour le changement de comportement aussi bien chez ses collègues chauffeurs que chez d’autres citoyens. A l’en croire, les chauffeurs de taxi ou les démunis d’une manière générale sont traités comme des moins que rien dans notre pays par une frange nantie de la population. «L’argent et l’opulence sont synonymes de respect dans notre société. Or cet aspect matériel devrait être relégué au second plan et accorder plus de considération à l’être humain», plaide-t-il, rappelant que tous les hommes sont nés libres et égaux.
L’As

Samedi 5 Novembre 2016
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :