Retards dans les réalisations de l’USSEIN, des hôpitaux de Touba et Mbacké : Macky exige le démarrage des travaux


Retards dans les réalisations de l’USSEIN, des hôpitaux de Touba et Mbacké : Macky exige le démarrage des travaux
 Contrairement à ce que l’on fait croire souvent, le rythme d’exécution des grands chantiers de l’Etat n’est pas satisfaisant.  Plusieurs chantiers publics ne sont pas dans les délais établis. Ce qui n’est pas du goût du chef de l’Etat, Macky Sall qui n’est pas très content de l’état d’exécution des travaux des hôpitaux de Touba et de Mbacké, mais aussi de l’Université du Sine-Saloum El hadji Ibrahima Niasse de Kaolack (Ussein). Selon nos informations, Macky Sall veut l’accélération des procédures de réalisation des hôpitaux de Touba et de Mbacké et de l’Université du Sine-Saloum El hadji Ibrahima Niasse (Ussein). Constatant des retards dans les chantiers, le chef de l’Etat a tapé du poing sur la table contre ceux qui sont chargés d’exécuter les travaux. Très ferme la dessus et se voulant intransigeant, l’inspirateur du Pse veut que les travaux démarrent au plus tard dans deux mois.
Concernant l’université multi campus du Sine Saloum Elhadji Ibrahima Niasse de Kaolack (Ussein) dont le financement prévu est de plus de 60 milliards F cfa, le retard était prévisible. L’entreprise américaine du nom de Huwai Group qui était chargée de la construction a accusé un grand retard dans la formalisation du marché et la convention avec le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan n’a pu être signée. Avec cet énorme retard physique, le président de la République avait même demandé de casser le marché et de l’attribuer à une nouvelle entreprise. Ce qui a faussé le premier délai d’exécution, d’autant plus que tout le monde sait que si on doit reprendre la procédure de passation de marché public, ce sera plusieurs mois perdus pour se conformer au code des marchés publics. Toutefois, les autorités de l’université Sine Saloum El hadji Ibrahima Niasse, comme elles le souhaitaient lors du séminaire sur les filières, peuvent espérer que la procédure puisse passer en urgence avec le retard accusé avec le premier attributaire ;  à moins qu’on choisissent le gré à gré pour répondre à l’exigence du chef de l’Etat qui veut que les travaux démarrent dans deux mois au maximum. Quoi qu’il en soit,  le retard dans l’exécution de cette université à vocation agricole est énorme car même si au plan pédagogique tout est presque fin prêt avec le choix déjà effectif des filières, au niveau des 5 campus (Fatick, Kaolack, Toubacouta, Kaffrine, Diourbel), les travaux n’avancent pas. Le recteur Amadou Tidiane Guiro et compagnie projetaient de recevoir  au moins une première vague de 5000 étudiants pour la rentrée 2016, mais cela semble impossible au vu de l’état des travaux.
Par rapport aux chantiers des hôpitaux de Touba et Mbacké, on peut comprendre aussi le souci du président à quelques semaines du grand Magal de Touba prévu en début novembre. Le chef de l’Etat ne voudrait pas froisser les autorités mourides avec ces retards dans l’exécution, même si le porte-parole du Khalife général des mourides, Serigne Bassirou Abdou Khadre Mbacké avait rassuré la semaine dernière en indiquant que l’avancement des chantiers de la ville sainte est une réalité.
 
 L'As
Lundi 26 Septembre 2016
Dakar actu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :