Restriction sur les véhicules importés : L’Etat refuse de céder sur les plus de 5 ans


Restriction sur les véhicules importés : L’Etat refuse de céder sur les plus de 5 ans
Lancé dans une politique de modernisation de son système de transport, le Sénégal refuse de revoir l’âge maximum des véhicules importés sur son territoire. Interpellé hier en plénière lors du budget de son département, le ministre en charge du Transport Terrestres, Nafy Ngom Diouf, indique que le gouvernement ne peut pas faire de concession sur cette mesure comme le réclament depuis quelques années des hommes d’affaires et émigrés. Elle estime en effet que le Sénégal ne veut pas être la poubelle des vieilles voitures bricolées et rafistolées pour circuler des décennies encore dans le pays. ‘Nous ne pouvons pas nous permettre de récupérer tous les vieux véhicules que l’on trouve à l’étranger pour les transférer au Sénégal. il nous faut un système de transport moderne.
Il y a certes de véhicules de plus de 10 ans qui circulent dans le pays, mais il faut commencer par arrêter l’hémorragie’, dit le ministre. Qui souligne néanmoins que l’Etat est en train de réfléchir sur des concessions qui pourront être faites aux émigrés désirant rentrer au pays avec leurs véhicules. ‘Avec le nouveau centre de contrôle technique, nous allons étudier le cas des émigrés qui décident de rentrer au Sénégal avec leur véhicule. Si le véhicule passe l’examen, on lui accordera une autorisation. Mais on n’acceptera pas qu’il y ait une commercialisation de véhicules de plus de 5 ans’, prévient-elle.

Rappelons que ces restrictions sur les importations de véhicules au Sénégal ont entraîné une forte croissance du secteur de l’automobile. Avec l’arrivée des grandes marques, et celles asiatiques, le marché est passé, en quelques années, de deux mille à plus de 6 mille voitures neuves par an.

Le ministre a par ailleurs annoncé aux députés que l’Etat va bientôt acquérir 485 nouveaux bus pour la société Dakar Dem Dikk. Qui, pour elle, doit revoir sa politique commerciale. ‘Il y a des besoins dans les régions. Des études ont été faites. Et il est prévu qu’en 2012, avec l’arrivée des nouveaux bus, que Dakar Dem Dikk puisse aller dans les régions’, soutient-elle.

S. DIOP

( APS )
Samedi 12 Novembre 2011




1.Posté par papy1 le 12/11/2011 09:23
Il est temps les Autorités Sénégalaises demandent a la population de Casamance de cesser de participer et voter dans les élections gambiennes. Lors des dernières élections de 2006 on voyait ces milliers de personnes loges dans des hôtels, des écoles car ne résident pas en Gambie. Immédiatement après les élections la majorité retourne au bercail. Cette population sudiste est revenue en grand nombre cette année et représente plus du quart soit 200.000 inscrits dans le registre électorale de la Gambie. Les Gambiens le savent PERTINEMMENT mais n'osent pas affronter Yaya Jammeh ouvertement. Ce que les étrangers votants oublient est que leurs photos et leurs empreintes digitales sont loges dans les logicielles de registres électorales. Ces personnes seront poursuivies par la justice tôt ou tard.
Les Autorités Sénégalaises doivent aider leurs cousins gambiens et dissuader les casacais surtout les diolas de s'abstenir des élections gambiennes. Les gambiens sont très remontes contre eux.
Les Gambiens sont très remontes surtout contre les diolas de la Casamance qui traversent la frontière pour venir s'inscrire et voter en Gambie et la représailles sera EVIDENTE le jour ou Jammeh ne sera plus au pouvoir.
Le Gouvernement du Sénégal doit pas prendre ses responsabilités et mettre FIN a cette activité ILLEGALE et INJUSTE. Le prendre a la légère, les conséquences peuvent être désastreuses dans un futur proche et l'Ambassade du Sénégal en Gambie est au courant de cet état de fait illégale.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016