Report du procès de Alboury Ndao : Les avocats de Karim perdent un enjeu

Devant un dossier Karim Wade-Alboury Ndao en état d’être jugé, le procureur a demandé et obtenu le renvoi, malgré l’opposition de la partie civile. C’est que le dénouement de ce procès à la Correctionnelle pouvait avoir des répercussions sur le dossier de la Crei dont les plaidoiries doivent démarrer lundi.


Report du procès de Alboury Ndao : Les avocats de Karim perdent un enjeu

Le bras de fer était attendu. Il a bien eu lieu. La tension est vite montée dès le début du procès opposant Karim Meïssa Wade à l’expert Alboury Ndao qui avait révélé l’existence d’un compte à Singapour et «appartenant à 100 %» à l’ancien ministre poursuivi pour enrichissement illicite présumé. Et, l’audience a été encore renvoyée au 12 mars prochain. Un report intervenu à la suite d’un débat ponctué par les tergiversations du président du Tribunal correctionnel, qui pourtant avait décidé, lors de la dernière audience, d’un renvoi ferme, en présence ou non de Karim Wade. Le procureur Abdoul Aziz Danfakha a sollicité avec insistance et obtenu le report pour, dit-il, «mieux préparer (ses) observations».

Auparavant, les avocats de Karim Wade, cette fois-ci partie civile, se sont opposés au renvoi de cette affaire. Parce que l’enjeu était de taille pour eux. En effet, cette affaire dite des 47 milliards est d’un enjeu énorme quant au volet Singapour du dossier de la Crei. Me Ciré Clédor Ly et Cie espéraient une condamnation de Alboury Ndao, avant les plaidoiries qui démarrent lundi prochain. C’était l’occasion rêvée pour démolir la déposition de celui qui était l’administrateur provisoire de Dp world. Mais le Ministère public a semblé comprendre la stratégie des avocats de M. Wade qui ont tenté de faire retenir le dossier. Pour Me Seydou Diagne, le parquet est «totalement confus». Selon lui, «un ordre d’extraction a été émis mercredi, puis rapporté à jeudi». 
Pour son procès contre Alboury Ndao, Karim Wade n’a pu être acheminé au Palais de justice pour être mis à la disposition du Tribunal. Me Diagne d’accuser : «Le parquet a reçu des ordres. Le ministre de la Justice est intervenu pour demander au parquet de ne pas ordonner l’extraction de Karim Wade.» Pour l’avocat, cette «intervention» est un «scandale» parce que «du jamais vu», et le renvoi est «illégal». Son collègue Me Ciré Clédor Ly renchérit : «Le dossier est en état d’être jugé. Le parquet demande le renvoi alors qu’il avait lui-même  émis, la veille, un ordre d’extraction de la partie civile, Karim Wade, en détention provisoire pour une autre affaire pendante devant la Crei. Ce qui tient plus de la bizarrerie que de l’irrégularité». Il se dit outré par «des méthodes déloyales» du parquet qui a «bafoué et piétiné les droits» de son client. L’avocat de conclure : «On n’allait pas passer notre temps à éplucher les positions du parquet. C’est comme si le procureur ne veut pas que Karim Wade comparaisse.»


Me El Hadji Diouf et Alboury Ndao pris à partie par les Libéraux

Alors qu’ils venaient à peine de sortir de la salle d’audience, l’avocat Me El Hadji Diouf et Alboury Ndao ont été pris à partie par des Libéraux. «Menteurs», «escrocs», «fumistes», ... Aucun mot n’était assez dur pour les qualifier. L’expert est accusé d’avoir «manqué à son devoir de franchise» en publiant un rapport «coloré de mensonges». Après un échange de propos aigres doux, des «karimistes» se sont attaqués à l’expert comptable qui tient aux 47 milliards d’un compte logé à Singapour et qu’il attribue à Karim Wade. Le garde du corps de ce dernier, qui est intervenu avec la manière s’est bien battu avec les agresseurs de son patron. Un échange de coups de poing a eu lieu, en présence de quelques gendarmes, appelés en renfort pour éviter tout débordement. A la suite de l’incident, l’avocat de l’Etat, Me El Hadji Diouf s’en est pris tour à tour aux avocats de Karim Wade et aux jeunes libéraux.  


Le Quotidien

Vendredi 13 Février 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016