Renouvellement des instances de Rewmi et changements de poste : Idrissa Seck prépare sa task-force pour 2017

Bien emmuré dans son silence, Idrissa Seck, président de Rewmi mène un travail de fourmi au sein de sa formation politique. L’actuel président du Conseil départemental de Thiès, après avoir lancé l’opération de vente des cartes de sa formation politique qui a démarré, le 1er novembre dernier et qui s’achèvera au soir du 31 décembre 2014, n’est que la face de l’iceberg. Et pour cause, il prépare la mise en place d’une véritable task-force pour mieux préparer le rendez-vous de 2017.


Renouvellement des instances de Rewmi et changements de poste : Idrissa Seck prépare sa task-force pour 2017
Mettre les hommes qu’il faut, à la place qu’il faut. Tel semble être l’adage que s’est approprié Idrissa Seck, président de Rewmi. En effet, le lancement de la vente des cartes de sa formation politique, démarré le 1er novembre dernier et qui s’achèvera au soir du 31 décembre 2014 est loin d’être fortuit. Si d’aucuns soulignent que c’est une entreprise tout à fait normale dans la marche d’un parti politique, des voix autorisées font remarquer que de telles opérations ne sont que la face visible de l’iceberg. Après avoir promu Déthié Fall au poste de vice- président de Rewmi, l’actuel président du Conseil départemental de Thiès compte appuyer sur l’accélérateur, en lançant les grands chantiers de reconstruction, de réajustement et de réaménagement d’un parti miné par nombre de départs.
A ce propos, nous informent des sources dignes de foi, «dans l’ensemble des départements du Sénégal, communes et secteurs, des changements profonds seront effectués car, il ne s’agit pas tout simplement d’avoir des représentants ici et ailleurs, mais plutôt d’avoir des interlocuteurs valables qui seront capables de participer activement à la massification du parti. C’est dans cette dynamique que s’inscrit le président du parti qui veut absolument ravir la vedette à ses adversaires, en travaillant avec des personnalités politiques valables qui participeront à gonfler considérablement l’effectif des militants et des sympathisants».
Une occasion pour faire ces remarques : «Il est évident que nous ne devons pas trop épiloguer sur le sujet, mais pour votre information, la démarche du président Idrissa Seck entre en droite ligne avec son désir d’avoir un parti agrandi, plus fort et pesant sur l’échiquier politique sénégalais, dans l’unique objectif d’aller vers une réelle victoire en 2017». Toutes choses pour révéler que l’enjeu réside sur la mise en place d’une task-force qui va dépasser les frontières sénégalaises.
«Ce n’est pas seulement le Sénégal qui est concerné. L’objectif, c’est véritablement d’avoir des relais sûrs et politiquement signifiants en Europe, aux Etats-Unis et dans les pays africains comme la Côte-d’Ivoire, le Mali, le Gabon, entre autres, où vivent une importante communauté sénégalaise». Seulement, faut-il le rappeler, ces changements d’hommes et de femmes risquent de causer nombre de frustrations. Oumar Sarr qui a gelé ses activités au sein de Rewmi est un exemple patent. Reste à savoir si Idrissa Seck prendra les devants pour prévenir toute nouvelle saignée sur la route menant à la présidentielle de 2017. 



Libération


 
Mardi 16 Décembre 2014
Dakaractu




1.Posté par mario le 16/12/2014 08:54
rewmi en avant

2.Posté par Sidiki Diouf le 16/12/2014 09:02
Le plus grand defi pour Idy c'est de se departir de son ethnocentrisme et se rapprocher des autres communautés du pays. qui le voit comme un ethniciste en plus de ne voir que Thies. C'est le probleme majeur auquel il doit s'attaquer.

3.Posté par patriote sengalais le 16/12/2014 14:55
Bien vu sidiki diouf. Le parti de Idy est trop wolof, trop régionaliste. C'est pourquoi les sénégalais ne sont pas chauds pour ce parti.



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016