Rennes : Un forcené sénégalais tué par des policiers

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des policiers sont intervenus dans un appartement du quartier Maurepas à Rennes. Face à un homme armé d'un couteau, qui se serait jeté sur eux, les policiers ont ouvert le feu.


Rennes : Un forcené sénégalais tué par des policiers
Un homme retranché dans le quartier de Maurepas à Rennes, abattu par la police
Il est un peu plus de 4h ce jeudi matin lorsque les policiers rennais sont appelés par les occupants d'un appartement du 7ème étage d'un immeuble de la rue Guy Ropartz dans le quartier Maurepas. Sur place, les policiers découvre un homme, armé d'un couteau, menaçant envers la famille qui l'héberge, un couple avec une petite fille. Le forcené aurait, semble t-il, déjà blessé le père.
Dans un communiqué, ce jeudi soir, le procureur de la République de Rennes, Thierry Pocquet du Haut-Jussé explique que "Devant l'appartement, les fonctionnaires étaient confrontés à cet individu particulièrement agressif qui les menaçait avec un couteau. Deux fonctionnaires étaient dans l'obligation de reculer en remontant les étages. Un fonctionnaire faisait usage de son arme de service une première fois, blessant l'individu. Celui-ci se relevait et menaçait de nouveau les fonctionnaires qui devaient reculer jusqu'au dernier étage, sans autre issue. De nouveaux tirs étaient effectués, touchant de nouveau l'individu. Malgré la présence des pompiers et du SAMU, il ne pouvait être réanimé et son décès était constaté sur place".
 
L’homme qui avait appelé les secours a été transporté au CHU de Pontchaillou pour sa blessure par arme blanche au bras.
 
La police judiciaire a été saisie de l’enquête sur les faits commis sur les fonctionnaires de police par ce jeune homme de 27 ans décédé. L’antenne de l’Inspection générale de la police nationale a été chargé de l'enquête sur les conditions de l’usage des armes par les fonctionnaires de police.
 
Le procureur de la République de Rennes, Thierry Pocquet du Haut-Jussé a ajouté que "l'autopsie de la victime a permis de retrouver cinq impacts de balles, dont deux dans le thorax, sans doute à l’origine du décès".
 
L'homme, de nationalité sénégalaise « ne semble pas connu en France pour d’autres faits »
 
Samedi 5 Décembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :