Remise de diplômes MBA International (Paris Dauphine) : Pour éradiquer les problèmes de management dans les institutions africaines


Le Centre Africain d'Etudes Supérieures en Gestion (Cesag), a procédé samedi matin à la remise des diplômes du MBA International (Paris Dauphine) à ses promotions 9 et 10.
Un diplôme issu du partenariat entre le CESAG et l’Université Paris Dauphine et l’UAI de Paris.
« Le MBAIP permet au CESAG d’aller de l‘avant dans la mise en oeuvre de sa vision qui est de passer d'une école de formation professionnelle à une business-school à statut international », a dit Boubacar Baidary, Dg du Cesag.
« Grace au rayonnement du MBAIP, nous avons aujourd’hui un programme qui nous permet d’être reconnu dans le monde entier », ajoutera t-il, citant quelques pays où l’on retrouve le diplôme.
Le Directeur général du groupe Cofina, Jean Luc Konan avait été choisi comme parrain de cette promotion.
« Le MBAIP a une caractéristique principale, ce sont des cadres de haut niveau qui y entrent, pour avoir des compléments de formation parce que la plupart du temps, le management n’est pas leur domaine de compétence. Nous comptons sur eux, pour faire en sorte que les problèmes que nous connaissons dans le domaine du management soient résolus d’une manière efficace. Les institutions africaines ont un problème de management». a ajouté le DG du Cesag.
Rémy Bourguignon, représentant de l’Université Paris Dauphine, enseignant chercheur à la Sorbonne Business School de Paris, a félicité les diplômés indiquant que cela a été un « sacrifice pour beaucoup d’entre eux », révélant la difficulté du programme ».
Il a souligné pour finir, que prendre des responsabilités managériales n’est pas une vie de tout repos, « c’est exigeant » dira t-il aux diplômés, les poussant à être exemplaires dans leur mission.
Le parrain de cette promotion qui a animé une conférence sur le thème « entrepreneur, interpreneur, même combat » a partagé avec l’auditoire son expérience indiquant que l’on est mieux à même d’assimiler un enseignement de haut niveau en s’étant d’abord frotté à l’environnement professionnel.
 « La formation est l’éducation sont une quête permanente »assure t ‘il.
« Je n'ai pas eu la chance d’intégrer les programmes dune grande école africaine, vous l’avez aujourd’hui dira t-il aux diplômés, et voila la raison pour laquelle je suis particulièrement fier d’être avec vous », dira M Konan pour conclure. 9A0A6737-dakaractu 9A0A6740-dakaractu 9A0A6751-dakaractu 9A0A6752-dakaractu 9A0A6757-dakaractu 9A0A6760-dakaractu 9A0A6767-dakaractu 9A0A6772-dakaractu 9A0A6779-dakaractu 9A0A6783-dakaractu 9A0A6799-dakaractu 9A0A6801-dakaractu 9A0A6805-dakaractu 9A0A6807-dakaractu 9A0A6813-dakaractu
Lundi 28 Novembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :