Remaniement / Farba Ngom salue les « qualités d’homme d’Etat » de Macky Sall : « Personne ne pouvait connaître à l’avance la composition du nouveau gouvernement »

« Nul ne sait ce qui se passe dans la tête d’un chef d’Etat », tels sont les propos qu’un célèbre chroniqueur politique a prêtés à Ousmane Tanor Dieng, qui fut le plus proche collaborateur de Abdou Diouf. L’honorable député Farba Ngom, accroché par « Dakaractu », commentant les péripéties du dernier remaniement ministériel, applique la formule au style du Président Macky Sall et salue « les qualités d’homme de d’Etat » de son mentor, qui a pu former un nouveau gouvernement à l’abri de toute indiscrétion et élucubration.


Remaniement / Farba Ngom salue les « qualités d’homme d’Etat » de Macky Sall : « Personne ne pouvait connaître à l’avance  la composition du nouveau gouvernement »
Si Farba Ngom n’était pas dans le secret des dieux quand se formait, dans le silence du cabinet présidentiel, le nouveau gouvernement, qui pouvait être au courant ? En tout cas l’homme est séduit par le silence qui s’attache au style de Macky Sall et il l’exprime en ces termes : « Pendant plusieurs semaines les augures ont essayé de deviner les intentions du président de la République ; espérant connaître la composition du nouveau gouvernement. Personne ne pouvait connaître à l’avance la composition du nouveau gouvernement.  Pas même ses amis, encore moins les membres de sa famille. Seul dans le secret de son cabinet avec son Premier ministre, il a choisi les Sénégalais qu’il pense être les meilleurs pour servir la Nation et donner corps à sa vision d’un Sénégal émergent. Même après avoir reconduit le Premier ministre, il est resté 24 heures sans dévoiler son plan. Les cancans ont porté de fausses allégations, il est resté imperturbable jusqu’à la publication de la liste des ministres. Toutes choses qui démontrent qu’un homme d’Etat comme Macky Sall est très rare dans l’histoire politique du Sénégal ».
Le député-maire d’Agam, dans le même créneau d’éloges, ajoute : « Certains ont pu dire que le Sénégal est resté sans gouvernement pendant 24 heures alors que les institutions de la République fonctionnaient normalement. On a voulu exercer la pression sur lui, ignorant qu’il existe entre lui et Mahammed Boun Abdallah Dionne une telle complicité qu’ils savent où ils vont. C’est l’actuel Premier ministre qui gérait le Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal Emergent (BOS). Ce dernier a le meilleur profil pour matérialiser la volonté du peuple sénégalais derrière le président de la République. Je les félicite tous les deux et j’associe tous les membres du gouvernement à ces encouragements en leur souhaitant plein succès ».
« Il est facile de dire que c’est un gouvernement politique. Un profil comme Ismaïla Madior Fall, qui fait partie des meilleurs constitutionnalistes d’Afrique et qui a abattu un travail remarquable dans le cabinet du président de la République, n’est pas politique. Amadou Ba est le meilleur ministre de l’Economie et des Finances que l’on peut avoir. Il n’y a que ceux qui souhaitent occuper le fauteuil du Président Macky Sall qui parlent de gouvernement politique », dément Farba Ngom.
Répondant à ceux qui déplorent le maintien d’un responsable de l’Alliance pour la République au poste de ministre de l’Intérieur, il a recadré : « Quand Macky Sall nommait Abdoulaye Daouda Diallo, il n’a averti personne. Quand il le fait remplacer par Aly Ngouille Ndiaye, il n’avertit personne. On ne doit pas essayer de porter atteinte aux prérogatives du chef de l’Etat. Personne ne peut lui dicter la conduite à tenir. C’est le Sénégalais le mieux renseigné et c’est lui qui nomme aux emplois civils militaires. Aly Ngouille Ndiaye a de bonnes entrées pour matérialiser la volonté du président de la République auprès des chefs religieux. Je l’encourage ».
Au rayon de la lutte contre le chômage des jeunes, Farba Ngom rappelle les milliers d’emplois créés grâce à l’Agence pour la sécurité de proximité (Asp) et classe les bourses de sécurité familiale au titre des mesures prises pour alléger les souffrances des Sénégalais. 
Pour finir, il espère que ce nouveau gouvernement va très vite parachever « l’œuvre entamée » et « permettre au Président Macky Sall de tenir son bilan dès 2018 pour se faire réélire en 2019 ».  
Vendredi 8 Septembre 2017
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :