Régression du Sénégal sur l’Indice du développement humain : La représentante du PNUD, Fatou Bintou Djibo pas d’accord

Le classement du Sénégal dans l’indice du Développement humain avait suscité beaucoup de commentaires et de débat autour de la régression de notre pays classé 170ème sur 188. Mais la représentante du PNUD, Fatou Bintou Djibo relativise. Elle est plutôt d’avis que ce classement ne reflète pas du tout le positionnement du Sénégal à l’heure actuelle.


Régression du Sénégal sur l’Indice du développement humain : La représentante du PNUD, Fatou Bintou Djibo pas d’accord
« C’est vrai, le Sénégal a régressé par rapport à 2014 », consent-elle à dire. Expliquant plus en détails l’Indice de Développement Humain, elle précise qu’il (IDH) est composé de 3 éléments portant sur l’espérance de vie, le taux moyen de scolarisation et le taux attendu de scolarisation. Une manière pour elle d’indiquer «qu’au Sénégal c’est au niveau de l’éducation qu’il y a eu une baisse ». La raison, justifie-t-elle, est que les données de l’éducation utilisées n’étaient pas à jour et cela a eu un impact au  niveau des calculs.
«Le PNUD s’appuie sur des données qui sont publiées par les États lorsqu’elles ne sont pas à jour, cela pose problème mais nous sommes en train de travailler avec toutes les instances qui doivent produire les données statistiques pour avoir des données actualisées », avance Mme Djibo qui pense que le classement actuel du Sénégal devrait être pris avec beaucoup de précautions.
Reconnaissant beaucoup de déperdition au cours du cycle scolaire, Fatou Bintou Djibo préconise le dialogue au niveau du secteur de l’éducation qui est marqué par des grèves qui impactent négativement la qualité de l’enseignement. Mieux elle croit savoir qu’il faut donner beaucoup plus de facilité pour absorber beaucoup plus d’enfants à l’école en investissant dans la construction des salles de classes et la suppression des abris provisoires.
Vendredi 25 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :