Refus de l’arbitraire, Ibrahima Fall donne la leçon à l’opposition

Il fallait le faire : braver l’interdit préfectoral illégal. Un candidat à la présidentiel au Sénégal qui, après avoir informé l’autorité sur son itinéraire de campagne, a reçu le refus injustifié d’un préfet pour tenir meeting à la place de l’indépendance du Sénégal. Pourtant l’article 61 de la constitution permet à tout candidat, après en avoir informé au préalable l’autorité administrative, de battre campagne sur le lieu de son choix sur toute l’étendue du territoire public national.


Refus de l’arbitraire, Ibrahima Fall donne la leçon à l’opposition
Refus de l’arbitraire, Ibrahima FALL donne la leçon à l’opposition
Il fallait le faire : braver l’interdit préfectoral illégal. Un candidat à la présidentiel au Sénégal qui, après avoir informé l’autorité sur son itinéraire de campagne, a reçu le refus injustifié d’un préfet pour tenir meeting à la place de l’indépendance du Sénégal. Pourtant l’article 61 de la constitution permet à tout candidat, après en avoir informé au préalable l’autorité administrative, de battre campagne sur le lieu de son choix sur toute l’étendue du territoire public national.
Le préfet avait interdit la Place de l’indépendance au Candidat Ibrahima FALL. Ce dernier a forcé l’interdit comme pour signifier au préfet que son acte administratif est illégal et ne saurait le concerné. Les grenades lacrymogènes et autres violences inouïes ne l’ont pas désarmé. Dans sa démarche, il a été suivi par d’autres candidats comme Cheikh Bamba DIEYE, Idrissa Seck, Djibril NGOM, Diouma Dieng DIAKHATE et des leaders tels que Youssou NDOUR, Bara Tall etc. Ceci est un exemple de détermination qui renforce le courage du peuple en général et de sa jeunesse en particulier à défendre ses libertés bafouées.
Nous disions dans un article de presse, il y a quelques semaines, que dans un pays, quand l’arbitraire est érigé en système de gestion, le pays est assis sur un volcan qui peut à tout instant éclater et libérer sa larve qui brule tout sur son passage. Nous ne l’avions jamais souhaité à notre pays mais l’actualité nous a donné raison.
Le Sénégal s’embrase à cause de l’entêtement d’un homme et de son entourage de profiteurs professionnels. Le Sénégal s’embrase à cause de son désir de banaliser nos institutions et de violer notre constitution. Le Sénégal s’embrase parce qu’il a peur de quitter le pouvoir au terme de sa durée légale de gouvernance. Le Sénégal s’embrase parce que les voix les plus autorisées pour lui demander d’arrêter se sont tues. Aujourd’hui, le peuple compte ses morts et mutilés à cause de l’irresponsabilité de ses gouvernants. Hura sur toutes ces forces de l’ordre qui acceptent, toute honte bue, d’exécuter des ordres illégaux qui tuent… et mutilent afin de museler le droit à la résistance de notre peuple!
Mais notre peuple debout dit non à la forfaiture et interpelle l’opinion nationale et internationale à raisonner son vieux président afin qu’il retire sa candidature inconstitutionnelle avant qu’il ne soit trop tard. Le peuple parle depuis des jours, des mois, des années. Au lieu de l’écouter avec des oreilles attentives, maître Wade et son ministre de l’intérieur préfèrent l’épreuve de force dans un combat qu’ils ont, de toute façon, perdue d’avance.
Nous invitons tous les candidats qui disaient que Wade ne peut pas être candidat conformément à la Constitution du Sénégal, de rester conséquents avec eux-mêmes en continuant le combat avec comme seul mot d’ordre : « Oui à l’élection présidentielle mais sans Abdoulaye WADE comme candidat ». Battez-vous pour le respect de la constitution aux côtés du M23 dont la seule raison d’être est le refus de la candidature inconstitutionnelle de Wade. Faire autre chose serait vous dédire et cela vous mettrez sur un même piédestal que Wade Wakhwakhet.
Respectez votre parole ! Respectez votre engagement ! Ne trahissez pas le combat du peuple qui ne veut point entendre parler de la candidature de Wade ! Faites-le pour tous ceux qui ont donné leur vie pour défendre cette noble cause, cette cause hautement citoyenne et républicaine !
Wade a détruit tous les fondamentaux de notre République. Ne l’aidez pas dans cette tâche. Le peuple vous observe et vous jugera. C’est pourquoi, nous saluons la constance du candidat Ibrahima FALL qui défend cette option, la seule qui vaille, au prix de sa vie et au point de mettre en veilleuse son programme de redressement national pour ne battre campagne que pour ça : le retrait de la candidature inconstitutionnel de Wade.
Nous saluons la détermination de Cheikh Bamba DIEYE, Idrissa Seck, Djibril Ngom, Diouma Dieng Diakhaté, Youssou Ndour, Bara Tall, Serigne Mansour Sy Djamil, Y’en a marre, Alioune Tine, Amath Dansokho… Ils luttent tous, en risquant leur vie, afin de jeter à la poubelle la candidature anticonstitutionnelle de Wade.
La résistance à l’arbitraire est essentielle à la liberté. Le respect de la parole donnée élève la dignité humaine. Si, par des calculs purement politiciens et égoïstes, vous quittez cette bataille pour aller aux urnes avec Wade, l’histoire retiendra votre traitrise. Non à la candidature de Wade ! Non à la forfaiture du Conseil Constitutionnel ! Oui à la victoire du peuple contre Wade et ses forces répressives !
Tafsir Ndické DIEYE
Auteur de polars et de poésie dont :
Ces fossoyeurs de la République
Editions Mélonic, Québec juillet 2005
Odeur de sang (polar), Silence ! On s’aime poésie
Editions Le Manuscrit, Paris mars 2008
Horreur au Palais, Coédition NEI/CEDA Abidjan Novembre 2010
Mercredi 22 Février 2012
Tafsir Ndické DIEYE Ecrivain




1.Posté par lokhos le 22/02/2012 15:56
I. Fall n'a de leçons à donner à personne! Où était-il pendant les années 70 et 80 quand des patriotes sénégalais se battaient dans la clandestinité contre le parti unique et pour le pluralisme? C'est aujourd'hui qu'il se découvre courageux parce qu'il est obnubilé par le pouvoir et que comme le disent certains sa carrière est derrière lui! A Benno de grands patriotes étaient dans la clandestinité et c'est ce qui donne auj la possibilité à I. Fall de manifester sans être buté! Ne nous fatiguer pas, on sait plein de choses dans ce pays et précisément qui est qui

2.Posté par vérité le 22/02/2012 15:58
ô sénégalais saisissez ces paroles quand vous le lisez, ne rendez pas vos cœurs insensibles, n'endurcissez pas vos oreilles et ne bouchez pas vos yeux. Regardez car vous avez vu et certainement vous verrez encore, écoutez et lisez, car vous avez entendu et lu et vous entendrez encore et par vos cœurs vous comprendrez.
N'attendez pas que Dieu agisse pour regretter, n'attendez pas le jour ou ce pays sera renversé par nos propres mains et que le sang inondera toutes nos villes à causes de notre propre entêtements. N'attendez pas que les habitants faims et pauvres dans la soif qui n'ont que leur gagne pain meurent derrière leurs maison renversées par nos propres œuvres, le pays ravagés par des politiciens qui veulent garder le pouvoir à tout prix et d'autres qui veulent y accéder en marchant sur des décombres. Ce jour là le pays, notre pays à nous sera ravagé, la sollicitude apparaitra, ce jour tout périra et il ne restera que l'odeur de nos morts dans les rues, la faim ainsi que le sécheresse dans le vide perdurera dans les maisons de ceux qui n'ont rien fait et non rien à faire dans tout cela! Nous voulons servir tous notre pays, mais sachez que l'arme dépend de celui qui le détient et cet arme est bien notre carte d’électeurs et pas la pensée dans nos disques dures stimuler par l'émotion qui excite nos cœurs. Si vous continuer et eux continuent dans le même sens un jour on vous dira: regardez ce que vos mains on fait. Nous ne sommes pas des arabes, ni des pays arabes qui intéressent les investisseurs pour une reconstructions. Nous sommes que de pauvres africains à nous de régler notre problème selon les valeurs de nos ancêtres: la paix et le masla! voilà comment fonctionne notre société et la famille africaine. à nous tous et à chacun son appel! Il ne nous reste que de dire: ô Seigneur! Que Ta Main délivre notre pays du Diable. Par Ton Nom AS-Salam agit et que la Paix revient chez nous!



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016