Réfection de la route Fatick-Kaloack : Bara Tall bloque l’Etat


Réfection de la route Fatick-Kaloack : Bara Tall bloque l’Etat
Une décision de justice, favorable à Bara Tall, empêche à l’Etat de reconstruire la route Fatick-Kaloack, au cœur d’un différend qui oppose le régime libéral au Pdg du groupe Talix à qui l’Etat doit encore plusieurs milliards de francs sur des chantiers livrés.

Même s’il en a la volonté et les moyens financiers, l’Etat ne peut s’engager dans la réfection de la route Fatick-Kaolack. Le patron de Jean Lefebvre Sénégal, Bara Tall, a, en effet, obtenu une décision de justice qui interdit au gouvernement de reprendre ce tronçon. Le ministre en charge des infrastructures, Karim Wade, l’a révélé samedi lors du vote du budget de son département par l’Assemblée nationale. ‘La route Fatick-Kaolack est au cœur de nos préoccupations. Au moment où je vous parle, nous avons dans le budget (exercice en cours: Ndlr) le montant pour réaliser cette route. Ce qui se passe, c’est que Bara Tall de l’entreprise Jean Lefebvre Sénégal a réussi à avoir une décision de justice pour empêcher l’Etat de reconstruire la route. Ce qui est incroyable’, dixit le fils du président Wade. Qui signale qu’une entreprise, Eiffage, avait pourtant été déjà sélectionnée, par appel d’offre, pour réaliser les travaux.
S’inquiétant des difficultés que traversent les populations qui arpentent cette route pour joindre d’autres contrées du pays ou se rendre dans les pays frontaliers, le ministre en charge des infrastructures, en appelle ‘à l’esprit de construction’ pour dépasser cette situation préjudiciable pour l’économie nationale. ‘Il ne faut pas politiser le problème et polémiquer là-dessus. Ce qui est important, c’est les usagers. Chaque jour, chaque semaine, chaque mois, il y a des accidents avec des pertes en vies humaines et de nombreux blessés. Et cela ne peut pas continuer. Donc, il faut, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres projets, que les travaux puissent se réaliser’, poursuit Karim Wade. Non sans indiquer que des démarches sont entreprises auprès de la justice pour essayer d’obtenir une autre décision afin de pouvoir réaliser les travaux. ‘Moi, je ne comprends pas l’attitude de Monsieur Bara Tall. Quand on réalise une maison ou une route, il peut y avoir des incidents et des problèmes de qualité. Cela nous est arrivé sur des projets routiers. Mais on s’assoit avec l’entreprise qui accepte de reprendre les travaux. Ce qui est important, c’est de pouvoir réaliser une route de qualité’, soutient-il.

Rappelons que Bara Tall a toujours soutenu avoir fait la route dans les conditions techniques voulues par le cahier des charges, en 2003. Il a même souligné avoir indiqué aux autorités que si la route était faite dans ces conditions, elle ne supporterait pas le trafic prévu pour y passer, mais que ces dernières ont passé outre ses recommandations et l’ont enjoint de la faire ainsi.

Mais avec la détérioration précoce de cette route et des relations entre l’entrepreneur et les pouvoirs publics, consécutive à l’affaire des chantiers de Thiès, le procès qui oppose l’Etat au président directeur général du groupe Talix ne finit pas de connaître des rebondissements. En 2009, un expert commis par le juge des référés pour évaluer le coût de la reconstruction de cette route, a évalué à 32 milliards le coût de cette reconstruction, soit presque quatre fois ce qu’elle avait coûté. Devant le refus du patron de Jean Lefebvre-Sénégal, qui a remporté plusieurs victoires sur l’Etat, une autre décision de justice l’astreignait d’une amende de 20 millions de francs par jour de retard.

Seyni DIOP

( WALF )
Lundi 14 Novembre 2011




1.Posté par Centrale electrique au charbon le 14/11/2011 06:53
En vue de faire face à la demande en électricité, la Senelec et le gouvernement du Sénégal ont décidé de se tourner vers le charbon pour la production d’énergie électrique. C’était en 2009. C’est ainsi que le groupe Nykomb Synergétics Développement, basé en Suède et agissant au nom de la Compagnie d’Electricité du Sénégal, est retenue pour la réalisation d’une centrale à charbon à Sendou à 32 km de Dakar, dans la commune de Bargny. Avec un investissement de 118 milliards de francs Cfa, cette centrale de 125 Mégawatts sera implantée sur un terrain de 29 hectares. L’Etat et la Senelec ont alors trouvé le site.
Aujourd’hui, un mur est construit sur ledit site. Et c’est sur un espace devant abriter 600 parcelles, loties et distribuées aux populations, notamment celles menacées par la mer que le projet a jeté son dévolu. Puisque le combustible, selon le président, sera importé par voie maritime, c’est entre Bargny et Sendou que le gouvernement et la Senelec ont choisi de construire l’usine.
En 2009, sur intruction du prefet de Rufisque les constructions ont été recensées et évaluées, mais jusqu'à ce jour l'Etat n'a pas remboursées les propriétaires.
Pire encore l'assiette foncière impactée par le projet de la centrale avait fait d'un lotissement par les soins de la commune de Bargny. Les parcelles de terrain à usage d'habitation distribuées aux populations victimes de l'avancée de la mer. Les déguerpis exigent un dédommagement conséquent avant le démarrage des travaux de la dite centrale. Ils exigent le meme baréme utilisé dans le cadre de l'autoroute à péage.

2.Posté par Centrale electrique au charbon le 14/11/2011 06:55

En vue de faire face à la demande en électricité, la Senelec et le gouvernement du Sénégal ont décidé de se tourner vers le charbon pour la production d’énergie électrique. C’était en 2009. C’est ainsi que le groupe Nykomb Synergétics Développement, basé en Suède et agissant au nom de la Compagnie d’Electricité du Sénégal, est retenue pour la réalisation d’une centrale à charbon à Sendou à 32 km de Dakar, dans la commune de Bargny. Avec un investissement de 118 milliards de francs Cfa, cette centrale de 125 Mégawatts sera implantée sur un terrain de 29 hectares. L’Etat et la Senelec ont alors trouvé le site.
Aujourd’hui, un mur est construit sur ledit site. Et c’est sur un espace devant abriter 600 parcelles, loties et distribuées aux populations, notamment celles menacées par la mer que le projet a jeté son dévolu. Puisque le combustible, selon le président, sera importé par voie maritime, c’est entre Bargny et Sendou que le gouvernement et la Senelec ont choisi de construire l’usine.
En 2009, sur intruction du prefet de Rufisque les constructions ont été recensées et évaluées, mais jusqu'à ce jour l'Etat n'a pas remboursées les propriétaires.
Pire encore l'assiette foncière impactée par le projet de la centrale avait fait d'un lotissement par les soins de la commune de Bargny. Les parcelles de terrain à usage d'habitation distribuées aux populations victimes de l'avancée de la mer. Les déguerpis exigent un dédommagement conséquent avant le démarrage des travaux de la dite centrale. Ils exigent le meme baréme utilisé dans le cadre de l'autoroute à péage.

3.Posté par djibril le 14/11/2011 09:16
Quelqu'un peut-il nous expliquer en quoi cette décision de justice à la faveur de Bara Tall empêche-t-elle la reconstruction de cette route?
merci

4.Posté par MAMIN le 14/11/2011 09:19
BARA VEUT REFAIRE CETTE ROUTE ET DEMANDE QUE LE RALLONGE ESTIM2 PAR LE JUGE LUI SOIT VERSER POR ENFIN QUE CETTE ROUTE SOIT REALIS2E DANS LES REGLES DE L ART. C EST CELA QUE CE KARIM REFUSE PUISQUE POUR LUI JAMAIS BARA NE VA RETRAVAILLER AU SENEGAL. LA LOIE DU PLUS FORT;MAIS SEUL DIEU EST FORT.BARA A LA VERITE AVEC LUI ET DIEU EST AVEC CEUX QUI ONT LA VERITE



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016