Réduction de la masse salariale : Le Gouvernement va geler l’octroi de toute nouvelle indemnité

L’Etat du Sénégal compte, par tous les moyens, réduire la masse salariale. Entre gel de l’octroi de toute nouvelle indemnité et mise en place d’un opérateur unique pour tout le processus de la paie, Macky Sall et son Gouvernement ont donné carte blanche aux Finances comme en témoigne le programme pluriannuel pour le pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité 2016-2020 adopté en Conseil des ministres.


Réduction de la masse salariale : Le Gouvernement va geler l’octroi de toute nouvelle indemnité
Le président de la République Macky Sall et son Gouvernement comptent prendre des mesures radicales afin de réduire la masse salariale sénégalaise. Ces mesures sont étalées dans le programme pluriannuel pour le pacte de convergence, de stabilité, de croissance et de solidarité 2016-2020 adopté par le Conseil des ministres.
Selon le document obtenu par Libération, l’évolution de la masse salariale sera limitée par un gel des recrutements (hors forces de défense et de sécurité) au-delà des remplacements et la réduction des enveloppes destinées aux heures supplémentaires et à l’hospitalisation des agents de l’Etat. D’autres économies seront réalisées à travers la réduction du personnel diplomatique en poste à l’étranger.
En attendant les résultats de l’étude sur la rémunération des agents de l’Etat, le Gouvernement va geler l’octroi de toute nouvelle indemnité et plafonner celles existantes à leur niveau actuel. En vue de maîtriser la masse salariale, il est prévu d’étudier la nécessité de mettre en place un opérateur unique pour tout le processus de la paie, de revoir l’ensemble des textes en vigueur relatifs au système indemnitaire, et d’analyser l’impact des réformes en cours sur la masse salariale des collectivités locales et donc sur les transferts budgétaires.
La réserve de précaution en gestion sera instaurée. Selon le document, «il s’agit de dégager une fraction de l’enveloppe budgétaire dont l’allocation se fera suivant une procédure compétitive liant ces moyens supplémentaires à la mise en œuvre des ré- formes structurelles.»
Parallèlement, le Gouvernement entend renforcer la mobilisation des recettes par un élargissement de l’assiette fiscale et un renforcement des administrations fiscale et douanière. Par ailleurs, les efforts de rationalisation des dépenses fiscales seront consolidés afin de faciliter le renforcement du recouvrement des recettes budgétaires et permettre la réduction du déficit budgétaire et son alignement au critère défini par l’Uemoa dans le cadre de la surveillance multilatérale.
Dans le domaine de la gestion de la commande publique, le processus d’amélioration du nouveau code des marchés publics sera poursuivi dans le souci de concilier l’exigence de transparence et la célérité, pour une plus grande efficacité de la dépense publique.
En outre, les efforts relatifs à la mobilisation optimale des recettes, à l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience de l’investissement public ainsi qu’à la rationalisation des dépenses de fonctionnement seront poursuivis et renforcés.

Les cinq commandements de Macky

En outre, renseigne le texte, le cadrage macroéconomique pour la période 2016-2020 est guidé par les principes directeurs du Pacte de Convergence, de Stabilité, de Croissance et de Solidarité mis en place au sein de l'Uemoa. Ces principes sont articulés autour de cinq objectifs : 
amener le ratio du solde budgétaire global, donc compris, rapporté au Pib nominal (critère clé) à un niveau supérieur ou égal à -3% en 2019 ; maintenir le taux d’inflation annuel à 3 %, au maximum par an mais aussi le ratio de l’encours de la dette intérieure et extérieure rapporté au Pib nominal, à un niveau inférieur à 70% en 2019 et le ratio de la masse salariale sur les recettes fiscales, à un niveau inférieur ou égal à 35 %. Enfin, le Gouvernement veut fixer le taux de pression fiscale à un niveau supérieur ou égal à 20% en 2019.
Mercredi 6 Janvier 2016
Dakaractu




1.Posté par Madoff le 06/01/2016 16:35
KOU WAKH FEGN : REGARDEZ BIEN ! COMMENT UN PAYS QUI SE DIT SUR LA ROUTE DE L'EMERGENCE ET QUI SE TARGUE DE CARACOLER A 6,4% DE TAUX DE CROISSANCE, SE TROUVE "obligé" DE REDUIRE LA CONSOMMATION DES MENAGES EN AMPUTANT LA DEPENSE PUBLIQUE AVEC DES POLITIQUES DE REDUCTION DE LA MASSE SALARIALE ? AU LIEU D'ENCOURAGER LA CONSOMMATION DANS LE CADRE D'UN JUSTE PARTAGE DES FRUITS DE LA CROISSANCE !
PRENDRE LES SENEGALAIS POUR DES NAGROS, C'EST QUAND MEME UN PEU TROP : SI TANT EST QUE LE PAYS EST EXANGUE ET S'ENFONCE DANS LA PAUVRETE , COMUNNIQUER VRAI ET DITES LE TOUT HAUT AU LIEU DE NOUS VOULOIR NOUS FAIRE PRENDRE DES VESSIES POUR DES LANTERNES : IL FERA JOUR ET LA LUMIERE CRUE VOUS CREVERA LES YEUX !



Dans la même rubrique :