Rédaction du communiqué du Conseil des Ministre : une mission à prendre au sérieux !


Rédaction du communiqué du Conseil des Ministre : une mission à prendre au sérieux !
Nombreux sont les puristes qui, depuis mars 2012, sont révulsés par le faible niveau d’expression écrite qui caractérise les comptes rendus des communiqués des Conseil des Ministres. Des entorses à la déontologie administrative et des fautes de vocabulaire, d’orthographe et de grammaire de toutes sortes y sont décelées chaque jeudi que dieu fait. La nomination de M. Latif COULIBALY comme Ministre, Porte –parole du Gouvernement, et par conséquent rédacteur des Communiqués des Conseils des Ministres, avait suscité l’enthousiasme au sein des sentinelles de la langue de Molière qui avaient alors eu la naïveté de croire que le journaliste, devenu Ministre, allait nous servir des textes de haute facture. Mais la lecture du communiqué du Conseil des Ministres du jeudi 17 janvier 2013 montre qu’il n’en est rien !

Examinons, en effet, ce texte et commençons par une remarque d’ordre général : lorsqu’on rédige un communiqué du Conseil des Ministre, il convient de faire droit à son officialité sa solennité en respectant, dans l’exposition des communications des membres du Gouvernement, l’ordre de préséance tel qu’il figure dans le Décret portant composition de ce Gouvernement. C’est une faute grave de rédaction administrative, par exemple, que, comme le fait M. COULIBALY, de rendre compte de la Communication du Ministre des Affaires Etrangères avant celle du Ministre des Forces Armées qui est portant protocolairement au – dessus de lui dans la hiérarchie gouvernementale, car venant immédiatement après le Premier Ministre.
Parlant de sécurité routière, le communiqué informe que le Président de la République a instruit le Premier Ministre de faire prendre…

Beaucoup de Sénégalais, sûrs de leur bon droit, utilisent à satiété l’expression « je l’ai instruit de… ou il m’a instruit de…. » Mais elle est incorrecte, car on n’instruit pas une personne. On peut instruire quelque chose comme un dossier ou un procès, mais on l’être humain, on lui donne des instructions qu’il est censé comprendre et exécuter.

Le texte du communiqué comporte beaucoup de lourdeurs. Citons en une: « Le Ministre a indiqué que la France a fait observer que son action actuelle en territoire malien… ». Cette phrase est lourde à cause de l’inflation des « que ». Elle rappelle d’ailleurs la fameuse phrase d’un petit garçon qui rétorquait ainsi aux accusations de son camarade de classe : « Qui t’a dit que c’est moi qui a dit que c’est toi qui a dit ca ? ».

Par ailleurs, la partie du communiqué rendant compte de la communication du Ministre des Forces Armées dit entre autres ceci : « les forces de sécurité faisaient preuve d’une très grande détermination et d’une ardeur remarquable au travail, en dépit de leurs moyens limités ». Cette information ne me semble point seoir (indiquée) dans le contexte actuel où une guerre a éclaté à nos portes et où, par conséquent toute information militaire doit être tenue secrète.

En plus, le communiqué du Conseil parle du « Ministre de la Formation professionnelle et technique ». Au Sénégal, il n’existe pas, à notre connaissance, de Ministre de la Formation professionnelle et technique, il existe plutôt un Ministre de la Formation professionnelle, de l'Apprentissage et de l'Artisanat.

Bref, il faut convenir que, de Serigne Mbaye THIAM à Latif COULIBALY, les communiqués des Conseils des Ministres de la nouvelle alternance n’ont pas encore atteint leur pleine dignité déontologique et langagière d’une rédaction administrative soucieuse du respect de la forme et du fond. Il est temps de revenir à l’orthodoxie en la matière !
François SARR
Dakar
sarrefrancois@gmail.com

François SARR
Vendredi 18 Janvier 2013
pressafrik




1.Posté par lepeuple le 18/01/2013 10:11
Merci Monsieur François. Puisqu'on recycle des journaliste de rang B à la haute hiérarchie, il ne serait point aisé de faire du bon travail.

2.Posté par tarass le 18/01/2013 10:31
c'est trop faclie de s'erriger en correcteur dafa yomb lol

3.Posté par balioo le 18/01/2013 10:32
En fait LATIF COULIBALY a le niveau requis pour un tel exercice.

Mais malheureusement il s'est PROSTITUE INTELLECTUELLEMENT.

De ce, il a perdu son latin et avec lui, sa dignité tout court.

Il est trop admiratifs des parois et parures murales du palais. Il n'arrive pas à se concentrer pour dire vrai et bien.

Il est plus facile de mentir que de défendre la vérité.

4.Posté par SALIOU DIENG Tamba le 18/01/2013 10:35
Mr Sarr vous avez parfaitement raison et comme vous savez:L'Amateurisme tue, surtout quand il sagit d'amateurisme d'ETAT. Il n'ya pas des hommes d'Etat dans ce Gouvernement,pas d'agents d'Administration formés.Méme Mr le président Macky Sall n'est pas un homme d'Etat et connaitre l'Etat c'est pas parcequ'on a été ministre,premier ministre et président de l'Assemblée et tout ça en moins de huit ans pour connaitre l'Etat et Institutions. Aucun membre du Gouvernement n'est formé à la bonne école. Prenez quelcun comme DJIBO KA le SG de L'URD,formé à L'ENAM,dernier directeur de cabinet du président Léopold Sédar Senghor un agrégé en grammaire,ministre de l'information et des télécom,ministre du plan et de la coopération,ministre de l'Education,ministre des Affaires Etrangéres,Ministre D'Etat ministre de L'Intérieur,ministre d'Etat ministre de l'Economie Marime,Ministre d'Etat ministre de l'environnement aujourd'hui Député avec tous ces expériences devait étre aux cotés du président Macky Sall pour l'aider à travailler dans les régles de l'art.Si c'est la Patrie avant le Parti est en marche.Djibo est un grand serviteur de l'Etat et il a géré des départements de souveraineté et techniques depuis plus des décenies et il a les MAINS BLANCHES,c'est un homme de vertu.C'est le cas de Ousmane Tanor Dieng aussi qui est bien formé et qui connait bien l'Etat.

5.Posté par Arame Fal le 18/01/2013 10:58
Attention ! on dit bien "instruire quelqu'un de quelque chose"

6.Posté par usa le 18/01/2013 11:00
Aller regarder son premier communique, vous vous rendrez compte du niveau tres bas du texte, presque sur le style d'un article de presse qu'un redacteur en chef serieux n'aurai jamais publie.
Le Mec est simplement mediocre et se cache derriere l'arrogance.

7.Posté par baye ngagne le 18/01/2013 11:00
En fait le blem n'est pas d'etre intellectuellement assis Ce que l'on ne conteste pas a Latif Mais c'est qu Latif n'a jamais fait la haute administration ni en pratique ni en theorie ( il n'est pas enarque) Et cela est fondamental pour connaitre ce qu'un petit mot mal placé peut creer comme inciden protocolaire ou lourdeur syntaxique Ca c'est la rédaction administrative qui s'apprend et s'acquiert.
il faut des énarques au Secretariat du Gouvenement et de la Présidence et que la rédaction du Communiqué du Conseil des Ministres leur revienne en lieu et place de ces journalistes et autres venant du privé

8.Posté par Latif a tjrs été nul le 18/01/2013 11:10
Mais Latif mossoul kham dara ! Je me demande comment les Sénégalais se sont laissés berner par ce type. Latif n'a jamais eu une belle plume. Beaucoup de jeunes journalistes d'aujourd'hui écrivent mieux que lui. Il a fondé un mythe sur sa personne en faisant des pseudos-révélations sur le régime de Wade. Comme sénégalais louko yéém dafa yomb, ça a marché sur lui. Bala may dé les gens lui collent l'étiquette pompeuse de journaliste d'investigation ! Mon cul ouais ! Journaliste caisse de résonance devrait-on dire plutôt. Quand on fait de l'investigation, on va sur le terrain, avec un bagage suffisant, on éclaire, on cherche, on trouve, on compare. wayé tokk sa bureau, dém séti un aigri dans un service, mou diokh la ay documents nga nieuw copier coller nane investigation !
Les belles plumes de la presse, ce sont les Aliou Ndiaye, Henriette Niang Kandé, Ibou Fall, Pape Samba Diarra...

9.Posté par Latif a tjrs été nul le 18/01/2013 11:10
Mais Latif mossoul kham dara ! Je me demande comment les Sénégalais se sont laissés berner par ce type. Latif n'a jamais eu une belle plume. Beaucoup de jeunes journalistes d'aujourd'hui écrivent mieux que lui. Il a fondé un mythe sur sa personne en faisant des pseudos-révélations sur le régime de Wade. Comme sénégalais louko yéém dafa yomb, ça a marché sur lui. Bala may dé les gens lui collent l'étiquette pompeuse de journaliste d'investigation ! Mon cul ouais ! Journaliste caisse de résonance devrait-on dire plutôt. Quand on fait de l'investigation, on va sur le terrain, avec un bagage suffisant, on éclaire, on cherche, on trouve, on compare. wayé tokk sa bureau, dém séti un aigri dans un service, mou diokh la ay documents nga nieuw copier coller nane investigation !
Les belles plumes de la presse, ce sont les Aliou Ndiaye, Henriette Niang Kandé, Ibou Fall, Pape Samba Diarra...

10.Posté par Sangoné le 18/01/2013 11:20
En réalité, les communiqués sont rédigés par les Secrétaires généraux du Gouvernement et de la Présidence, d'où la nécessité de mettre l'homme qu'il faut à la place qu'il faut. Mettons y des Énarques et les vaches seront bien gardées.

11.Posté par SY Savandé le 18/01/2013 12:00
Sangoné les énarques sont aujourd’hui obsolètes; partout dans le monde c'est le management de la qualité qui est mis en avant, les énarques ont fait leur temps et aujourd'hui, ils sont des administrateurs de classe dépassée.

12.Posté par Apr le 18/01/2013 12:51
Il faut lire le communiqué du Conseil des Ministres pour mesurer la baisse généralisée du niveau de la nouvelle élite sénégalaise. Avec Thiam on avait l'impression de lire les minutes d'un Conseil d'Administration. Avec Coulibally on dirait un article de presse. Sans style. Sans émotion. Lisez aussi les "éditos" de nos braves donneurs de leçons. Terrible! Rebâtir l'Ecole et l'Université est une urgence.

13.Posté par profete le 18/01/2013 13:21
Ce que j'ai retenu du navet de Mr Sarr, c'est qu'il écrit Molière ave "M" capital et "dieu" LE TOUT-PUISSANT avec "d" miniscule. 100 commentaires !

14.Posté par fgfhfhf le 18/01/2013 13:48
Il faut lire les livres de Latif COULIBALI POUR COMPRENDRE QUE LA PAROLE GOUVERNEMENTALE EST DECIDEMENT MAL BARREE PUISQUE MAL PORTEE. DANS UNE TRIBUNE DANS LE POPULAIRE CE MONSIEUR A ECRIT QU'IL FALLAIT INCRIMINER LES DETOURNEMENTS DE DERNIERS PUBLICS. NDEYSANE NOTRE MINISTRE DE PORTE PAROLE VOULAIT SIMPLEMENT ECRIRE CRIMINALISER...mais enfin...s'il y'a des télés poubelles ou des radios ou encore des journaux poubelles c'est qu'il y'a des rédactions poubelles et des journalistes poubelles !!!! N'est ce pas Monsieur le ministre de la culture.

15.Posté par baye ngagne le 18/01/2013 15:02
Sy sawandé c'est toi qui es périmé les énarques constituent la créme de ce pays en matière d'Administration. Que cela plaise ou non
Avec Wade au moins on n'avait pas ces torchons de communiqué parcequ'il avait des enarque au SGP et au SGG

16.Posté par Tapha le 18/01/2013 16:22
Quand on instruit quelquun cela signifie qu'on l'informe. Donc dans les communiqués c'est l'emploi qui n'est pas approprié.
Il ne faut pas que certains profitent de l'occasion pour nous parler de retour de certains opportuniste comme Djibo Ka. La rédaction d communiqué du conseil des ministres n'a rien à avec le fait de connaître l'état ou non. C'est un simple de français. Les bases du français ça s'apprend au primaire et au lycée, pas a l'Enam ou à la Fac.

17.Posté par bnd le 19/01/2013 00:14
Mr SARR . Critiques objectives mais je ne suis pas d'accord sur un point , il n'a nullement été marqué " Ministre de la Formation professionnelle et technique " dans le communiqué des Ministres. Merci de relire le communiqué il a été clairement spécifié '' Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat " ...il ya cependant une faute de frappe ( Arisanat au lieu de Artisanat)

18.Posté par Baye ngagne le 20/01/2013 12:27
Tapha. Instruire en matière de rédaction administrative c'est donner des ordres à un subordonné pour l'amener à agir dans tel ou tel sens et non informer. Par exemple " le ministre à instruit le Directeur général ....."



Dans la même rubrique :
Fidel Castro est mort

Fidel Castro est mort - 26/11/2016