Réaction à la sortie d’Abdoul M'baye contre le régime : « On ne demande pas à un amateur du désastre ce qu’il préconise » Lass Badiane (Mouvement "Dieum kanam")


Réaction à la sortie d’Abdoul M'baye contre le régime : « On ne demande pas à un amateur du désastre ce qu’il préconise » Lass Badiane (Mouvement "Dieum kanam")
Lass Badiane, le président du mouvement Dieum Kanam a réagi suite aux multiples sorties de l’ancien Premier ministre Abdoul M'baye contre le régime et qu’il considère comme une sorte de traîtrise. Selon lui, Abdoul M'baye devrait se faire tout petit.
« Voilà un homme aigri, mécontent, pas reconnaissant, qui a été élevé à la station primatoriale par le président Macky SALL qui l’a fait connaitre aux yeux de beaucoup de sénégalais lambda. Ce spécialiste des finances  a nourri pour le président et son gouvernement, un amour sincère mais précaire, furtif mais jouissif, drôle mais cruel. Sans le savoir, depuis sa chute de la primature, Monsieur MBAYE  a développé des défauts mignons et des gros caprices qui caractérisent les « enfants gâtés ». Expert dans l’art de se faire aimer de la presse dakaroise par des sorties sans courage. Croyez-vous que ses centres d’intérêt soient le bien-être des sénégalais. Oh que non ! C’est, à la limite, infériorisant de solliciter ce banquier pour une bonne stratégie de développement des affaires au Sénégal. On ne demande pas à un amateur du désastre ce qu’il préconise, on s’en tient à sa capacité d’indignation ».
Revenant sur les déclarations de ce dernier lorsqu’il était à la station primatoriale, il ajoute contre ce dernier toujours : « quand on a tenu de tels propos, il est difficile d’en dire mieux. Entre vous et le président de la République, non pas simplement une question de hiérarchie, vous savez ce que vous lui devez, c'est une question de loyauté personnelle et politique. Après plus d’un an à la tête du gouvernement « le messie » était incapable, de traduire la vision du président et de manager une équipe de 25 ministres en étant à couteaux tirés avec son ministre Malick GAKOU qui a fini par quitter son gouvernement. J’avais dit à l’époque que c’était la première bourde politique du président. Une motion de censure a été déposée pour son soi-disant implication dans les finances  louches de Habré et que moins d’une semaine j’entends le digne opérateur économique Elhadj Bocar Samba DIEYE dire qu’il n’était pas au courant de la vente d’une banque que Monsieur MBAYE dirigeait alors qu’il en possédait  13.000 actions ».
Durant votre  nomination à la primature, ajoute t-il « vous  n’avez pas réussi à laisser votre marque. Qu’est-ce qui va alors empêcher que vous plongiez dans la masse des oubliés ? Vous engager en politique contre votre bienfaiteur.
Plus l’homme accède à un niveau de bien-être, plus il y a possibilité de bonheur pour lui, plus il y a sécurité, d’assurance, et en même temps plus on constate la croissance des insatisfactions. Or, plus l’homme attache d’importance vitale, décisive à la possession de ces biens, plus l’insatisfaction devient centrale ».
Plus on avance, on se rend compte que le dandy MBAYE n’a pas compris, finira-t-il par dire, «ou, en tout cas, beaucoup à apprendre parce que le Sénégal révèle sa complexité. Bienvenue dans la jungle, tout en ayant connaissance que « votre poids plume » (parti politique) ne pèserait sur la balance. »
 
Mercredi 11 Mai 2016
Dakar actu




Dans la même rubrique :