Rapport Centif 2013 : Les femmes championnes de l’escroquerie via internet

Détrompez-vous si vous pensez que seuls les hommes font de l’escroquerie via Internet. Dans son dernier rapport, la Centif révèle la présence inquiétante des femmes dans ce domaine. Leur terrain de prédilection ? Les réseaux sociaux.


Rapport Centif 2013 : Les femmes championnes de l’escroquerie via internet
«Escroquerie aux sentiments». C’est le terme donné par la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) à cette forme d’escroquerie qui permet à des femmes de se faire envoyer de fortes sommes d’argent en feignant des sentiments amoureux envers la victime. Dans son rapport 2013, la Centif explique comment des hommes tombent dans le piège.
 
«Des images très fortes de l’attirail féminin peuvent ainsi être postées pour ferrer des hommes», indique le rapport avant d’ajouter que ces femmes peuvent agir seules ou souvent avec la complicité  de leur époux. L’objectif recherché est d’obtenir de l’homme des envois de fortes sommes d’argent en échange d'une promesse de relation durable et stable. «Elle met en scène un homme à qui une femme fait croire via les réseaux sociaux et photos à l’appui à un amour pouvant aboutir à une union», précise le document. La Centif indique avoir traité trois dossiers de ce genre. Ils ont tous été transmis au procureur de la République.
 
Ces étrangers qui volent des cartes d'identité sénégalaises

 
Quand ce n’est pas les femmes qui s’adonnent à l’escroquerie en terre sénégalaise, c’est les étrangers. D’autres cas de raudes via Internet ont été mis en exergue par le rapport de la Centif. Il s’agit d’étrangers qui volent des cartes d’identité à des Sénégalais ou usurpent leurs fonctions pour faire des opérations de fraudes à l’international à partir du sol sénégalais. «La commission d’une telle infraction en territoire sénégalais pourrait ternir l’image de marque de notre pays dans la mesure où les auteurs passent souvent pour des compatriotes et les victimes sont dans la plupart des cas, des non nationaux vivant à l’étranger», regrette le rapport. La Centif indique avoir traité cinq cas ayant rapport à ce «modus operandi».
 
Le maire et les terrains fictifs
 
C’est à croire que l’escroquerie ne connaît pas de sexe, pas de nationalité mais non plus pas de statut professionnel. La Centif dit avoir mis fin aux agissements d’un maire d’une localité qui a été dénoncé par sa banque. En effet, cette dernière a remarqué que le maire recevait dans son compte des virements d’importantes sommes d’argent, alors qu’on ne lui connaissait pas d’autres activités.
 
L’enquête de la Centif a permis de découvrir que le maire faisait de promesses de ventes de terrains qui en réalité, n’existaient pas. Il se faisait ainsi envoyer de l’argent par des Sénégalais établis à l’extérieur moyennant des documents falsifiés d’actes de vente. Un cas de blanchiment de fonds qui n’a pas fait long feu, mais qui a permis au maire d’empocher plus d’une fois des chèques de 100 millions de francs Cfa.

Le Populaire
Vendredi 5 Septembre 2014
Dakaractu




Dans la même rubrique :