Raisons de son départ de Benno : You dénonce la division entre autres


Raisons de son départ de Benno : You dénonce la division entre autres
DAKARACTU.COM On en sait un peu plus sur la sortie de You annonçant son départ prochain de de la Coalition Benno Book Yakaar. « C’est une coalition dans laquelle, les alliés sont divisés, car tirant chacun vers son côté. Alors qu’on devrait faire bloc derrière le chef de l’Etat », a expliqué Youssou Ndour. Selon le leader du « super étoile » de Dakar, le but de cette coalition était de s’unir pour faire élire l’actuel Président de la République, mais les choses ont changé. « C’était cela, en réalité le but de cette grande formation. Mais  vu sa nouvelle configuration, je déclare pour bientôt la fin de mon compagnonnage avec la coalition Benno Bokk Yaakaar
Vendredi 15 Novembre 2013
Dakaractu




1.Posté par semou le 15/11/2013 21:41
Et après... tu ne représentais rien.
Depuis que tu es Ministre ton mouvement est mort !!!!!!!!!
Au revoir et a bientôt pour la musique

2.Posté par hugo le 15/11/2013 23:42
Ouf !!!
Il faut faire vite et déguerpir.Ce milieu n'est pas le tien.
A beau séjourner dans l'eau, un morceau de Bois ne deviendra jamais un Caïman.
Et surtout n'abuse pas trop de ton titre de Mr Le Ministre que tu auras usurpé par frénétisme et pour complexe.
Le Peuple te donne Rendez-vous en 2017......si ta probable candidature à la présidentielle passe la cour constitutionnelle.

3.Posté par serigne mansour gueye le 16/11/2013 07:42
Si je comprend bien you marche sur la logique d macky divise benno et mettre en pass leur coallistion des mouvement

4.Posté par LEBONSENS le 16/11/2013 09:08
Yes, tu as raison You, tu es un MAKER , un faiseur de concret, créateur d'entreprise et d' EMPLOIS, pas un beau parleur allignateur de belles phrases bien étayées qui pensent jour et nuit comment s'enrichir sur le dos de l'état. Pour etre riche au Sénégal sans rien investir ni créer 1 emploi : Deviens POLITICIEN ! Ces gens là coutent cher à notre petit pays PAUVRE et ne nous ont rien apporté depuis 50 ans. YOU, garde ton potenciel et ta notorièté pour te présenter en 2017, je suis sûr que tu ne feras pas pire que ces pseudo intello pic-sous.

5.Posté par abo le 16/11/2013 09:45
Arrête de faire le malin. tu n'a aucun poids politique. tu prépare un coup c'est tout

6.Posté par justicier le 16/11/2013 12:30
Dommage que notre You national écoute les flagorneurs comme Aliou Ndiaye qui a goutté a la politique et qui veut coute que coute son marocain!....Pourtant il est si bien comme communicateur mon petit Sérère Aliou !!!!!!... C'est l'histoire du beau papillon et de la flamme! Attention Aliou de te brûler les ailes et d'entrainer dans ta chute le grand You! Vous ne méritez pas ça!!!!....Ahhhh la politique!!!

7.Posté par man le 16/11/2013 13:41
mpressionnante video sur le racisme en Russie sur senego.com

8.Posté par VERITE le 16/11/2013 14:04
Pas mal du tout et bien pensé.
Un adage a l'habitude de dire qu'il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.
Le panier Benno Bok Yakaar commençait à ne plus faire recette. L'impopularité croissante du régime risquait de tout balayer sur son passage, y compris l'estime des sénégalais vis à vis de Youssou N'Dour.
En politicien avisé, et conseillé par des collaborateurs qui ont vu juste, Youssou, d'un commun accord avec le Président a décidé de quitté de le navire Benno, pour apporter un soutien appuyé au Président, mais cette fois ci à l'extérieur.
En fédérant tous les mécontents du régime, et en demandant, le moment venu, à ses sympathisants de voter pour Macky en 2017. En retour, Youssou a reçu des gages par rapport à ses ambitions politiques.
L'opposition de Youssou est donc factice, l'affaiblissement supposé de Macky par ce départ, relatif.
Si la stratégie fonctionne comme prévu, Macky va rempiler en 2017. Enfin, c'est ce qu'il croit!
Car en politique, tout ne se résume pas à des calculs.
Et si ce pouvoir travaillait pour une fois au lieu de faire de la politique politicienne?

9.Posté par Kor Siga le 16/11/2013 16:54
Félicitation aux agents de Excaf= RDV-RADIO DUNYA qui viennent de s'affilier au SYMPICS.Mieux vaut tard que jamais

10.Posté par VERITE le 16/11/2013 18:25

Le commando de l’APR : Par Momar Seyni Ndiaye de Seneplus


Samedi 16 Novembre 2013 - 16:27


Mimi Touré veut ‘’injecter’’ dans les médias 300 cadres apéristes formés à la communication, pour défendre son programme gouvernemental.

Le commando de l’APR : Par Momar Seyni Ndiaye de Seneplus

Il ne suffit pas d’être doté d’un sens aigué de l’observation, pour constater, sentir ou même subir l’addiction du Premier ministre à la Communication. Sa présence médiatique est permanente. La moindre occasion qui s’offre à elle fait l’objet d’un traitement médiatique soutenu. Sa facilité à accorder des interviewes, parler promptement, pour réagir, annoncer, mettre au point tranche nettement avec le mutisme habituel des ministres ou Premiers ministres, qui évitent de porter de l’ombre au primus inter pares, le Président.

On a vu le Premier ministre à grand renfort médiatique, en lieu et place du ministre du Budget, brandir devant un parterre de journalistes des chèques récupérés des biens supposés mal acquis. Une substitution grave et administrativement peu orthodoxe.

Dans la crise de l’eau du mois de septembre dernier, elle a tancé vertement le DG de la Sde et sommé énergétiquement le DG de la Sones de trouver une solution à la rupture du service de l’eau. A grand renfort de presse, elle s’était rendue à Keur Momar Sarr à la station de pompage et de traitement pour lancer des fatwas en direction des deux sœurs siamoises du secteur de d’eau.

Peu avant, lors des fortes pluies du mois de juillet, elle avait précédé le Président dans les zones sinistrées, avec dans ses valises un bataillon de journalistes séduits par sa pro-activité. Il y a quelques jours, vêtue d’un simple Wax, chaussée de sandales, elle s’est faite l’invitée-surprise du marché aux poissons, serrant les mains des vendeuses et autres écailleuses interloquées.

Fait inédit lors de la Déclaration de politique générale, elle avait prévu de tenir une conférence de presse spécifiquement avec les journalistes pour compléter les questions des députés. La longueur de la séquence sans doute, près de 10 heures de discussions avec les élus, n’avait permis de rencontrer les journalistes. On l’a vue également stopper net, par voie de presse, le débat sur le numéro 2 de l’Apr avec l’éviction d’Alioune Badara Cissé, en recentrant tout sur l’unique constante du Parti, le Président.

Action, agitation et communication

C’est sans doute cette attirance presque pathologique pour la presse qui l’a poussée la semaine dernière à proposer une idée dont l’ingéniosité est sujette à caution : elle veut tout simplement ‘’injecter’’ dans les médias 300 cadres apéristes formés à la communication, pour défendre son programme gouvernemental.

Cette nuée de propagandistes (comment l’appeler autrement ?), preux guerriers de l’Apr, auraient pour missions de présenter sous leur meilleur jour les réalisations du gouvernement et lisser l’image rugueuse du président de la République en perspective des présidentielles de 2017. Curieuse stratégie de communication politique ou gouvernementale !

C’est une démarche légitime et compréhensible. La performance médiatique des apéristes est tellement faible qu’elle a de quoi susciter de l’inquiétude de sa part. Mais l’idée paraît tellement saugrenue qu’elle peut faire sourire. C’est vrai que communiquer c’est faire savoir et prévaloir son savoir-faire. Encore faudrait-il que ce savoir existe et est reconnu. Car communiquer c’est montrer qu’on existe et qu’on a un savoir-faire.

Il y a trois choses que le chef du gouvernement confond : l’action, l’agitation et la communication. Quand l’action existe, impacte, répond aux attentes et trouve des solutions, elle saute aux yeux et se passe de commentaires. Là en effet, une bonne communication peut permettre de la faire savoir. L’agitation est, elle, porteuse de bruit médiatique, mais elle est contre-productive, et court-termiste.

Non Madame, les médias ne sont pas des caisses de résonances !

Le Premier ministre devrait se soucier d’abord de l’effectivité et du caractère impactant de ses mesures, avant de songer à imaginer comment les vulgariser par des communicateurs qui ne seront perçus que comme des thuriféraires.

Elle surestime certainement l’effet que les médias peuvent avoir sur les changements d’opinion. Elle mésestime aussi la réactivité de ses adversaires plus aguerris que les jeunots de l’Apr dans les débats contradictoires. Le Premier ministre méprise certainement les médias qu’elle prend pour de simples instruments de propagandes prêts à tout ingurgiter. Mais, elle devrait surtout comprendre que le meilleur défenseur d’une idée n’est pas celui qui la porte, mais ceux à qui elle est destinée.

Non Madame, les médias ne sont ni l’Ecole du Parti de l’Apr ni ses caisses de résonances ! Encore moins un champ d’expérimentation de leurs capacités à communiquer. Le Soleil et la Rts y sacrifient largement avec le résultat qu’on sait.

Un reportage professionnel sur l’action gouvernementale, une enquête sérieuse sur les actions gouvernementales, éditorial valorisant sera toujours plus crédibles que les incantations et la langue de bois des communicateurs de Mme le Premier ministre. Et puis, ces commentateurs attitrés et ès qualité ne devraient-ils pas commencer à apprendre à connaître le programme de leur parti et maîtriser le sens et la portée des actions gouvernementales ?

On n’a pas franchement le sentiment qu’ils sont aussi férus en la matière quand on les entend dans les médias. Le préalable se situe là précisément. Apprendre à parler c’est bien, apprendre à savoir, savoir faire, savoir être, c’est encore mieux.


seneplus.com

La rédaction



Dans la même rubrique :