RÉVÉLATIONS SUR L’ARRESTATION DE MODOU FALL : Jammeh a usé faux pour couvrir Modou Fall alias Boy Djinné

La Gambie a fait preuve de banditisme en aidant Modou Fall à quitter son territoire national avec de faux papiers. Transféré à la Division des investigations criminelles (Dic) après son arrestation à Kalifourou, Boy Djinné qui réclame un procès sans délai risque au moins douze inculpations pour divers délits auxquels sont venus se greffer celui de faux et d’usage de faux sur un document officiel.


RÉVÉLATIONS SUR L’ARRESTATION DE MODOU FALL : Jammeh a usé faux pour couvrir Modou Fall alias Boy Djinné
Libération est en mesure de révéler que la Gambien a usé de faux et usage de faux pour couvrir Modou Fall alias Boy Djinné qui a été intercepté par la police des frontières à Kalifourou en même temps que son épouse Djabou Thiam et un mécanicien venu lui réparer les pneus de sa BMW X6 alors qu’il revenait de la Guinée Conakry.
Le premier acte de banditisme posé par les autorités gambiennes a été de laisser Modou Fall quitter leur territoire national alors qu’il était visé par un mandat d’arrêt international émis par Interpol à la demande du Sénégal. Mais ce fait n’est pas trop inquiétant si on sait que pour narguer le Sénégal, les autorités gambiennes l’ont laissé libre de tout mouvement après son arrestation dans une boîte de nuit de la capitale gambienne.
Pour dire qu’il y a pire. Selon les informations de Libération, les autorités gambiennes ont confectionné un faux passeport pour Boy Djinné en se permettant même de lui fabriquer une nouvelle identité. Les mêmes sources renseignent que la police sénégalaise a mis la main sur le document qu'il avait brandit lorsqu'il a été contrôlé. 
A vrai dire, la police sénégalaise le pistait depuis lundi, veille de son arrestation. Il avait joint au téléphone un de ses amis mécanicien établi à Kaolack pour lui demander de venir réparer les pneus de sa X6 de couleur noire immatriculée en Gambie.
L’appel a été «borné» par les enquêteurs sénégalais qui ont signalé la voiture au niveau des frontières terrestres. Le reste était un jeu d’enfant... Intercepté et acheminé à Tambacounda en même temps que son épouse et son mécano, Modou Fall ne s’est pas gêné pour défier les plus hautes autorités : «Dîtes à Macky Sall et à Sidiki Kaba que je veux être jugé. Je ne peux pas rester en prison sans jugement et attendre les juges d’instruction. Je ne vais pas rester en prison. Qu’on me tue et si on me tue, l’histoire retiendra que le Sénégal a tué un de ses fils», a-t-il lancé alors qu’il était escorté par des agents du Groupement mobile d’intervention (GMI).
N’empêche depuis mardi, Boy Djinné est entre les mains de la Division des investigations criminelles (Dic) qui l’a acheminé à Dakar dans la plus grande discrétion.
Les enquêteurs ont un double objectif : faire la lumière sur ses évasions de la prison de Rebeuss et de Diourbel mais aussi dénicher tous ses complices présumés logés surtout dans l’administration pénitentiaire. Deux d’entre eux ont déjà été identifiés à Diourbel. Aujourd’hui, Modou Fall qui réclame un jugement sans délai est sous le coup de douze inculpations.

Il risque au moins 12 inculpations

En effet, le tribunal de Diourbel a décerné un mandat d’arrêt contre le Michaël Scotfield sénégalais après l’avoir jugé, en son absence, pour sa deuxième évasion de la prison de Diourbel intervenue courant 2009. Il est aussi sous le coup d’un mandat d’arrêt délivré par le doyen des juges de Diourbel. Deux cabinets d’instruction de Dakar ont également émis des mandats d’arrêt contre lui, en plus d’un autre délivré par le tribunal hors classe de la même localité. La Cour d’appel de Thiès «recherche» celui qui est aussi visé pour évasions à Rebeuss et à Diourbel en plus de vols commis à Mbacké, Dakar et Thiès pendant qu’il était encore fugitif. Enfin, il faut ajouter à ce chapelet de délits celui de faux et usage de faux.
Jeudi 7 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :