RÉUNIFICATION DE LA FAMILLE APÉRISTE DE TOUBA - Serigne Gallas Kaltom s'y essaie, mais…


Serigne Fallou Mbacké Gallass Kaltom a tenté ce dimanche le coup du maître en réunissant une grande partie de la famille Apériste de Mbacké pour une réconciliation post-défaite. La rencontre qui s’est tenue dans la grande concession de Serigne Fallou Mbacké à Mbacké a réuni une grande partie des responsables du département. Le député et chef religieux a appelé au calme et à la réunification des cœurs. « Il y a une semaine se tenait  dans ce pays un référendum. Nous avions, pour ce qui nous concerne nous de Touba et de Mbacké, enregistré une défaite. C’est pourquoi nous avons le devoir de travailler de sorte à éviter que de tels revers ne se reproduisent. J’ai juste voulu inviter à la remobilisation des troupes. C’est une bataille qui a été perdue. Il nous reste la guerre. Je ne cherche pas à savoir qui est responsable et qui ne l’est pas. J’ai bon espoir que l’initiative aboutira. Je cesserai de fermer les yeux à partir de ce jour. Je collaborerai avec tout le monde pour cette remobilisation. » Serigne Fallou Mbacké refusera mordicus de regarder dans le rétroviseur. « Le passé appartient au passé. Nous travaillons pour l’avenir... »
 
Sa tentative de réconciliation a malheureusement buté sur une première résistance. C’est celle de Serigne Modou Mbacké Bara Dolly. Pour le Président du Mouvement « Taxawu Macky à Touba » et coordinateur du « Rassemblement des Chefs religieux du Sénégal derrière Macky », Serigne Gallass Kaltom n’a associé à cette rencontre que ceux qui accepteront de le suivre dans sa tentative d’usurpation du poste de coordinateur. « Sa démarche est faite de lobbying. Cela fait 4 ans qu’il ne s’est plus investi politiquement. Il n’a même pas tenté de résoudre les dissensions qu’il y a eu entre Moustapha Cissé Lô et la famille de Serigne Fallou à laquelle il appartient. Il ne peut pas se prévaloir de son appartenance à la famille de Serigne Touba pour revendiquer une certaine posture politique d’emblée. Mieux, lui-même avait dit qu’il n’était pas un homme politique. Ce département ne peut pas avoir de coordinateur, mais a plutôt besoin d'un collège capable de trouver solution aux problèmes qui nous font perdre les élections! » Autant dire que les divergences ont cessé dans leur forme première, pour redémarrer sous une forme plus destructrice... 
 
 
 
Lundi 28 Mars 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :