RETOUR SUR UN "JEUDI NOIR" À DAROU MOUKHTY - Officines fermées par des gendarmes... Médicaments emportés... Le Khalife s'en mêle.




Darou Moukhty a passé un jeudi 7 juillet pas comme les autres. Deux escadrons de gendarmerie armés jusqu'aux dents ont effectivement effectué une descente musclée dans la cité. Objectif : fermer officines et dépôts de médicaments conformément à la loi qui interdit la vente clandestine de médicaments. L'opération a démarré aux environs de 14 heures pour se terminer à 20 heures. Soit  6 tours d'horloge que Serigne Cheikh Astou Faye Mbacké a comparé à une attaque terroriste.


Selon Abdou Khoudoss Diagne, porte-parole des vendeurs de médicaments, les gendarmes étaient au nombre de 20. Il s'agit plus exactement de deux escadrons mobilisés pour cette opération coup de poing. Toute la cité a été plongée sur le qui-vive. Des fouilles on ne peut plus corsées ont abouti à la dévalisation de plusieurs officines et du dépôt de médicaments local. Les propriétaires parlent de 60 millions de francs de médicaments emportés. 

Mis au parfum de ce qui se passait, le Khalife a vainement tenté, toujours selon Abdou Khoudoss Diagne, d'arrêter l'opération avant de souhaiter, sans succès, que la marchandise soit mise à la gendarmerie de Darou Moukhty.

Rouges de colère, commerçants et pharmaciens demandent que leurs marchandises leur soient rendues, non sans signaler que Darou est confrontée à une pénurie de médicaments.
Dimanche 9 Juillet 2017
Dakaractu




Dans la même rubrique :