RÉPONSE A DOUDOU KA DU FONGIP (par Mandiaye Ndiaye)


RÉPONSE A DOUDOU KA DU FONGIP (par Mandiaye Ndiaye)
Monsieur Doudou Ka, je n’aurais nullement besoin de revenir sur votre unique et habituelle réponse quand le Président Idrissa Seck vous interpelle à savoir le « soi-disant protocole invisible de reubeuss »
Les Sénégalais attendent autres chose qu’une attaque subjective sur Idrissa Seck, ils demandent des réponses claires par rapport à la manipulation dont ils sont victimes.
Ce simulacre de dialogue national au palais, digne d’une prestation lyrique au théâtre Daniel Sorano, a vue certains tenir des propos insidieux pour parler de la libération de Karim Wade qui n’est pas une question d’intérêt national, mais une question de manœuvre politico politicienne.
Vous comprendrez et admettrez de bonne foi que notre refus se justifie.
Ce n’est pas la libération de Karim Wade qui procède uniquement d’un deal, car le Président dispose de son droit de grâce, mais les conditions de sa libération et de son extradition vers le Qatar pose problème aux sénégalais, et au fond de vous-même, vous cherchez des réponses à ce fait inédit, même si vous n’avez pas le courage de poser le débat, sinon vous perdrez votre part du gâteau.
Vous êtes en contradiction avec vous-même, lorsque vous dites qu’Idrissa Seck est en recul, alors qu’un sentiment de panique gagne à chaque fois l’Alliance des Pourris de la République.
Parce que Idrissa ose dire la vérité, souvenez-vous lorsqu’il avait refusé de s’avancer sur les délais de réalisation des grands travaux suite à la question posée par Ousmane Tanor Dieng, car disait-il, « certes que la dotation d’infrastructures est d’une importance capitale pour  notre pays, et je ne doute pas de la faisabilité de ces projets, mais de la capacité de notre fragile économie à supporter le poids de tels investissements » 
Aujourd’hui force est de reconnaitre que ce que Idrissa Seck avait refusé, Macky Sall  l’avait accepté, Adjibou Soumaré en a fait les frais et le peuple sénégalais en souffre actuellement. Les bases de notre économie, l’agriculture est désorientée, l’industrie paralysée par les problèmes  énergétiques, le taux chômage est très élevé, l’inflation est galopante, l’éducation minée par les grèves, les inondations demeurent un problème récurrent. C’est cette demande sociale qui a fait tomber le PDS.
Monsieur Idrissa Seck n’est pas un homme politique comme Macky Sall, mais un homme véridique a l’image de Mamadou Dia
 Monsieur Idrissa Seck n’est pas un « HOMME DE L’ETAT » c’est-à-dire comme ceux qui ont vécues et continuent à vivre depuis 50 ans dans le sphère de l’état gravitant autour des Présidents Senghor, Diouf, Wade et Macky bénéficiant de tous les privilèges alors que mis à l’épreuve, ils sont incapables de présider une assemblée nationale. Mais c’est un HOMME D’ETAT, c’est à dire avec ses convictions prêt à laisser tous les avantages que lui procure la vassalité étatique pour rester du côté du Peuple, Peuple qui vit dans la misère sans espoir d’un futur radieux.
A vous entendre hennir, vous assimilez  la politique a un métier, parce que, c’est grâce à elle mais non à vos compétences que vous avez été nommé directeur d’une structure de financement des politiciens à la solde de Macky Sall, le  FONGIP qui n’est rien d’autre que le  Fonds pour les Groupements d’Intérêts Politiques de l’APR. 

     Mandiaye Ndiaye
Jeunesses Rewmmi Thiès
Dimanche 3 Juillet 2016
Dakaractu





Dans la même rubrique :