RENTRÉE SCOLAIRE AU GROUPE YAWUZ SELIM : L’impact de la menace de fermeture est réel

L’attentat en Turquie avait suscité une menace de fermeture des écoles du groupe Bosphore par l’actuel président Erdogan. L’école primaire Yavuz Sélim (Dakar) a effectué, hier, sa rentrée scolaire. Un petit tour sur les lieux pour comprendre combien l’impact de cette menace est réel, même si les responsables affichent leur optimisme.


RENTRÉE SCOLAIRE AU GROUPE YAWUZ SELIM : L’impact de la menace de fermeture est réel
L'annonce de la fermeture des écoles du groupe Bosphore par Recep Tayyip Erdogan, suite aux tentatives d’attentat en Turquie, n’a pas une répercussion positive au collège Bosphore de Dakar. L’école primaire a effectué, hier, sa rentrée pour ainsi débuter les cours le même jour.
Seulement, il y a des élèves qui se sont inscrits ailleurs. Les raisons ? «On ne saurait les expliquer, les parents sont libres d’inscrire leurs enfants là où ils veulent. Seulement, ici, nous avons démarré comme d’habitude et aucune menace n’influe sur notre emploi du temps habituel», éclaire Ndiassé Seck, professeur d’informatique.
Selon lui, il y a des parents qui lui ont affirmé ne point avoir envie d’inscrire leurs enfants et de perdre leur argent après. Mais il a pris le temps de les rassurer que cela ne se produira pas. Toutefois se désole-t-il : «Certains ont voulu croire à cette rumeur qui n’est pas du tout fondée». Et de renchérir : «Nous avons plus de 2000 écoles dans le monde, pour la seule et simple raison que le père fondateur (Fethullah Gülen, exilé aux USA) croit qu’il n’y a que l’éducation qui peut régler les maux du monde. Et Yawuz Selim est sur le chemin.»
Dans la même lancée, Ibrahima Ndiaye, enseignant à l’école, note une rentrée normale comme tous les ans. «On s’est préparé pendant toutes les vacances et les élèves ont été prévenus, pour que le démarrage se déroule normalement», dit-il. Sur l’impact de la menace de fermeture, il dira, catégorique : «Je ne suis pas bien renseigné sur ce domaine. Je ne saurais vous dire si les effectif ont baissé ou pas mais je sais qu’on a reçu la visite des autorités étatiques sénégalaises qui nous ont rassurés sur ce point. Il n’y a aucune inquiétude.»
Pour lui, les raisons peuvent ne pas être les mêmes. «Certains parents ont voulu ne pas maintenir leurs enfants. Mais une chose est sure, d’autres ont aussi choisi pour la première fois cette école et il faut respecter les décisions des uns et des autres», disserte l’enseignant.
Sur le même sujet, le Directeur Groupe scolaire Yawuz Selim Cascades Harun Ula informe que l’année dernière, rien que pour les classes de Cm2, ils avaient 96 élèves comme effectifs avec une réussite de 100%. «Pour cette classe, on est à plus de la moitié de l’effectif de l’année précédente et on garde l’optimisme d’atteindre le nombre parce que les inscriptions se poursuivent. Rien ne nous différencie des autres écoles sénégalaises. Nous enseignons le même programme. Seulement, nous avons les plus : ce qu’on appelle les compléments et le suivi de l’élève.» Quid de la menace de fermeture, il dira que les Sénégalais s’inscrivent progressivement.
Mardi 27 Septembre 2016
Dakaractu



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter



Dans la même rubrique :