REFORME DE LA DECENTRALISATION: Le premier résultat de l’Acte 3 de la décentralisation.


REFORME DE LA DECENTRALISATION: Le premier résultat de l’Acte 3 de la décentralisation.

                                                                                                                                                                 Dakar, le 21 Mai 2013
Un Peuple – Un But – Une Foi
 
MINISTERE DE L’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE  ET DES COLLECTIVITES LOCALES
 
CELLULE DE COMMUNICATION

NOTE DE PRESSE N° 03

REFORME DE LA DECENTRALISATION :
 
Le premier résultat de l’Acte 3 de la décentralisation.
 
Bientôt, une loi d’orientation pour le développement durable des territoires sera au point. Mme Arame NDOYE, ministre de l’aménagement du territoire et des collectivités locales, donne ainsi forme aux orientations du Chef de l’Etat. Cette loi vise à réduire les inégalités de développement à l’échelle nationale et à résorber les déséquilibres.
 
Ce mardi, 21 mai 2013, à l’hôtel Amaryllis, Mme le ministre de l’aménagement du territoire et des collectivités locales, Arame Ndoye, a procédé à l’ouverture des travaux axés sur le partage de la mouture de l’avant projet de loi d’orientation pour le développement durable, en présence des principaux animateurs du secteur.  
 
Les différentes politiques menées par les pouvoirs publics n’ont pas eu les effets escomptés sur l’équilibrage socioéconomique du territoire national. Face au déséquilibre noté dans l’aménagement du territoire, le Chef de l’Etat a souhaité renforcer la qualité, la pertinence et le rendement des politiques publiques en promouvant l’approche territoriale du développement. C’est pourquoi, lors du Conseil des ministres du 17 janvier 2013, le Président de la république avait clairement indiqué son objectif «d’asseoir, à l’horizon 2022, une véritable politique de développement et de mise en valeur des territoires ». Cela passe par l’adoption d’une loi qui doit permettre de réguler le jeu des acteurs, en clarifiant leur rôle et responsabilité, ce notamment à travers une définition de la territorialisation du développement. C’est cette instruction donnée par le Chef de l’Etat à Mme le Ministre de l’Aménagement du territoire et des collectivités locales, qui vient d’être mise en œuvre.
 
Mme Arame Ndoye a pris les bonnes dispositions en instituant, au sein de son cabinet, par la circulaire n°331 du 31 janvier 2013, un groupe de travail, présidé par le Directeur des Stratégies de développement territorial, chargé de l’élaboration de l’avant projet de loi d’orientation du développement durable des territoires.
 
Trois (03) mois seulement après les orientations du chef de l’Etat, les services du ministère de l’aménagement du territoire et des collectivités locales se sont employés à réaliser le premier résultat de l’acte 3 de la décentralisation, à savoir, l’avant projet de loi d’orientation pour le développement durable. Par cet acte, le gouvernement envisage d’impulser une dynamique territoriale de développement visant à révéler des ressources non encore exploitées. Dans cette dynamique, l’avant projet de loi s’avère pertinent et constitue une innovation majeure dans ce contexte d’élaboration de l’Acte 3 de la décentralisation.
 
Au cours de cet atelier, Mme le ministre n’a pas manqué de souligner que ce livrable  « permet d’activer et de valoriser toutes les potentialités de chaque territoire, selon une démarche inclusive, qui intègre l’ensemble des catégories d’acteurs, articule les différents niveaux territoriaux, et réconcilie les politiques sectorielles aux dynamiques territoriales réelles ». Toujours dans ses propos, Mme Arame Ndoye insiste sur les enjeux de cette loi d’orientation pour le développement durable des territoires. Cette Loi redéfinit et valorise davantage le rôle de l’ensemble des catégories d’acteurs, en particulier des collectivités locales dans le développement économique et social de la nation, mentionne t-elle dans son message aux participants.
 
Ce constat est largement partagé par le Président du Congad, M. Amacodou Diouf, qui souligne que ces travaux constituent un « moment extrêmement important au regard de toutes les initiatives prises à travers l’acte 3 de la décentralisation ». Suffisant pour que l’engagement du Congad aux côtés du Ministère de l’aménagement du territoire et des collectivités locales soit total. Un engagement qui se mesure, selon le président du Congad, «les changements qui seront induits par l’option de territorialisation des politiques publiques qui opère une rupture majeure dans l’approche de la décentralisation».
 
Avec la validation de cet avant projet de loi, «les préalables à la mise en place de l’Acte 3 de la décentralisation viennent d’être posés » soutient le Président de l’Union des élus locaux Alé Lô. Il poursuit, « nous pouvons compter sur nos propres forces, nous avons les moyens de nos ambitions et nous nous engageons à accompagner l’Etat à aller de l’avant dans notre Politique de décentralisation».
 
Rappelons que plusieurs segments socio professionnels ont pris part aux travaux qui durent deux jours. Occasion saisie par les différents acteurs pour enrichir aussi bien dans le fond que dans les formes les projet de loi qui leur est proposé.
 
 
NOTE DE BACKGROUND
La loi d’orientation pour le développement durable des territoires  devrait permettre surtout : 
  • d’encadrer  le jeu des acteurs, cela permettra de  clarifier les rôles  et responsabilités  de ceux-ci  à travers une conception claire de la territorialisation du développement, ses principes, ses objectifs, ses axes stratégiques majeurs, ses spécificités, son mode ou modèle de gouvernance et les mesures d’accompagnement de son appropriation et de sa mise en œuvre.
  • de fédérer les acteurs locaux autour d’un projet à long terme reconnu par tous les partenaires institutionnels (différents ordres de collectivités, Etat), intégrant les différentes dimensions de l’avenir du territoire : dimension économique, sociale, culturelle et environnementale ;
  • de coordonner les initiatives dans un cadre de référence, socle d’une cohérence aux multiples initiatives publiques, privées et associatives qui concourent au quotidien, à l’animation de ces espaces.
 
Le Ministère de l’Aménagement du territoire et des collectivités locales vous donne l’opportunité d’informer vos lecteurs, auditeurs et téléspectateurs de cette activité de haute portée nationale.
 
 
Pour de plus amples informations,
 
Contactez la Cellule de communication de l’Acte 3 de la décentralisation, Tel: 33 869 47 00
 
 
 
Dakaractu2




Vendredi 24 Mai 2013
Notez


1.Posté par jungxoob le 24/05/2013 09:12
je n'ai pas lu le contenu de l"avant projet de l"acte 3 de la décentralisation mais le quartier et le village devraient y jouer un role au plan démocratique et économique

1- le délégué de quartier doit être supprimé et remplacé par le président du Conseil de Quartier élu démocratique par les populations du quartier, pour un mandat de 04 ans renouvelable une fois.

le président du conseil doit avoir des domaines de compétences clairement définies par la loi.
le quartier doit être doté d'un budget dit de" développement et de fonctionnement".

Cette même approche peut être appliquée au niveau du village quoi que plus complexe.

Il s'agit à termes, de bannir dans notre architecture administrative, des délégués de quartier et de chefs de vvillage élus et/ou nommés à vie....



Dans la même rubrique :
Samuel Sarr libéré

Samuel Sarr libéré - 01/10/2014