RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES : La CDC appuie à hauteur de 13 300 000 FCFA pour le MEDS et les Cauris d'or


Durant la période sous revue, la CDC a exécuté des dépenses à caractère de libéralités sous forme de dons, subventions, appuis ou sponsoring. Ces dépenses, en dons et divers
appuis à des associations, sont passées de 43 354 959 FCFA en 2012 à 96 413 900 FCFA en 2013, soit une hausse de plus de 100%, et 52 697 800 FCFA au 14 octobre 2014.
Celles dites « subventions » ou sponsoring connaissent la même tendance avec un montant total de 48 661 150 FCFA en 2013 et 48 303 000 le 4 septembre 2014. Elles ne sont exécutées que sur la base des demandes instruites par le chargé de la communication et n’obéissent à aucun critère fixé par la Commission de Surveillance.
Cette absence d’encadrement fixé par la Commission de Surveillance laisse libre cours
au pouvoir discrétionnaire du Directeur général.
Il s’y ajoute que l’allocation de ressources assez conséquentes à des personnes physiques, des associations ou même des structures étatiques n’est pas conforme aux objectifs assignés à la CDC.

Les cas les plus illustratifs sont :

- En 2012, l’achat de cadeaux d’entreprise d’un montant global de 16 455 308 FCFA ; 

- En 2013,  des appuis au Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS) pour un montant
cumulé de 13 300 000 FCFA à titre de don dans le cadres de ses activités sociales, de sponsoring pour les Cauris d’Or et de souscription pour un package challenge à l’occasion du colloque sur l’innovation et la croissance
;  
l’achat de billet pour le pèlerinage à La Mecque pour un montant cumulé de 5 102 000 FCFA, ayant bénéficié à l’Amicale des femmes du ministère de l’Economie et des Finances et de l’Amicale des Femmes du Trésor ;  
l’appui à M. Alé LO en sa qualité de président du Conseil Rural de Taiba NDIAYE pour un montant de 1 000 000 FCFA ;
des appuis aux associations sportives et culturelles (ASC) de Ouagou Niayes et Book Joom pour des montants respectifs de 1 000 000 et 2 500 000 FCFA ;  
deux appuis aux ASC de Foundiougne pour un montant total de 3 000 000 FCFA.
Parmi ces dépenses, celles ayant profité à des organismes publics sont incompréhensibles
puisque ceux-ci sont dotés de budgets propres ou de moyens alloués par l’Etat.
A ce titre, il peut être cité, l’octroi en 2012 d’appuis à la Gouvernance de Dakar et au Ministère
de l’Economie et des Finances pour des montants respectifs de 1 000 000 FCFA
et 5 000 000 FCFA dans le cadre de la 21ème Foire internationale de Dakar (FIDAK). En 2013, le MEF a aussi bénéficié d’un appui de 2 000 000 FCFA pour la 22ème FIDAK, ainsi que la Préfecture de Podor pour l’organisation de la fête de l’indépendance d’un montant de 1 000 000 FCFA.
Du reste, ce type de dépenses a tendance à se généraliser de telle sorte que des mesures
d’ordre général doivent être prises pour mettre fin aux abus.

La Cour recommande au Premier Ministre :

- de faire cesser les appuis institutionnels accordés aux autorités de tutelle ;

- d’interdire toutes dépenses à caractère de libéralités.
 
Dimanche 3 Juillet 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :