RAPPORT CENTIF : 2014, une sale année pour les «lessiveuses»


RAPPORT CENTIF : 2014, une sale année pour les «lessiveuses»
Selon le rapport de la Centif, cependant, le Sénégal souffre de l’absence d’un dispositif opérationnel de récupération et de gestion des produits du crime organisé, tel que recommandé par le Groupe d’Action financière (Gafi). Toutefois, l’année 2014 a coïncidé avec les premiers actes concrets d’exécution des décisions prononcées par l’autorité judiciaire sur des dossiers de blanchiment de capitaux qui lui ont été communiqués par la Centif.
En effet, les actions engagées par l’Agence Judiciaire de l’Etat, structure relevant du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, ont abouti au virement dans le compte du Trésorier général à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) d’une somme de 643.181.577 FCfa détenue dans le compte bancaire d’une personne condamnée pour blanchiment d’argent ; au lancement du processus de mutation au nom de l’Etat du Sénégal de deux (2) terrains de 210 m2 et 398 m2, situés dans la région de Dakar, préalablement immatriculés au nom de la même personne et au virement dans le compte du Trésorier général à la Bceao d’un montant de 34.878.607 FCfa figurant au crédit du compte bancaire d’une autre personne, également condamnée pour blanchiment d’argent.
Les avoirs en cause avaient été identifiés, au cours des investigations menées par la Centif, comme étant le produit généré par des activités illégales que leurs auteurs se sont attelés à blanchir.
Mardi 15 Décembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :