Quel avenir pour un Président Macky Sall élu par défaut ?


Quel avenir pour un Président Macky Sall élu par défaut ?
Macky Sall  n'a pas réussi à susciter d'adhésion à sa personne, à ce qu'il représente, dans l'électorat de gauche. Bref, son "coefficient personnel" est très faible, pour parler comme les spécialistes de communication politique des années 1980. Lors des campagnes , il ne l'a emporté que pour une raison : les sondages l'avaient sacré "meilleur candidat pour battre Abdoulaye Wade", comme Moustapha Niasse avant lui. Ceux des électeurs de gauche qui ont préféré Macky Sall ont fait un choix purement stratégique, et non un choix d'adhésion à la personne Macky Sall ou à ses propositions.
 
Depuis son investiture, Macky Sall a fait le pari que les recettes qui lui avaient laisser par l ancien regime ne suffisaient pas pour payer l'administration. Il s'est un peu figé dans une posture de "grand rassembleur" et de "grand réconciliateur", sans trop se risquer à préciser autour de quelles valeurs, de quel projet de société il voulait rassembler les Senegalais précisément. La seule de ses propositions qui ait été retenue par l'opinion publique est la traque des biens mal acquis  le yonu yokoute et les marabouts sont des citoyens ordinaires.
 
Or, qu'on le veuille ou non, les électeurs attendent autre chose d'une campagne présidentielle. Dans ce cadre, il ne suffit plus de dire "je suis le changement" comme Macky Sall semble le faire un peu naïvement sur son affiche de campagne, car la question surgit immédiatement : "quel changement ?".
 
Je crois que l'enjeu de cette présidentielle se situe précisément sur ce terrain : quel sera le candidat qui redonnera des marges de manoeuvre aux processus démocratiques face aux marchés et à la contrainte budgétaire, sans pour autant engager le Senegaldans l'aventure ? Idrissa Seck l'a bien compris, il prend beaucoup de risques en plaidant en faveur d'une forme de protectionnisme Senegalais et incarne nos valeurs. Macky Sall, lui, semble en être paradoxalement resté à un "moment" où l'anti-Idrissa Seck nourrissait de bons sondages pour lui. C'est un peu court aux yeux de beaucoup d'électeurs de gauche, d'où la progression de Moustapha Niasse.
 
Est-ce la première fois qu'un homme est en mesure d'être élu sans susciter l'enthousiasme ?
 
Macky Sall a fait le pari que cette regime ne serait pas comme les autres. En annonçant qu'il voulait être "un président normal", il a cru que les Senegalais, après Abdoulaye Wade, seraient sevrés d'exceptionnel et n'attendraient plus d'un président qu'il soit "jeté hors de toutes les séries".
 
Or, depuis le president Senghor, tous les présidents de la République successifs ont balancé entre la "proximité" avec les Senegalais et ce petit quelque chose qui fait qu'ils sont devenus président de la République. Ils souhaitaient à la fois être identiques et différents d'un "homme normal". Abdou Diouf  se voulait exceptionnel par sa culture, Abdoulaye Wade par sa précocité et son intelligence, sa relation avec les marabouts. 
 
Pourquoi le president Macky Sall ne peut pas gouverner le Senegal?
Une reponse facille et claire. Le Senegal un pay de la terranga, un pay musulmane, un pay de tarikhiya dont tous merite du respect et de fraternite. Pourtant il avait promu une justice legal et une rupture total.
Recement un probleme de litige entre Dangote et la famille de serigne Saliou Mbacke dans les mains de la justice qui a etait force par le palais au billet d' un arret signe par le prefet de thies, chose innadmisible inacceptable dont le president de la republique est le seul coupable.
 
Détail important: le litige en question porte sur une centaine d'hectares. Or, la famille de feu Serigne Saliou bénéficie de plus de 900 hectares déplorant l'empiètement par Aladji Aliko de ses terres. Ce que le magnat Nigérian a lui même reconnu via une missive jalousement gardé par Serigne Moustapha Saliou Mbacké. en fin, rien que pour le respect de la mémoire des défunts, l'actuel locataire du Palais gagnerait à se rappeler les dernières volontés des illustres disparus à savoir: Serigne Mansour Sy et Serigne Saliou. Lesquels, ont de tous temps réclamé les terres à eux attribués.
 
Le président Macky Sall, élu il y a un an et demi , peut-il rebondir ?
 
Macky Sall a-t-il donc déjà perdu son pari consistant à « réenchanter le rêve Senegalais » ? L’heure, en tout cas, n’est plus au lyrisme. Les envolées contre « l’ennemi sans visage » que serait le monde de la finance et les imprudentes promesses sur l'economie les institutions et l etat des finances publiques sont heurtées au mur des réalités économiques et juridiques. Et pour le retour de la croissance, le chef de l’État s’est aperçu, après d’autres, que l’incantation ne sert à rien. Sur le plan économique, tous les clignotants sont au rouge.
 
La balle dans le camp Senegalais
 
Le parti Rewmi évite au Senegalais d’étouffer sous une cure semblable. La médaille a son revers : la balle est clairement dans le camp Senegalais. Le gouvernement utilisera-t-il ce répit pour faire une pause dans la rigueur et tenter une relance par la consommation ?
C’est ce que lui demande les Rewmistes . Ou utilisera-t-il au contraire ces trois années qui lui reste pour réaliser des réformes jugées indispensables mais peu populaires : retraites, allocations familiales, réduction des dépenses publiques ? C’est ce que réclament les partenaires D’ idrissa Seck et les marchés. Or ceux-ci détiennent l’argent de la croissance.
Le president Macky Sall  veut concilier « rigueur » et « social », ce qui a beaucoup dérouté, depuis un an. Il lui faudra plus de clarté et de netteté pour mettre à profit le petit délai dont il vient d’hériter. Une certitude : il n’y a plus de faux-fuyant possible dans le flou et les demi-mesures.
 
 
 
Seydina Ousmane Sylla
University of Colorado at Denver USA
Department Health science

 
Mercredi 23 Octobre 2013
Dakaractu




Dans la même rubrique :

AIDA CHERIE - 22/05/2015