Que revive la France-Afrique !


On prête au président ivoirien Félix Houphouët-Boigny la paternité de l’expression « France-Afrique », en deux mots, dans les années 1950. Elle signifiait pour lui une histoire commune et une communauté de destin. Ce n’est qu’au milieu des années 1990, sous l’impulsion de l’association Survie, de François-Xavier Verschave, que l’expression fut contractée en seul mot, « Françafrique », pour revêtir son caractère péjoratif en désignant les réseaux affairistes interférant dans la politique africaine de la France.

Depuis lors, cette expression est devenue incontournable dans le vocable journalistique tout comme dans les discours politiques de campagne en France. Il faut dire que, faute d’idée sur la politique africaine de la France, la Françafrique est un raccourci pratique pour faire office de slogan : « Rompre avec la Françafrique », et tout est dit pour les gourous de la communication. Le premier a en avoir fait son programme, c’est Nicolas Sarkozy qui, alors ministre de l’intérieur, le proclama lors de son discours à Cotonou en 2006 (il est vrai, vite oublié après celui de Dakar un an plus tard). C’était également la seule idée du candidat François Hollande en matière de politique africaine.

« L’AFRIQUE NE MÉRITE PAS PLUS QUE D’AUTRES CONTINENTS D’ÊTRE SINGULARISÉE PAR LES RÉSEAUX AFFAIRISTES DÉCRIT PAR L’EXPRESSION FRANÇAFRIQUE »

Sauf qu’à bâtir son programme sur un cliché, on a vite fait de déchanter. Les Africains se demandent souvent quel est le problème des Français avec la Françafrique. Pourquoi stigmatiser ainsi l’Afrique pour évoquer des réseaux affairistes qui existent avec toutes les autres régions du globe ? Le scandale des frégates de Taïwan ou l’attentat de Karachi contre les employés de la DCN n’ont rien à envier à l’affaire Elf. Pas plus que les sulfureux Alexandre Djouhri et Ziad Takieddine au non moins sulfureux Robert Bourgi. Je n’évoque même pas les relations avec le Qatar, ou plutôt avec l’argent du Qatar. Pourtant, la sphère médiatico-politique continue de se complaire dans ce cliché de Françafrique.

Nos valeurs font partie de nos intérêts

La véritable rupture serait d’enterrer cette triste expression pour revenir aux fondamentaux de l’Afrique. L’Afrique ne mérite pas plus que d’autres continents d’être singularisée par les réseaux affairistes. Proclamer la fin de la Françafrique, c’est d’abord proclamer son ignorance de ce qu’est réellement la relation franco-africaine, mais c’est surtout manquer singulièrement d’ambition. Ce slogan ressemble plus à de la verroterie politique qu’à un programme.

Il est temps, en effet, de redonner du souffle à notre relation avec l’Afrique, cette Afrique dont nous nous éloignons un peu plus chaque jour en la regardant uniquement sous le prisme de l’immigration ou des défis sécuritaires. L’Afrique, c’est bien plus que cela. Depuis quelque temps, on feint de redécouvrir l’Afrique en en faisant le réservoir de croissance de demain (voir le rapport de Hubert Védrine, Lionel Zinsou, Tidjane Thiam, Jean-Michel Severino et Hakim El Karaoui de décembre 2013).

Réduire l’Afrique à des marchés et des contrats, là aussi, c’est passer à côté de l’essentiel.

L’Afrique, c’est d’abord des hommes et des femmes qui ont des aspirations. Pour nombre d’entre eux, la France demeure un modèle en matière de libertés et de courage politique. C’est sur ce terrain que la France est attendue. Non pas que la diplomatie économique soit inutile, mais, à la placer au sommet de notre politique étrangère, on en vient à mettre l’argent au-dessus de toutes les valeurs. Est-ce là notre ambition en Afrique ?

Quand je vois que les mouvements citoyens comme Y en a marre, au Sénégal, ou Le Balai citoyen, au Burkina Faso, ont fait du français leur langue de combat et que, dans le même temps, la France délaisse la francophonie et la promotion du français, je m’interroge.

« LA DIPLOMATIE ÉCONOMIQUE N’EST PAS INUTILE, MAIS LA PLACER AU SOMMET DE NOTRE POLITIQUE ÉTRANGÈRE REVIENT À METTRE L’ARGENT AU-DESSUS DE TOUTES LES VALEURS »

Je me souviens d’un entretien entre Yamina Benguigui et le ministre sénégalais de l’éducation qui sollicitait un appui pour l’édition de manuels scolaires en français. La ministre de la francophonie interrogeant notre ambassadeur découvre que nous ne finançons rien en la matière mais que l’Agence américaine de développement (USAID), oui !

Washington avait vivement réagi, en mars, à l’arrestation de Fadel Barro du mouvement citoyen Y en a marre, à Kinshasa, en compagnie de militants congolais pro-démocratie. Les autorités américaines avaient même déclaré avoir financé cette réunion, quand le Quai d’Orsay s’était contenté de rappeler « son attachement aux libertés publiques ». La jeunesse africaine, c’est l’avenir de ce continent et nous ne lui parlons pas.

Soyons au rendez-vous des valeurs humanistes qui font rayonner la France dans le monde, retrouvons l’ambition d’une politique d’influence qui mette l’éducation et la promotion de l’Etat de droit au cœur de nos politiques de coopération, et vous verrez que la France gagnera des contrats économiques sans renier ses principes. C’est une erreur de vouloir opposer nos intérêts et nos valeurs. Nos valeurs font partie de nos intérêts.

Tout comme Félix Houphouët-Boigny, je crois en la France-Afrique, cette communauté de destin. Et cette communauté de destin ne sera pérenne que si elle repose sur une vision humaniste.

Laurent Bigot, ancien diplomate français est aujourd’hui consultant indépendant. Il dirige la société Gaskiya (vérité en langue haoussa) spécialisée dans le conseil en stratégie sur l’Afrique.
 
Jeudi 3 Décembre 2015
Dakaractu




Dans la même rubrique :