QUELLES REPONSES A LA SORTIE D’IDRISSA SECK ?


QUELLES REPONSES A LA SORTIE D’IDRISSA SECK ?
La célébration du premier anniversaire de l’accession du Président Macky SALL à la magistrature suprême a été marquée par plusieurs événements dont l’un des plus médiatiques reste la sortie de Monsieur Idrissa SECK, Président du Rewmi. En effet, la démarche et les réflexions de M. SECK font l’objet d’une désapprobation forte conduite par des milieux proches du pouvoir et d’une partie de la société civile. Il ne me paraît pas opportun d’apostropher Idrissa SECK sur l’exigence de solidarité et de cohérence de toutes les parties prenantes à une coalition. Sa stratégie communicationnelle a été faite en toute connaissance de cause et suivant des calculs politiciens murement planifiés. En fait, M.SECK s’imagine parfaitement dans un champ de luttes visant à transformer le rapport de forces et à modifier l’architecture de la mouvance présidentielle.
 Cette sortie du Président du Rewmi, décriée par des réactions les unes plus pertinentes que les autres, a au moins le mérite de nous avoir rappelé la dure réalité de la compétition électorale et du réalisme politique qui la sous tend. Toutes les interventions de M.SECK seront désormais guidées par son ambition présidentielle et son agenda personnel fortement influencé par les prochaines échéances électorales. Qu’on ne s’y trompe guère ! Certains leaders de la mouvance présidentielle, même s’ils arrivent encore à cacher malicieusement leurs intentions, ne sont pas loin de partager les mêmes points de vue de M.SECK et ne tarderont pas sinon,  à saborder BBY,  du moins à exercer un chantage inacceptable. De notre point de vue, il ne s’agit pas de dissoudre mais de consolider BBY.
Toutefois, l’une des meilleures réponses reste la massification de l’APR .dont les militants doivent, dans une parfaite symbiose, s’arcbouter sur la vision prospective du «Yonou Yokkouté».
Les détenteurs d’une légitimité historique et les porteurs d’une légitimité politique sont invités à initier et à organiser l’opération « TEERU » pour rechercher et accueillir les nouveaux adhérents Il est heureux de noter que le Président SALL a réaffirmé de façon solennelle sa volonté inébranlable d’élargir les bases de son parti. En démocratie, les acquis électoraux ne sont jamais irréversibles du fait justement, de l’usure du pouvoir, des nombreux déçus et des frustrés victimes très souvent de leur mauvaise incompréhension des engagements électoraux. Il est impératif à la fois d’apporter des réponses tangibles aux attentes du peuple et de massifier notre parti pour aborder avec sérénité les échéances électorales futures. La pratique démocratique exige que le peuple soit le seul détenteur de la souveraine puissance qu’il peut déléguer aux termes d’une compétition électorale pluraliste, transparente et saine.
Une deuxième réponse non moins importante pourrait être envisagée à l’aune du bilan d’étape du gouvernement issu de l’alternance du 25 mars 2012. De ce point de vue, je suis tenté de m’interroger sur la passivité de nos alliés et surtout sur le silence assourdissant des cadres de l’Apr (à l’exception de quelques individualités)  dans la présentation et la défense des résultats d’une année d’exercice du pouvoir.
Pourtant, la Commission «orientation et stratégies politiques» avait ficelé un programme alléchant appuyé par une documentation fournie et argumentée mais certaines résistances n’ont pas aidé à sa mise en œuvre. En vérité, le chef de l’Etat a effectivement bien démarré son magistère en donnant corps à l’essentiel de ses engagements.
Dans une approche participative et inclusive, le Président SALL a réussi une baisse significative des prix des denrées de première nécessité et l’amélioration sensible du pouvoir d’achat des travailleurs à partir d’une réduction des impôts sur les revenus. On peut naturellement se féliciter également de la rationalisation des structures de l’Etat et la suppression des niches de gaspillage budgétaire dont les résultats ont permis au Président et à son gouvernement d’impulser le niveau de vie du monde paysan en même temps qu’il soulageait, par des mesures structurelles, les populations victimes des inondations.
Conscient de la lourdeur et de la complexité de l’héritage libéral, le chef de l’Etat a instruit le gouvernement du Premier Ministre Abdoul MBAYE de s’atteler à un certain nombre de réformes visant à retrouver les grands équilibres macro-économiques et financiers, et remettre l’économie sur un sentier durable de croissance.
La stabilisation économique par des réformes structurelles en profondeur vise à assainir les finances publiques avec la mise à niveau des principaux indicateurs et la création d’instruments économiques pour le soutien à l’investissement et la création d’entreprises (FONGIP, FONSIS, etc.). Le discours du Chef de l’Etat du 3 avril 2013 est d’ailleurs venu confirmer ces objectifs et surtout l’orientation qu’il entend imprimer pour infléchir la courbe du chômage. Et le Président de rassurer ses compatriotes en révélant qu’en plus des 10. 000 emplois qui seront générés par l’Agence nationale de sécurité de proximité et d’une ligne de garantie de 10 milliards pour des activités génératrices de revenus en faveur des femmes et des jeunes filles. Un financement de 17 milliards sera destiné à la création d’emplois non salariés pour les jeunes.
De même la réactivation de la cour de répression de l’enrichissement illicite et la création de l’OFNAC sont des instruments d’une très grande importance pour la moralisation de la gestion publique.
Comme on le voit et sans entrer dans les détails, le Président Macky SALL n’est absolument pas contrarié  par son bilan largement  positif du reste, mais plutôt par une mauvaise stratégie des hommes et des femmes sensés expliquer et vulgariser ses nombreuses initiatives et  réalisations. Toutefois, quelle que puissent être leur ingéniosité et leur détermination, ils auront en face un homme politique dont les ambitions personnelles rejettent à la périphérie toute autre considération.
 
 
Par Dr Amadou Tidiane LY
Cadre de l’APR, UCAD


 
Dakaractu2




Vendredi 5 Avril 2013
Notez


1.Posté par foutanké le 05/04/2013 03:54
Monsieur et vous osez parlez d'héritage libéral comme si vous n'êtes pas comptable du bilan de WADE. les sénégalais se souviennent encore de votre meeting de ralliement au PDS tenu a pikine il y a juste quelques années. c'est pas honnète et on vous comprend. vos n'êtes qu'à la recherche de strapontins. vous êtes dans la même dynamique que Idrissa que vous critiquez. amiin ngandou ma doumga wouro alpha nadjo

2.Posté par Cisse-Apolitique le 05/04/2013 13:25
"Toutefois, l’une des meilleures réponses reste la massification de l’APR ".
Non Monsieur,l'une des meilleures réponses ne se trouve pas dans la massification(quantité) mais dans la compétence(qualités) des adhérents.Pourquoi,vous vous sentez visés?Idrissa Seck n'a fait qu'une analyse objective de la situation du pays.Qui de vous,ose démentir ces propos?Personne au contraire,l'argentier s'est justifié tout en mettant bien en relief ses carences en finances publiques.Mr Seck n'a pas à mentir pour sauver la face de la coalition.Des hommes politiques forts,qui n'ont pas besoin de faire les yeux doux au président,c'est rare en Afrique,c'est pour cela que la sortie du rewmiste choque.
Jusque la ,vous vous attaquez à sa personne.Non,le débat ne se trouve pas là.Les vrais hommes,les vrais intellectuels,alphabetes ou pas ,débattent d'idées et non de personnes.
Ps:Pourquoi mettre "cadre de l'APR"?Mettez juste votre fonction,les lecteurs jugeront naturellement.Cadre,nga baalam nak,ça ne signifie absolument rien.

3.Posté par Zeum le 05/04/2013 17:40
IL EST CADRE DE QUOI ET EN QUOI, N'IMPORTE QUEL BOUFFON EST UN CADRE. MR LY OU SONT VOS PRODUCTIONS INTELLECTUELLES? CETTE CONTRIBUTION EST PATHETIQUE. IL FAUT REGLER LES PROBLEMES DES SENEGALAIS, CE N'EST PAS UNE MASSIFICATION DE L'APR QUI POURRA VOUS MAINTENIR AU POUVOIR.

4.Posté par senegal moma gnor le 06/04/2013 01:12
j'ai honte de mon pays avec des universitaires qui ferment jeux et bouche pour tout simplement plaire au président. Mara n'a fait que chanter en haute intelligible voix ce que plus d'un murmure. S'il vous plait et de grâce arrêtez de nous tympaniser avec vos contributions inutiles. Faites comme Moubarack LO, un patriote qui, à chaque fois essayer de faire triompher la vérité en combinant raison et 'objectivité.

5.Posté par Xuluus le 08/04/2013 16:04
La sortie de Idy dérange parce qu'il n'a dit que ce que le PEUPLE ressent. Mandat bi DOKHAGOUL nou mou waré. Ou est le mal en disant la vérité? Tout ce qu'a dit Idy est objectif : les prix des denrées n'ont pas diminués; les délestages sont toujours là et les factures n'ont pas baissées; les conditions ne sont pas réunies pour l'emploi des jeunes. REWMI DOKHAGOUL, ou se trouve le mal à dire la vérité? Ne cherchez pas le faux dans la vérité et ne cachez pas sciemment la vérité. Il faut accepter le convenable et condamner le blâmable. En votre âme et conscience est ce que le bilan de ce régime est pour le moment fameux? NON.



Dans la même rubrique :