Proposition de modification de loi contre les binationaux : Le pouvoir APR et ses alliés contre la Diaspora


Le ministre conseiller Benoît SAMBOU, membre du Parti du Président Macky Sall, vient de révéler que l’APR et ses alliés auraient fait la proposition saugrenue consistant à modifier la loi électorale dans le but de faire renoncer à tout candidat à l’élection présidentielle sénégalaise à sa ou ses autres nationalités, cinq ans avant le jour du scrutin. 

Pour l’élection de 2019, les éventuels candidats concernés devront ainsi avoir renoncé à leur autre nationalité en 2014. Trop tard, pour certains ! Est-ce l’objectif recherché ?  Y’aurait-il un ou plusieurs candidats potentiels, binationaux par ailleurs, qui font si peur au Pouvoir en place ? De grâce, jouons la prochaine élection présidentielle à la loyale !

Soyons clair ! Personne n’imagine et ne soutient qu’un Président Sénégalais puisse être binational ; d’ailleurs, la loi actuelle ne le permet pas. Mais pourquoi faut-il renoncer cinq ans auparavant à ses autres nationalités ? Pourquoi fixer subitement un délai ? Pourquoi pas 10, 15 ou 20 ans pendant que nous y sommes ?

Cette proposition est un coup de poignard dans le dos de la diaspora sénégalaise.
Cette diaspora, souvent binationale, qui a le droit de participer à la vie politique nationale à égalité de chances et de conditions avec le Sénégalais vivant au pays !
Cette diaspora, parfois née hors du Sénégal, qui est binationale par le droit du sol ou le droit du sang (les métis) ou pour des raisons pratiques, mais qui est profondément attachée au Sénégal et dont les sentiments patriotiques sont au moins aussi forts que ceux des Sénégalais du Sénégal !
Cette diaspora qui injecte par année, bon an mal an, 2 milliards de dollars dans notre pays, sauvant ainsi de la détresse des milliers de familles sénégalaises !
Cette diaspora mérite d’être traitée avec respect, justice et équité. Elle a droit à toute sa place dans la vie nationale. Elle n’est pas seulement un portefeuille et des voix, qu’on sollicite à la veille des scrutins. 
Les Sénégalais de la diaspora et leurs enfants sont des citoyens à part entière. Ils ne méritent pas cette proposition de loi scélérate.


Dakar, le 5 août 2016 

La Porte-parole
Mame Khary DIENE 
Vendredi 5 Août 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :