Processus de paix israélo-palestinien : 28 ministres des Affaires étrangères pour renouveler l’espoir de paix aux Palestiniens

Les autorités françaises organisent, ce vendredi 3 juin à Paris, une réunion internationale sur le Proche-Orient avec les ministres des affaires étrangères ou les représentants de quelque 28 pays et organisations internationales pour relancer un processus de paix israélo-palestinien dans l’impasse.


Processus de paix israélo-palestinien : 28 ministres des Affaires étrangères pour renouveler l’espoir de paix aux Palestiniens
En vérité, sur le terrain, notamment dans les territoires palestiniens, la situation se dégrade. La colonisation se poursuit, organisée ou diffuse. Pire, l’espace disponible pour un Etat palestinien. Dans les territoires palestiniens ou dans les camps en Jordanie et au Liban la propagande de Daech exploite le désespoir. Tous ceux qui sont soucieux de la paix et veulent la sécurité dans la région font ce même constat. « J’ai largement consulté : les pays de la région s’inquiètent de cette situation sans perspective », a affirmé le ministre français des Affaires étrangères, Jean Marc Ayrault dans Le Monde.
« La solution des deux Etats, un Etat israélien et un Etat palestinien, vivant côte à côte, en paix et en sécurité, avec Jérusalem pour capitale partagée, a toujours été la position de la France », dira-t-il précisant que cette option avait été présentée par François Mitterrand devant la Knesset en 1982, lors de sa visite historique. « Cette perspective s’éloigne », regrette-t-il. Parce qu’il n’y a pas de négociation directe israélo-palestinienne. « Il faut donc reprendre l’initiative au niveau international pour créer un contexte favorable », lance-t-il.
L’ancienne formule des négociations « bilatérales » a échoué en raison de l’intransigeance israélienne sur la poursuite et l’expansion de son entreprise de colonisation. En dépit du fait que le nombre de colons israéliens transférés dans les territoires palestiniens occupés a presque quadruplé depuis le début du « processus de paix », Israël n’a subi aucune sanction de la part de la communauté internationale.
Ce matin, à la Conférence qui se tient à Paris, le Sénégal sera représenté par Mankeur Ndiaye, ministre des Affaires étrangères.
D’ailleurs, les 3 et 4 mai derniers, Dakar avait abrité la «Conférence internationale sur la question de Jérusalem », sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies. A l’occasion de cet important événement, le Sénégal a réitéré son soutien au peuple palestinien.
 
 
 
Vendredi 3 Juin 2016
Dakaractu




Dans la même rubrique :